Chronique des idées et des livres, par Frédéric Gagnon…  

18 mars 2015

 Engagement et liberté

 Il m’est arrivé de penser que s’engager, c’était nécessairement errer.  En effet, de chat qui louche maykan alain gagnon francophoniegauche ou de droite, nulle institution, nul parti, nulle Église, nul mouvement sociopolitique n’est exempt d’erreurs et d’erreurs graves qui trop souvent ont mené à la négation de la dignité humaine.  Par contre, on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’exister, pour un être humain, signifie s’engager — l’abstention étant elle-même une forme d’engagement.  De plus, il me semble que dans notre monde, la somme d’injustices, d’inégalités injustifiables, est si grande que de se fermer les yeux est pure lâcheté.  Or vivre lucidement, à mon avis, ne peut mener qu’à l’engagement en faveur des victimes du système.

Peu de choses me paraissent évidentes hormis celle-ci : nous, qui cherchons où nous engager, ferions un grand pas en avant si nous abandonnions nos fallacieuses transcendances (ce que Nietzsche appelait des arrière-mondes), transcendances qui mènent généralement l’être humain à la foi dans des eschatologies aliénantes.  En ce sens, l’être humain qu’anime un réel esprit de justice, une révolte tout à fait justifiée, ferait bien de prendre conscience des vérités de l’existentialisme dont voici, me semble-t-il, les principales : l’homme, tout en étant en situation, est nécessairement libre ; il n’y a pas de nature humaine, mais une condition humaine ; il n’y a pas de sens prédéterminé de l’histoire, l’histoire des hommes n’étant que la somme des projets individuels et collectifs.

Que l’homme soit nécessairement libre est évident pour quiconque se penche sur la réalité de son action.  En effet, bien qu’il soit en situation — situation qui implique des contraintes morales, matérielles et biologiques — en définitive, c’est l’homme qui interprète cette situation et qui par le fait même lui donne sens et, par extension, donne sens au monde.  Cette idée de l’homme et la négation de la nature humaine sont étroitement liées.  Les objets inertes et même les mammifères supérieurs sont enfermés dans leur nature ; mais le propre de l’homme, en raison de sa liberté, est de transgresser les limites qui lui sont imposées par sa biologie ou par la société.  De ce qui précède, les esprits conséquents tireront la conclusion suivante : nulle transcendance (qu’elle soit chrétienne ou matérialiste) ne détermine le sens de l’aventure humaine (il n’empêche qu’il y a bel et bien une transcendance au sens existentialiste — la transcendance de l’être humain qui dépasse le monde comme être en projet — sur laquelle je reviendrai peut-être un jour).

Je disais, en début de chronique, que nulle institution ou parti n’est exempt d’erreurs, voire d’atteintes graves à la dignité humaine.  Or il me semble que c’est la foi en de fausses transcendances qui trop souvent ont justifié le meurtre.  En effet, qui ne serait prêt à verser le sang pour une vérité extrahumaine et absolue.  Je crois pour ma part que nous serions beaucoup plus tolérants si nous concevions que l’être humain est projet et que nulle transcendance (celle de Dieu, du messianisme prolétarien…) ne peut le sauver de lui-même.  Cette conviction pourrait peut-être déboucher sur un engagement véritablement humaniste et libérateur.

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieFrédéric Gagnon a vécu dans plusieurs villes canadiennes, dont Montréal, Kingston et Chicoutimi.  Il habite aujourd’hui Québec.  Il a étudié, entre autres, la philosophie et la littérature.  À ce jour, il a publié trois ouvrages, dont Nirvana Blues, paru, à l’automne 2009, aux Éditions de la Grenouille Bleue.  Lire et écrire sont ses activités préférées, mais il apprécie également la bonne compagnie et la bonne musique.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https ://maykan2.wordpress.com/)

Publicités

Modernité et postmodernité : Abécédaire…(32)

15 mai 2010

 

Extraits d’un ouvrage à paraître : Abécédaire sur Alice et quelques autres objets du devenir…

Modernité et postmodernité — L’homme pour qui son dernier jour sera le dernier jour du monde, ne peut qu’être rongé jusqu’à l’os par le désespoir, l’impatience et l’envie.  C’est à cela, au fond, que se résume le paysage philosophique des penseurs du Monde Fini.

Mondanités littéraires — Rien de plus insidieux que ces activités littéraires ou paralittéraires pour bousiller une œuvre.

Si un écrivain perd son temps à bambocher ou à jouer aux échecs, la culpabilité l’aiguillonnera un jour ou l’autre ; il aura au moins la tentation de retourner au clavier.  Mais s’il se gaspille à organiser un avenir meilleur pour les écrivains de Terre-Québec, s’il se dépense en salons, colloques, comitose et cinq-à-sept, il aura l’impression erronée d’être utile à une cause.  Victime de l’illusion altruiste et sociale, il se prendra dans un réseau d’obligations que personne ne lui aura jamais imposées, qu’il se sera inventées.  Il en oubliera sa raison d’être profonde et première, le pourquoi de sa venue à l’écriture jadis, ces pulsions irrépressibles qui le poussaient vers sa table de travail.  Un jour, croira-t-il, il mettra fin à tout ça, se reprendra en main, poursuivra sa quête…  Mais, pendant ces heures de bavardage et de maquignonnage, le temps passe : le talent ne pardonne pas l’abandon – jaloux, il se lasse.  Et la reprise de la plume ou du clavier deviendra de plus en plus difficile.

 

 

Camberoque, Soir équivoque d'automne

 

Lorsque le malade mondain est un auteur qui a fait ses preuves (sève, style et originalité), nous assistons au désolant spectacle d’une perte irremplaçable.  Les voix des créateurs sont uniques.  Elles ne sont pas interchangeables.  L’une ne pourra jamais remplacer l’autre.

Si l’on étouffe une voix, elle manquera à jamais à tout ce qui aurait pu être chanté.

https://maykan.wordpress.com/


Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

Fontaines & Jardins

A m b i a n c e s

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Notes et article

Blogue personnel de Stéphane Berthomet

A l'horizon des mots

Lire et le dire.

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillages Exquis

Les fruits de mes inspirations artistiques.

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :