Alain Gagnon : Une critique de Jakob, fils de Jakob dans Québec Français…

Alain Gagnon, Jakob, fils de Jakob, Éd. Triptyque.

 

Jakob, fils de Jakob

Cloisonnés dans un ghetto à la fin du second conflit mondial, Jakob Eliyakim et sa famille tentent de réinventer la vie. Cette tentative réussit presque, jusqu’à ce que les SS les empilent eux et leurs semblables dans des wagons jusqu’aux camps de la mort. Jakob s’abîme dans d’affreux cauchemars en constatant l’horreur de ce qui les attend. Mais, il échappe à ce cruel destin quand un colonel de la Wehrmacht l’adopte pour permettre à son fils malade de sourire à la vie. Jakob prend son rôle au sérieux tout en s’amourachant des sœurs aînées du garçon. Plus tard, les bousculades de la guerre chambardent leur quotidien. Fuyant à travers la campagne allemande après le pilonnage de leur ville, Jakob et Tandja croisent des SS dissidents et en mal de sexe… La jeune fille disparaît et Jakob quitte l’Europe. Des contacts fortuits le catapultent chez son oncle au Canada, contrée de tous les possibles. Sa culpabilité en bandoulière, il ne cesse de penser aux siens qui ont péri. Pour lui, sa survie va de pair avec leur mort. Néanmoins, le souvenir de sa famille et son amour pour Tandja l’escortent dans sa survie.

Écrivain à l’impressionnante liste de publications, Alain Gagnon signe ce roman avec un souci d’originalité apaisant. Contrairement à plusieurs livres qui abordent l’Holocauste, Jakob, fils de Jakob ne sombre pas dans l’ethnocentrisme. La trame psychologique du roman est très forte. Tout se passe dans la tête de Jakob. On assiste aux événements au moyen du traitement que l’adolescent en fait. Il est tiraillé entre sa joie d’être vivant et celle d’avoir trahi les siens. La narration est tellement efficace que le lecteur vit tous les silences de Jakob et le tiraillement qui ne le quitte jamais. Ce qui perpétue cet écartèlement, c’est l’omniprésence des citations de la Torah, comme des dizaines de voix qui s’échappent avec les fumées des crématoires.

Ariane Ouimet, Québec français, # 136

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :