L’obsession, un texte d’Hélène Bard…

L’obsession — 11 novembre 2016

 

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Ça s’implante, ça s’intensifie, ça s’accroche, ça respire et ça se nourrit de moi. C’est une sorte de tache que l’on voit partout, un point noir dans l’œil qui ne s’en va jamais. C’est un vers d’oreille. Un mot tourné dans tous les sens. Des acouphènes, des trains qui passent, des téléphones qui sonnent, des portes pas barrées, des maisons qui brûlent, des catastrophes, des accidents, des morts, des bras arrachés, des enfants écrasés. C’est partout dans ma tête comme une hydre dont les tentacules contrôlent tous mes sens. Je ne vois que ça. Je n’entends que ça. Je ne sens, ne goûte que ça. C’est partout dans ma tête. Il suffirait d’un bon coup de gun dans le front pour la faire taire. Mais ça se poursuit, ça m’empêche d’agir. C’est toujours là comme une odeur d’urine qui s’est incrustée dans les planchers, dans les murs, dans les tapis. Toute la maison pue. L’air est vicié. Ça dérange tout le temps. Ça n’arrête jamais.

Il y a la peur, il y a la possibilité de, il y a l’erreur, le détail, les et si. C’est à la fois l’attente et la perte de contrôle, l’impossibilité de lâcher prise. C’est le temps qui passe, qui se défait dans l’attente. J’ai beau marcher, courir, me sauver, ça me poursuit partout comme une bête affamée. Je n’ai aucun répit, aucune issue. Peut-être dormir. Dormir et rêver que je perds mes cheveux, mes dents. Que je meurs étouffée. Que mon chien roule sous un autobus. Jamais de calme, jamais de paix. Il n’y a rien qui puisse me distraire. C’est là depuis toujours, comme une compagne du moindre instant, de chaque pensée, de chaque minute qui passe.

C’est ça, moi. C’est la présence obsédante du passé. Les souvenirs indélébiles, ces moments qui m’ont révélée à moi-même, ces quelques fois où tu m’as regardée. Il y a l’attente d’un appel. D’un courriel. D’une nouvelle. Il y a l’attente de la lettre qui ne vient jamais. Du facteur qui est en retard. Ça se décompose en instants éternels, en moments catastrophiques, en événements rejoués des millions de fois. C’est comme une ligne toute tracée pour chaque jour qui passe. Des mots qui reviennent, des chansons qui s’imposent, des cris qui surgissent.

« Si j’étais dans ta tête, je me crisserais une balle. » C’est ce qu’il a dit. C’est toute l’empathie dont il a fait preuve. C’est la douceur dont il était capable. Ça n’a rien ajouté à mon présent, sinon une phrase de plus à entendre, une autre qui me fouette la chair, déjà ensanglantée en raison de la démangeaison mentale que j’éprouve en permanence.

C’est là partout, tout le temps, dans ma retenue, dans mon silence. Surtout dans mon silence. C’est dans une sorte de mutisme imposée. Les autres, les autres en ont plein le cul. Ils ne veulent plus en entendre parler. Ils ne veulent plus entendre les mêmes questions. Déjà posées des centaines de fois.

J’en suis encore là. Ça n’a pas changé. L’obsession a bourgeonné, ses racines se sont enfoncées si profondément, qu’elle se nourrit du moindre souffle, du moindre mystère. Elle s’agite au vent, fracasse le peu qu’il me reste. S’installe, s’étire, s’immisce dans les recoins de ma conscience.

Il n’y a aucune pilule pour l’arrêter. Aucun remède. Je prendrais ma tête à deux mains, m’arracherais les cheveux, les yeux, la peau des joues, ça serait toujours là comme un point d’orgue. J’aurais beau hurler, me terrer, m’isoler, me perdre, disparaître, ça me poursuit dans la nuit, dans mes moindres faux pas, dans mes moindres ambitions. Ça fait des décennies que ça dure. Je n’ai pas encore dénoué tous les fils, je n’ai pas encore réussi à remonter jusqu’au commencement. J’ai l’impression de nager à contre-courant, de me battre contre un prédateur qui ne se fatigue jamais, que je nourris.

Si ça pouvait dormir un instant, si ça pouvait mourir. Mais je vais mourir avec elle. Je vais mourir dans l’attente, dans la tension. J’aurai perdu toute ma vie dans les profondeurs abyssales de l’obsession, comme si j’avais été ensorcelée.

C’est ça, moi. Je suis perdue dans les dédales d’une pensée qui ne mène nulle part.

Copyright © Hélène Bard. Tous droits réservés. 2016

Notice biographique

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecHélène Bard est née en 1975 à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix. Elle détient un baccalauréat en littérature française et une maîtrise en création littéraire de l’Université Laval. Elle a publié La portée du printemps, Les mécomptes et Hystéro.
Passionnée des chiens depuis toujours, elle écrit également des chroniques qui traitent de la conciliation meute-famille dans la revuePattes libres, diffusée sur le Web.
Hélène Bard est aussi maman de deux jeunes garçons, en plus d’être réviseure linguistique et stylistique, et d’enseigner la création littéraire.
Vous pouvez la suivre sur son site personnel.

(Tiré du Huffington Post.)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :