Bon été !

20 juin 2016

Chers lecteurs et lectrices du Chat Qui Louche 1,

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecLe Chat cesse ses activités pour la période estivale — plus précisément du 20 juin au 28 août.  Cependant, Le Chat qui Louche 2 continuera à publier des reprises.

À tous et à toutes, bonheur et soleil !

À bientôt, alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Alain G.

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec


Bris de réputation et fragments de Julie Turconi, par Alain Gagnon…

18 juin 2016

Actuelles et inactuelles

Bris de réputation planétaire… — Chaque nation se présente à ses voisins principalement par ses nouvelles télévisées où s’entassent les faits divers spectaculaires (du moins dans leur traitement) et majoritairement négatifs : vols, viols, assassinats, incendies, répressions et bavures policières, scandales politiques, collusions, émeutes, corruptions… Sans parler des catastrophes naturelles : tornades, feux de forêt, raz de marée, ouragans, tremblements de terre, tsunamis… Le sédentaire qui n’a jamais franchi les frontières de son pays se forme ainsi une bien bizarre et bien fausse image des États qui avoisinent le sien ou partagent la planète avec lui.

Peurs et dérision — Nous sommes des singes apeurés, perdus dans le monde des phénomènes. Privés de sens, nous nous réfugions dans l’ironie amère et la dérision, et transformons ainsi la beauté du monde en grisaille.

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecFragments — J’aime les fragments, les souvenirs, les correspondances et les journaux spontanés des écrivains ; ils s’y montrent plus à nu que dans une fiction, où ils se camouflent entre personnages et péripéties.
Je suis à lire Les petits riens de Julie Turconi. Une série de tableaux bien brossés de sa vie quotidienne montréalaise. Météo, saisons, promenades dans les parcs, faunes et flores urbaines… tout y passe dans un style qui coule comme une eau libre. Contenu paisiblement amené, mais lourd de non-dit. Une force tranquille, mais efficace.
Je vous le recommande si vous aimez les conversations murmurées, les confidences où l’essentiel se révèle avec discrétion.

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon chat qui louche maykan alain gagnondu Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (MBNE) ; récemment il publiait un essai, Fantômes d’étoiles, chez ce même éditeur .  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Motel Del Sirenas, Chambre no 30, un texte de Karine St-Gelais…

17 juin 2016

Motel Del Sirenas

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

1870 : les belles années ! Une fillette nait sous le nom de Carmen Costello. Sa mère, Augusta Iglesias une bonne ménagère, mais avant tout, une chanteuse de rue peu connue. Édouardo Carson, son père, est un ancien officier grec devenu tavernier. Augusta doit maintenant se prostituer pour subvenir aux besoins criants de sa jeune famille de 5 enfants. Son grand frère s’appelle Francisco, dit le Grand. Son deuxième, Valentin, est surnommé le Charmeur. Quant à Adolfo, le troisième, on l’appelle le Dur. Carmen et Dolores sont jumelles identiques ; on les surnomme affectueusement « les petites poupées ».

Le père ne cesse d’accumuler les dettes de jeux, les problèmes et les soirées bien arrosées, ce qui rend la vie familiale désordonnée et misérable.
Le début de l’adolescence de Carmen s’amorce par un viol brutal lors d’une fête au village. Un soir de juillet, elle n’a que 13 ans.

Le drame se passe dans la chambre no 30 du Motel Del Sirenas (Motel des Sirènes). Un jeune homme brise ce jour-là ce qui lui reste de son enfance, de ses cheveux d’ange, de sa douceur, de sa naïveté, de ses rêves et de ses poupées. On le nomme Roméo, son vrai nom est Vincent Romero, un savetier. Il marque la jeune Carmen au fer rouge en ce début d’été et la laisse au seuil de l’enfer.

Le lendemain, elle revient à la maison avec de nouveaux démons au cœur qui la hanteront à jamais. Elle voue depuis une haine incurable à la gent masculine. Elle raconte dans ses mémoires toutes les horreurs qu’elle aimerait faire subir à plusieurs jeunes et valeureux villageois. Elle fantasme avec le mal et danse avec les hyènes sous la lune pleine. Elle se voit, se délectant du sang frais qui macule leur corps encore tiède. Une nuée de jeunes hommes morts exsangues après qu’elle eût sectionné leur verge si précieuse. De telles visions la font frissonner de plaisir !

La belle grandit en montrant ses charmes dans les cabarets. On la remarque au bras de son premier et seul amant, qui deviendra son proxénète, son ami ainsi que son ennemi, Paco Coll Leon. Il lui enseigne l’art de la scène. Elle est dans la fleur de l’âge, à peine 17 ans. Enceinte de quelques semaines, elle se fait avorter par un charlatan qui la rendra stérile. Ce fut son premier deuil. Dès son rétablissement, elle se produit dans des endroits mal famés sous son nouveau nom de scène, Carolina. Sensuelle, elle dénude ses épaules chaudes sous son regard de femme enfant. Elle acquiert ainsi une certaine notoriété. Elle exercera ses charmes jusqu’au Moulin Rouge, à Paris, en 1889.

Sa réussite est totale. Elle porte des tenues somptueuses et des bijoux offerts par ses admirateurs. Elle joue à la grande dame, celle qu’elle aurait dû être, celle dont elle rêvait petite fille. Des colliers de joyaux véritables ornent son cou et mettent en valeur sa poitrine généreuse. Des pierres précieuses ornent ses lobes délicats. Ses seins ont fait sa renommée. Les Parisiens murmurent qu’ils ont inspiré la forme des coupoles de l’Hôtel Carlton à Cannes.

Elle est plus qu’une prostituée, elle est une muse, une poétesse de la scène, une beauté rare, mystérieuse et insaisissable. Les hommes en tombent amoureux dès que leur regard effleure ses courbes olympiennes que découpent les lumières de la scène. Les peintres se l’arrachent, les poètes la citent, les chanteurs de charme l’idolâtrent. On se plait à raconter qu’elle pousse les hommes aux suicides. Sa mère la renie et son père meurt dans un incendie qui emporte la demeure familiale – sans doute un règlement de compte. Sa jumelle, Dolores, s’en sort brûlée au troisième degré. Elle s’en remettra, mais portera à jamais les stigmates du diable sur la moitié de son corps.

La vingtaine approche. Dolores envie Carmen. Elle jalouse ses yeux de biche et l’attention dont on l’entoure. Elle erre seule, ses frères sont à la guerre ; pendant ce temps, Carmen se dorlote et vit dans l’abondance. Elle se baigne comme une reine dans des laits couteux et participe aux soirées les plus huppées.

C’est alors que Carmen décide d’acheter le Motel maintenant délabré où elle a subi l’agression du savetier à Ponto Valga, village de son enfance. Le Motel Del Sirenas. Elle espère ainsi exorciser son mal. Son amant Coll, maintenant devenu son mari, en fait un bordel très rentable, mais cible des mauvaises langues :

Il parait que la chambre no 30 est une porte directe vers le paradis, ou l’enfer, tout dépend si l’homme est vertueux où un malfrat, s’amusent à répéter les femmes à leurs hommes pour s’assurer qu’ils ne sautent pas la clôture. Que des commérages de bonnes femmes, se disent les maris en mal d’amour et de chair fraîche.
Depuis douze mois, de plus en plus de disparitions inquiètent les villageois. Le prêtre du lieu avise au prône de ne pas approcher le Motel des Sirènes, que c’est là un sacrilège ! Un péché de regarder l’enfer se déhancher sous les feux d’une musique enivrante…

Depuis l’arrivée de l’homme au chapeau noir et de sa putain, tout va mal dans notre bon comté, crie le juge en colère au commissaire du coin. La belle Costello ne fait que prendre du bon temps et essaie d’apaiser les douleurs chroniques de sa chère sœur, dit finalement le maire.

En effet, Carmen veut mettre un baume sur les cicatrices de Dolores. Sa douleur lui rappelle la sienne, comme si sa jumelle portait les marques de son viol.

Les enquêtes n’aboutissent à rien, les indices ne sont qu’impasses.
Possiblement des suicides, ou des règlements de compte, écrit finalement l’enquêteur dans ses derniers rapports. Mais le huitième meurtre lui laisse un goût amer.

Tous ont été retrouvés sur la berge, cadavres gonflés par l’immersion prolongée dans le lac. Le bas du corps est manquant. Impossible de faire quelque chose de bien, s’exclame le croquemort. Sauf pour le dernier, nu, pendu à un arbre par le phallus… Aouillleee ! frémissent les témoins ! Ouais, cet homme est un ancien savetier du coin, il y a longtemps qu’on l’avait vu, ce bougre, dit l’enquêteur qui tisse sa toile mine de rien… La dernière gorgée de café lui reste coincée dans la gorge. Chaque homme a été d’abord étranglé avec une corde, un long lacet de cordonnier… Et puis ? s’impatiente le juge, une femme seule ne peut faire ça ! Mais c’est la seule explication logique à tout ce carnage ! répond le commissaire.

La belle Espagnole se retrouve en prison, détestée par tous et traitée de folle. Elle est maintenant la source des contes noirs du coin, ceux qu’on utilise pour faire coucher les enfants tôt.

Elle criera son innocence jusqu’à ses 61 ans, avant de mourir d’une crise cardiaque.
Dolores apaise sa peine par de courtes visites à Carmen et passe ses journées à jouer à la princesse dans les robes affriolantes de sa sœur, sous son maquillage et ornée de ses bijoux hors de prix. Pour la première fois, Dolores se trouve magnifique et se sent heureuse !

Notice biographique

Karine St-Gelais est une écrivante qui promet.  Nous aimons ses textes pleins de fraîcheurchat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie.  Laissons-la se présenter.  « Je suis née à Laterrière, dans la magnifique ville de Saguenay. Depuis près de huit ans une Arvidienne, j’aime insérer dans mes histoires des frasques de l’enfance et des coups d’œil sur ma région.  Je suis mariée depuis dix ans. J’ai trois beaux enfants, un  affectueux Bouvier Bernois et un frère cadet de 21 ans. Je suis née le 3 septembre 1978 sous le signe astrologique de la Vierge. J’adore l’automne et sa majestueuse toile colorée. J’aime la poésie, les superbes voix chaleureuses et les gens qui ne jugent pas à première vue. Née d’une mère incroyablement aimante et d’un père absent, je crois que la volonté et l’amour viennent à bout de tout.  Au plaisir de vous rencontrer sur mon blog:http://www.facebook.com/l/3b24foRTZrfjfcszH7mnRiqWa9w/elphey »

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)


Étincelles dans la nuit dispersées par le vent, un texte de Claude-Andrée L’Espérance…

16 juin 2016

Ma traversée du pays fantôme

 

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Les derniers oiseaux marins ont déserté les berges. Le soleil sombre dans les eaux du fjord. La lune ronde poursuit sa trajectoire. Mes pas s’arrêtent ici… À fleur d’eau le chant des bélugas est venu troubler le silence. À présent il n’y a plus que le bruissement des vagues et moi, seule dans la nuit, à veiller un feu sur la grève.

Je suis venue ici, j’y suis venue à pied. Pour de la nuit primitive retrouver la mémoire et les étoiles et l’odeur du varech emmêlé à celle des conifères.

Les flammes ravivent mes souvenirs. Je suis ici, je suis ailleurs. Assise auprès des autres. Enfants silencieux luttant contre le sommeil. Fratrie attentive à la parole des grands, aux chants, aux histoires. Diables dans l’ombre et esprits moqueurs. Matières brutes de l’enfance. Du temps où autour d’un feu nous tenions la mort à distance.

Qu’est-il arrivé aux grands, aux chants, aux histoires, aux diables dans l’ombre et aux esprits moqueurs ?

De la nuit, inutile d’ausculter le silence, de scruter les ténèbres. Les enfants silencieux ont cessé de se taire et les grands ne sont plus. Et se sont perdus leurs chants, leurs histoires. Tout comme le diable et les esprits moqueurs.

De la nuit, inutile de sonder la pénombre quand une lune pleine vient dévoiler soudain les courbes des montagnes, la brillance des eaux, le relief des caps, le chemin parcouru.

Je suis venue ici, j’y suis venue à pied. Pour poser mes pas dans des traces anciennes. Pour retrouver la piste des commencements. Du temps où nous marchions. Alors que s’effritaient les pierres s’usaient les montagnes, s’asséchaient les mers, fondaient les glaciers, coulaient les rivières en méandres.

Pendant que les femmes sans cesse refaisaient le monde. Multitude à naître et à mourir. Étincelles dans la nuit dispersées par le vent.

Notice biographique

Claude-Andrée L’Espérance a étudié les arts plastiques à l’Université du Québec à Chicoutimi. Fascinée à la fois par les mots et par la matière, elle a exploré divers modes d’expression, sculpture, installation et performance, jusqu’à ce que l’écriture s’affirme comme l’essence même de sa démarche. En 2008 elle a publié à compte d’auteur Carnet d’hiver, un récit repris par Les Éditions Le Chat qui louche et tout récemment Les tiens, un roman, chez Mémoire d’encrier. À travers ses écrits, elle avoue une préférence pour les milieux marins, les lieux sauvages et isolés, et les gens qui, àchat qui louche maykan alain gagnon force d’y vivre, ont fini par en prendre la couleur. Installée aux abords du fjord du Saguenay, en marge d’un petit village forestier et touristique, elle partage son temps entre sa passion pour l’écriture et le métier de cueilleuse qui l’entraîne chaque été à travers champs et forêts.  Elle est l’auteure des photographies présentées ici.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Angle mort, une nouvelle de Dany Tremblay…

15 juin 2016

Angle mortalain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Combien de fois m’as-tu répété qu’il était dangereux de t’abandonner ? Je me contentais de sourire ; j’avais de la difficulté à croire que tu puisses faire du mal à quelqu’un.

Je t’ai rencontrée un après-midi d’automne, à la terrasse d’un café sur la Saint-Denis. J’ai bousculé ta chaise et ton écharpe a glissé sur le sol. En te la rendant, j’ai croisé ton regard, me suis senti attiré. Tu n’étais pourtant pas mon genre, ronde et les cheveux noirs. L’ami qui m’accompagnait s’est permis une blague qui t’aurait blessée. Je n’ai pas ri. Il avait raison : tu étais grosse, mal atriquée.

J’ai passé l’après-midi à t’observer. Tu sirotais un Perrier. Entre deux gorgées, tu promenais ton index sur le verre. Quand tu t’es levée, je t’ai suivie. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Mon ami m’a regardé le quitter, a hoché la tête, il semblait plus surpris que moi.

Tu as marché longtemps. Tu t’arrêtais parfois devant une vitrine, puis reprenais ta marche. La plupart du temps, tu fixais le sol. Je t’ai suivie environ une heure, et au coin d’une rue, dans la foule, je t’ai perdue. J’ai eu l’impression que je venais de passer à côté du bonheur, d’être soudain dépossédé.

Les après-midi qui ont suivi, je suis retourné au café. Je t’espérais. Quatre jours ont passé avant que tu réapparaisses, vêtue de la même robe, la même écharpe nouée au cou, le même sac porté en bandoulière. Je t’ai vue venir de loin ; l’une de tes mains tripotait le tissu de ta robe à la hauteur de la cuisse.

Je t’ai regardée prendre place. Tu as commandé un Perrier. J’étais soudé à ma chaise. Lorsque j’ai soupçonné que tu t’apprêtais à partir, je me suis levé. Te perdre à nouveau, risquer de ne plus te croiser m’étaient insupportables. Des mois plus tard, nous avons ri de la façon dont je t’ai abordée. Tu as une mémoire exceptionnelle Edna, tu m’as rappelé chaque mot, chaque geste. Je faisais collégien, disais-tu.

J’ai maintes fois pensé que ce qui existait entre nous tenait de la magie. Du moins jusqu’à ce malentendu, cette mauvaise blague d’un confrère. J’ai eu beau t’expliquer et te répéter que je ne connaissais pas cette femme, rien n’est parvenu à te convaincre. À partir de là, tu t’es mise à changer. Je me suis dit que des vacances nous rapprocheraient. Le lundi, nous sommes partis à la mer. La ville derrière nous, tu as retrouvé ta bonne humeur, tes élans de tendresse. Nous avons passé des journées tranquilles à l’ombre d’un parasol, les pieds dans le sable, à goûter des boissons colorées. Je te le jure, j’ai cru que tout était à nouveau comme avant.

J’aurais dû m’inquiéter. Tu n’avais ni ami ni parent, ne recevais pas d’appel, évitais de parler du passé. J’aurais dû trouver étrange que tu traînes ce journal partout avec toi, le places debout, face à nous, en permanence. Un soir, j’ai eu l’impression que quelque chose avait changé sur la jaquette, que l’un des personnages avait bougé. Le lendemain, tu t’es éloignée un instant et j’ai observé la couverture vert olive : dix convives installés à une table, l’un d’eux qui chuchote à l’oreille de son voisin, tous les regards tournés vers moi. Dans le coin droit, un serveur en grande tenue tenait un plateau surmonté d’une bouteille de blanc. En avant-plan, un petit chien montrait les crocs. J’ai songé que l’homme penché à l’oreille de l’autre parlait de moi.

La nervosité et la curiosité m’ont poussé à le feuilleter. Je n’ai trouvé que des pages blanches. Mon inquiétude s’est accrue. Tu es entrée alors que je le déposais sur la commode, que j’essayais de le replacer dans l’angle où tu l’avais laissé.

C’était notre dernière journée avant le retour. Je ne parvenais plus à oublier ton journal, l’étrange couverture, les mimiques étonnées ou d’attente de certains personnages, cette suite de pages vides. Je me suis surpris à penser que j’irais les rejoindre bientôt, que tous ces regards convergeaient vers une porte en arrière-scène et qu’ils attendaient quelqu’un : moi. J’ai frissonné, eu un rire nerveux. J’ai réalisé que j’en savais très peu sur toi.

Je t’ai vue ranger mes vêtements auprès des tiens dans la valise. Tu prenais un soin particulier à les plier de façon à ce qu’il n’y ait pas de faux plis. J’ai crié ton nom, tu ne semblais rien entendre, tu chantonnais. Au moment où les autres levaient leur verre en l’honneur de mon arrivée, j’ai à nouveau hurlé ton prénom. Tu t’es retournée. Tu m’as regardé et envoyé du bout des lèvres un baiser sans te départir de ton sourire. Tu as pris le journal entre tes mains, l’as serré contre ton ventre et enfoui sous les vêtements. J’ai vu le dessus de la valise fondre sur moi, sur eux qui n’y portaient pas attention.

Je fais aujourd’hui partie de la famille, de l’album comme on l’appelle entre nous. Nous savons, car nous en discutons, qu’un autre convive nous rejoindra. Mon voisin de droite, celui que j’avais cru voir changer de position, a tenté de l’avertir, mais comme moi, le nouveau venu dans ton existence, Edna, accorde pour l’instant peu d’importance à certains détails.

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieDany Tremblay a vécu son adolescence et  le début de sa vie d’adulte à Chicoutimi. Après un long séjour dans la région de Montréal, où elle a obtenu une maîtrise en Création littéraire à l’UQAM, elle s’est de nouveau installée au Saguenay où elle partage son temps entre l’écriture et l’enseignement de la littérature au Collège de Chicoutimi. Au début des années 80, elle s’est mérité le troisième prix de la Plume Saguenéenne en poésie ; en 1994, elle est des dix finalistes du concours Nouvelles Fraîches de l’UQAM. Organisatrice de Voies d’Échanges, qui a accueilli, deux années de suite, une vingtaine d’écrivains à Saguenay, elle est aussi, à deux reprises, boursière du CALQ. Elle s’est impliquée dans l’APES-CN dont elle a été présidente de 2006 à 2008. Depuis presque dix ans, elle pratique l’écriture publique avec les Donneurs de Joliette, fait partie des lecteurs pour le Prix Damase-Potvin et celui des Cinq Continents.

À ce jour, elle a publié des nouvelles dans plusieurs revues au Québec, a coécrit avec Michel Dufour Allégories : amour de soi amour de l’autre publié en 2006 chez JCL et Miroirs aux alouettes, roman-nouvelles, publié en 2008 chez les Équinoxes, ouvrage auquel a participé Martial Ouellet.  En 2009 et 2010, elle fera paraître successivement, aux Éditions de la Grenouille Bleue, deux recueils de nouvelles : Tous les chemins mènent à l’ombre (Prix récit : Salon du Livre du SLSJ en 2010) et Le musée des choses.  En mai de cette année, elle a publié aux éditions JCL un récit témoignage : Un sein en moins ! Et après…

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Pays d’Utopie et frilosité morale, par Alain Gagnon…

13 juin 2016

Actuelles et inactuelles

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

 

Encore dans Comme je parle d’Aldo Sterone, je trouve ce paragraphe qui m’interpelle :

(…) laissant tomber le monde francophone, j’ai pu reprendre ma vie en mains. Dans le système anglo-saxon, on te met dans la case que tu choisis toi-même.

Cette constatation de Sterone me ramène en mémoire le bien-être ressenti lorsqu’en 1973, à l’âge de 30 ans, j’ai déménagé à Kingston en Ontario, cette ville orangiste, dite très WASP. Pour la première fois, je n’étais plus le fils de, le parent de, le cousin de, le natif de, de telle branche des Gagnon…, mais bel et bien une personne, un individu, qui allait recevoir selon ce qu’il pouvait donner.

Au Québec, on étouffait alors dans le conformisme politique. Lacer ses souliers prenait une signification politique. Imaginez lorsque vous écriviez. Les écrivains se perdaient dans les « pourquoi » et les « pour qui écrire »… Nous en étions d’une justification à l’autre. Le marxisme régnait partout, sous ses formes édulcorées souvent. Quel bol d’air frais en atteignant les rives du lac Ontario !

Lorsque je suis revenu, huit ans plus tard, le Québec avait changé, mais demeurait politiquement frileux.
Et maintenant, c’est l’intelligentsia canadienne-anglaise qui attrape les torticolis éthiques du monde universitaire américain. Les virus de la rectitude politique éclosent sur les campus, puis pénètrent les groupes sociaux où ils donnent naissance aux conformismes, aux prêts-à-penser.

Vive l’Utopie ! — car elle n’est nulle part ; elle ne peut donc décevoir, tout comme elle ne peut réaliser aucun vœu.

Dans Tocqueville, cette phrase qui devrait troubler le sommeil de plusieurs gouvernants :

Le moment le plus dangereux pour un mauvais gouvernement est d’ordinaire celui où il commence à se réformer. Il n’y a qu’un grand génie qui puisse sauver un prince qui entreprend de soulager ses sujets après une oppression longue. Le mal qu’on souffrait patiemment comme inévitable semble insupportable dès qu’on conçoit l’idée de s’y soustraire. (Comme disait Monsieur de Tocqueville…, Antoine Redier.)

L’auteur…

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon chat qui louche maykan alain gagnondu Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose sont ensuite parus chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004),Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013).  Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011).  En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010).  Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan, Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (MBNE) ; récemment il publiait un essai, Fantômes d’étoiles, chez ce même éditeur .  On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL.  De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue.  Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com/).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Ce sang qui ne coule plus

12 juin 2016

Avec le temps ça s’est assombri ; les jours austères ont débuté. Tout est devenu plus terne, plus fade, à force de se répéter. Une lame de rasoir sur le lavabo. La replacer sur la tablette. Regarde…

Source : Ce sang qui ne coule plus


Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

Karine St-Gelais

L'usine qui crochissait les bananes, Nouvelle Baieriveraine sous ma plume rafraichissante p'tite vie, p'tite misère...

Sexinthecountry2's Blog

Just another WordPress.com site

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

Le blogue de Joanne Marcotte

La politique québécoise... autrement

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 170 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :