Chronique ontarienne, par Jean-François Tremblay…

22 février 2015

À la mémoire de celui que je ne connaissais pas

Je ne le connaissais pas.  Bon, d’accord, nous avons été brièvement présentés l’un àchat qui louche maykan alain gagnon francophonie l’autre, une fois, par un ami commun, mais je ne crois pas avoir été bien plus qu’un grain de poussière dans son champ de vision.  Nous n’avions pas les mêmes goûts musicaux.  Et je ne suis pas aussi « critique » qu’il pouvait l’être, et probablement pas aussi cultivé qu’il l’était.

Richard Legault, journaliste culturel et fondateur du site MontrealConcerts.com, est décédé récemment à l’âge de 42 ans, créant une mini onde de choc dans le milieu journalistique culturel québécois.  Lorsque je l’ai appris, tard le lundi 16 février en soirée, j’ai été assailli par une profonde tristesse qui a mis du temps à s’estomper.

Je ne le connaissais pas, mais j’adorais le lire.  Il avait une forte présence sur les réseaux sociaux.  Il était un grand ami de certains de mes collègues chez Sorstu.ca, avec lesquels il passait des heures à s’obstiner en ligne sur les sujets les plus divers, généralement au sujet de la musique.  Dans son très beau texte qui lui rend partiellement hommage, Philippe Papineau du Devoir met le doigt sur ce qu’était Richard Legault pour plusieurs : un repère.  Il nous guidait à travers ses suggestions de choses à voir, à écouter.  Il était un érudit, un sage du monde musical.

Comme je l’ai mentionné, je n’étais pas en accord avec tous ses goûts.  Cela est normal et sain chez toute personne qui sait exercer son sens critique.  Et lorsqu’il attaquait un artiste que j’admire dans un statut sur Facebook, cela me faisait rigoler plutôt que me fâcher, car il le faisait toujours avec un sourire en coin.  Son apparente arrogance, son côté « baveux » étaient ce qui le rendait à la fois charmant et vrai.  Il était sincère dans ses propos, sans le moindre compromis, sans jamais se voiler le visage, ce qui est rare chez les gens aujourd’hui.  Et je le respectais énormément pour cela.  Je ne l’ai jamais trouvé con ou déplacé.  Oh, peut-être un peu trop grognon à l’occasion sur certains sujets, trop prompt à se plaindre et à ainsi bouder son plaisir, mais en général ses interventions étaient toujours teintées d’un certain humour (par moments plus noir que d’autres).

Je ne le connaissais pas, mais je connais plusieurs de ses amis.  Ceux-ci pleurent présentement l’être humain, l’ami, le collègue qu’ils ont connu de près.  Pour ma part, je ne peux que déplorer la perte d’un gars dont j’adorais simplement lire les tweets et les statuts Facebook.

Mais c’est là où nous en sommes aujourd’hui : il est possible d’exister pour des inconnus, de faire partie de leur vie sur une base quotidienne et de donner l’impression que nous partageons le même espace sans même que nous ne nous soyons jamais vus.  Je sais qu’il savait qui j’étais.  Il a peut-être déjà lu mes critiques d’albums et/ou de spectacles, et je l’imagine s’être exclamé « Pfft ! » alors que j’accordais une note trop haute à un groupe ou un artiste qu’il méprisait.  Il était bougon en ligne la plupart du temps, alors je ne peux que l’imaginer détester mes textes souvent trop positifs.

Mais je ne prétends pas avoir réellement existé pour lui.  Je ne le connaissais pas. Cette rencontre que j’ai évoquée en début de chronique fut trop brève pour qu’un lien quelconque se soit tissé.  Et en ligne, je ne sais pas faire preuve d’assez d’humour et de détachement pour faire partie des « cool kids » comme lui.  Nous n’étions pas amis.  Je n’étais probablement rien pour lui, et ça me va.  Sauf que je regretterai profondément son absence.  Il me manque déjà.  Je ne soupçonnais pas l’importance de sa présence virtuelle dans ma vie, mais il laisse un trou béant.  Malheureusement, trop peu de gens sont aussi sincères que lui et c’est principalement ce que j’aimais de lui.

Mes pensées vont à nos amis communs, qui souffrent de son absence physique.  À ses admirateurs virtuels, comme moi.  À ses proches, sa famille.  Ce texte est ma toute petite contribution pour tenter de préserver la mémoire d’un gars vraiment spécial, que je ne connaissais même pas.

Notice biographiquechat qui louche maykan maykan2 alain gagnon

Jean-François Tremblay est un passionné de musique et de cinéma. Il a fait ses études collégiales en Lettres, pour se diriger par la suite vers les Arts à l’université, premièrement en théâtre (en tant que comédien), et plus tard en cinéma.  Au cours de son Bac. en cinéma, Il découvre la photographie de plateau et le montage, deux occupations qui le passionnent.  Blogueur à ses heures, il devient en 2010 critique pour Sorstu.ca, un jeune et dynamique site web consacré à l’actualité musicale montréalaise.  Jean-François habite maintenant Peterborough.   Il tient une chronique bimensuelle au Chat Qui Louche.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :