La mort du Terre-neuve…

(Je me dois de replacer ces lignes en contexte.  Deux amies louaient un appartement dans un lieu féérique : Treasure Island, près de Kingston.  Les propriétaires possédaient un chien Terre-neuve, Axell, que tous affectionnaient.  Un jour j’ai appris qu’il allait mourir.  Et voilà…)

Zoosophie — Le vieux chien va mourir.  Dernier printemps dans le soleil.  Son maître l’a dit : le vieux chien va mourir.  Va-t-on conserver sa peau ?  La tanner et la suspendre au mur ?  Entre les photos d’ancêtres et les trophées ?

Le vieux chien va mourir.  Son maître l’a dit : le vieux Terre-neuve ne fera plus la joie des enfants.

On l’enterrera sous un chêne, tout près du quai où il aimait dormir au soleil.  En avril prochain, qui sait ?  les crocus seront peut-être plus beaux ?  les jonquilles plus éblouissantes ?

Le vieux chien va mourir, et il sera digéré.  Il ne restera rien de lui.  Désintégrés sa chair, ses nerfs et ses os.  Sa forme s’envolera vers le monde des archétypes et la nature récupérera son dû par apparente anarchie.  Fini l’agglomérat Axell !  Les matériaux démantelés serviront à d’autres constructions.  Accourent déjà les modèles et les formes : Axell sera pissenlits, herbe tendre, lièvres, crustacés…

Mais où ira le regard du vieux chien ?  Où iront notre amour pour lui et son affection ?  Lui qui plongeait son museau humide sous nos gorges.

Le vieux Terre-neuve va mourir.  Son maître l’a dit.  Par mouvement inverse de naissance.  Mais d’où provenaient son affection et ce regard qui savourait le monde ?

Advertisements

11 Responses to La mort du Terre-neuve…

  1. Jean-Marc Ouellet dit :

    Bonjour monsieur Gagnon.

    J’ai un Labrador de 6 ans. Le soir, quand je m’assois dans mon sofa, il s’approche doucement et s’assoit à son tour devant moi. Il me présente son dos, et attend. Patient, il attend. Si je tarde à étendre mon bras pour le caresser, il tourne la tête vers moi, et me regarde. Je le regarde à mon tour. Il bouge un sourcil, puis l’autre. Il y a tant d’affection dans ce regard. Que pense-t-il au juste ? Me met-il au défi de résister à son pouvoir, ou m’implore-t-il humblement pour que pendant quelques secondes, je lui prouve la réciprocité de l’affection qu’il me porte. Si j’attends encore un peu, il s’approche davantage et dépose son museau sur ma cuisse. Le regard rivé sur moi. Je ne peux résister davantage.

    Je n’ai vraiement pas hâte au jour où je devrai annoncer qu’il va mourir.

    Bonne journée.

    Jean-Marc Ouellet

    J’aime

  2. Alain Gagnon dit :

    Bonjour monsieur Ouellet,

    J’en suis actuellement à mon septième chien. Les six autres j’ai dû les faire piquer à la fin de leur vie, et même le premier j’y songe encore.
    Je vous comprends.

    Bonne journée à vous également,

    Alain G.

    J’aime

  3. Dominique B. dit :

    que c’est triste et touchant votre témoignage, Alain, sur ce vieux chien qui va mourir.

    Moi, ce sont les chats qui ont ma préférence. Quand je dois amener Rani chez sa vétérinaire, malgré moi je pense au pire. Princesse Rani a 11 ans. Quand j’étais enfant ma première chatte s’est fait tuer par une voiture, j’y pense encore…

    Les personnes qui n’aiment pas les animaux n’aiment pas les gens.

    Joli jeudi printanier à vous.

    Dominique

    J’aime

  4. Alain Gagnon dit :

    Bonjour Dominique,

    Saluez respectueusement son altesse Rani de ma part…

    C’est le printemps même ici…

    Amitiés,

    Alain

    J’aime

  5. dany tremblay dit :

    J’ai du retard dans mes lectures, corrections obligent, c’est ça être prof. Mais là, je me permets de fureter de blogue en blogue, la mi-session s’en vient, je relâche un peu avant terme et j’ai pris le temps de relire ce texte de vous, monsieur Gagnon, qui raconte l’annonce de la mort du chien. Quatre ou cinq fois que je la lis. Chaque fois, elle me rappelle mon Ginkgo, le plus vieux de nos deux labradors.

    Ginkgo allait avoir cinq ans en mars lorsque au mois de novembre, on nous a annoncé qu’il avait le cancer, qu’il lui restait deux trois semaines. Les chiens vieillissent plus vite, il semble que la maladie progresse elle aussi rapidement sur eux. À l’annonce de cette nouvelle, j’ai sombré. Je ne dormais plus, ne mangeais plus et je pleurais comme une Madeleine. Le chien dépérissait à vue d’oeil, moi aussi. La nuit, je m’installais au salon, dans le noir. C’est notre chat qui m’accompagnait, il devinait ma peine.

    J’ai toujours eu un chien depuis que j’ai dix ans. Je les ai tous accompagnés jusqu’à la fin. J’en ai eu au total 7. Parfois j’en avais deux à la fois. Adopter un chien pour ensuite s’en débarrasser est pour moi un non sens. Un chien est le meilleur compagnon, même si parfois il peut avoir mauvais caractère. Dominique l’a écrit dans son commentaire et je le dis souvent moi-même : ceux qui n’aiment pas les animaux n’aiment pas les humains et il faut se méfier de ces individus.

    Bref, quatre ans après son diagnostic de cancer, Ginkgo est toujours en vie. Fragile mais en vie, cela grâce à mon amoureux qui réalisant mon désarroi et mon amour pour cette bête, l’a fait soigner. Faut dire que Ginkgo est spécial. De tous mes labradors, il est le plus particulier, le plus intelligent. On nous avait dit que Ginkgo survivrait tout au plus 9 mois au traitement. Quatre ans, vous dis-je. Ça fait 4 ans. Chaque jour de plus est un cadeau.

    Or, il y a deux semaines, nous avons dû consulter le vétérinaire. Une bosse. Une simple bosse. J’attends toujours l’appel qui me dira si Ginkgo est à nouveau décompté et cette fois, rien ne pourra y remédier. Pour cette raison, sans doute, que je suis revenue lire encore une fois ce texte de monsieur Gagnon.

    C’est sans doute mon plus long commentaire à ce jour.
    Je me rattrappe pour les précédents, plus courts.

    Dany

    J’aime

  6. Alain Gagnon dit :

    Bonjour Dany,

    Je n’arrive pas à comprendre la psychologie de ceux qui n’aiment pas les animaux. Je comprends que certaines personne ne peuvent en posséder : allergies, manque d’espace, etc. Mais détester chiens et chats montre une rupture profonde dans la structure affective d’une personne. Ce sont des gens bien malheureux.

    Je vous souhaite que Ginkgo vive encore longtemps.

    Alain G.

    J’aime

  7. Bianca dit :

    Ma belle Charlie, Labrador chocolat a 14 ans. Mis a part les fesses qui tremblotent un peu, elle reste toujours le gros bébé gourmand et enjoué qu’elle a toujours été. Bien sûr il a toute ces bosses entre ses cuisses…Mais mon chien ne va plus chez le vétérinaire depuis une dizaine d’années…Pas besoin de personne pour me dire si mon pitou va mal!
    Chaque matin elle se lève quand je me lève et viens poser le dessus de sa tête entre mes genoux pour un massage de nuque. Parfois j’ai honte que ma chienne soit plus aimée et mieux traiter que des milliers d’enfants…
    Ce qui me sidère le plus, c’est tout l’amour qu’un chien peu donner, un amour puissant, assoiffé et fidèle.
    Ah! Si la plupart des gens était comme les chiens!

    J’aime

  8. E dit :

    Merci pour ce beau texte bien qu’il soit triste. J’en frémis encore.

    J’aime les chiens mais je n’en ai pas. Mon fils a un jeune Labrador adorable, un peu fou. Il est jeune !
    J’ai un chat que j’adore. Il est venu se réfugier chez-nous après avoir été blessé par une voiture. Il avait été abandonné.
    Je l’ai soigné jusqu’à ce qu’il se rétablisse. Il avait le bassin cassé et la vessie touchée. Le vétérinaire ne nous avait pas laissé d’espoir.
    Il a survécu. Et depuis, il ne me quitte pas. J’ai une véritable passion pour ce chat. Il a plus de 11 ans maintenant, et a des grosseurs sur le corps.

    Je n’ose pas m’imaginer mon immense chagrin lorsqu’il partira……….

    J’aime

  9. cyane dit :

    Bonjour monsieur Gagnon,

    Je n’ai eu qu’n seul et unique véritable ami dans ma vie, il s’appelait Hutch, terre-neuve mâle que j’ai eu le bonheur d’avoir de ses 6 semaines à ses 14 ans.
    Votre texte, me le rappelle tellement et me fait verser une larme.

    Merci de tout cœur

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :