En librairie, Lumière en terre noire d’Emmanuel Simard…

11 mai 2015

Lumière en terre noire

« Père et mère coincés dans les artères », Lumière en terre noire investit un « je » fragile, happé par une mémoirechat qui louche maykan alain gagnon francophonie défaillante; celle de l’aïeul à qui l’Alzheimer arrache tous ses souvenirs pour les plonger « dans une eau plus vieille que le soleil ». À travers lui défilent des images morcelées, un lexique familial interrompu qui interroge la notion même de filiation dans « cette forêt infatigable » de l’histoire. Emmanuel Simard parvient à livrer un hommage puissant à ceux et celles qui « s’échappent loin pour entendre la lumière qui vient », coincés dans le corps des ombres.

 Emmanuel Simard

Advertisements

L’œuvre des glaciers d’Emmanuel Simard…

2 octobre 2012

 

Prix Découverte du Salon du Livre : L’œuvre des glaciers d’Emmanuel Simard…

Opinion du jury :

L’œuvre des glaciers est un recueil introspectif et non conformiste dépeignant un univers sombre et tourmenté qui ne laisse pas indifférent. Une voix forte y résonne, assurément prometteuse dans sa démesure, heureux présage d’une carrière littéraire qui prend son envol avec cette première publication pleine d’intensité et d’authenticité. C’est une écriture organique qui s’y découvre : sans compromis, pure, vraie. Dans cette esthétique de fulgurance, de sensualité, de passion, de violence et de destruction, Emmanuel Simard fait entendre ce timbre poétique qui lui est particulier, d’une implacable dureté dans sa quête du sacré, créant du beau avec du laid. L’auteur s’amuse avec la forme, invite à la dérive des idées, à la fragmentation. D’une spontanéité et d’une logique qui rendent le texte inimitable, ses métaphores inusitées déstabilisent, décontenancent, percutent et choquent. Le lecteur est constamment chamboulé, renversé, stupéfait par la vision du monde marginale du poète qui écrit sans filet, sans balise, ne suivant que ce rythme primitif, instinctif, qui cadence sa pensée. Sa prose libre, qui se lit dans un mélange d’étonnement et d’admiration, témoigne d’un ressenti impressionnant, d’un imaginaire fastueux, d’une émotivité renversante qui ne s’embarrasse pas de convenances. Bref, les images percutantes et le souffle de cette publication sont révélateurs d’un talent manifeste, laissant deviner un bel avenir en littérature pour le jeune auteur.

Rédactrice : Sandra F. Brassard

Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/


Emmanuel M. Simard publie un recueil de poèmes…

2 avril 2012

Emmanuel M. Simard lancera le 6 avril prochain aux Éditions Poètes de Brousse

L’œuvre des glaciers…

À l’occasion d’un Cinq à Sept,  au Bar à Pitons, 110 Price-Ouest, Chicoutimi !

Extrait :

Mon dos contre la terre sèche, l’étoile dans le ciel,

le songe meurt dans les branches,
l’impossible nuit au cœur
et me guide vers les champs.
Je titube, je cherche un coupable

Notice biographique

Originaire de La Baie, Emmanuel Simard détient un diplôme en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a écrit et réalisé une dizaine de courts métrages, ayant participé à divers festivals (Regard sur le court métrage au SaguenayVidéaste Recherché). Il pratique également la peinture.  Il travaille à la publication de son premier roman, Triptyque baieriverain. Dernièrement, il a publié de la poésie dans les revues Estuaire et Jet d’encre.  En octobre 2011, il lançait aux Éditions Le Chat Qui Louche une novella La Chute du jour : http://www.editionslechatquilouche.com/


Une novella d’Emmanuel M. Simard : La chute du jour… (extrait)

22 janvier 2012

(Dans un style qui n’appartient qu’à lui, Emmanuel Simard nous présente un texte d’une force rare et d’une sombre beauté .  Une poésie qui ne peut laisser indifférent.)

Résumé et extrait

La chute du jour suit le parcours d’un jeune garçon qui tente de survivre dans les affres du Grand Feu de 1870, qui a dévasté une partie du Lac-Saint-Jean et du Saguenay de l’époque.  Un cataclysme économique et social décrit de l’intérieur, à ras de conscience individuelle.

« Elle tient le bébé dans ses bras. Qui commencent à trembler. L’enfant est une pierre soudée à son poitrail. Ses pleurs se distancent.
Le fils ne les voit presque plus tant la fumée noire absorbe tout. Il lui touche l’épaule pour indiquer qu’il est toujours présent. La mère allonge sa main libre vers son visage. Les doigts le supplient de parler. De grogner ou de gémir. Elle effleure la peau sale. Encrassée. Devine les pourtours. Les pommettes saillantes hautes dans la figure. Le nez qu’elle coince entre son pouce et son index. Doux flottement de l’air et du temps. La mère ne voit nulle part. Elle regarde la surface de ses paupières. Le fils les ferme lui aussi. Les caresses effacent les feux flottants.
L’index se rend ensuite à la lèvre supérieure. Elle en redessine les contours. L’inférieur également. Ses petits crayons boudinés vont au menton. Remontent par le chemin des mâchoires vers les oreilles de choux-fleurs. Enfourche les dents de sa main dans les boucles. Elle sent sur sa peau certains filaments brûlés. Durs comme des fusains.
—  Quelqu’un a dit dans la cave à patates que c’était de notre faute…
Elle fourrage la tête.
— Qu’on priait mal le Bon Dieu ! Qu’on faisait trop de folies ! Ils pensent que Dieu veut nous punir.
Elle touche le front. Plissé de fatigue.
— Punir.  Punir  de  quoi ?  D’être  des  hommes ? Notre seul péché si tu veux savoir, c’est qu’on parle trop des fois.
Elle ricane.
— Et c’est moi qui dit ça.
Les mains sont douces sur sa peau.
— J’aimerais que ces gens t’aient vu aller aujourd’hui mon garçon.
Elle plaque un baiser sur son pouce et l’imprime sur sa joue.
— Merci. »

(Les Éditions du Chat Qui Louche vous offrent cet ouvrage à prix plus que modique… Il vous suffit  de cliquer sur l’adresse suivante : http://www.editionslechatquilouche.com/)

Notice biographique

Originaire de La Baie, Emmanuel Simard détient un diplôme en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a écrit et réalisé une dizaine de courts métrages, ayant participé à divers festivals (Regard sur le court métrage au Saguenay, Vidéaste Recherché). Il pratique également la peinture.  Il travaille à la publication de son premier roman, Triptyque baieriverain. Dernièrement, il a publié de la poésie dans les revues Estuaire et Jet d’encre.


Livres à vous procurer aux Éditions du Chat Qui Louche…

9 octobre 2011

Les Éditions du Chat Qui Louche vous offrent ces ouvrages à prix plus que modiques… 

Suffit de cliquer sur l’adresse suivante : http://www.editionslechatquilouche.com/


Pascale Bourassa nous offre une novella intitulée : Une couleur dans le noir…

Résumé

 Dans un style qui n’appartient qu’à cette auteure, Une couleur dans le noir raconte l’histoire d’une adolescente en crise qui tente de faire le deuil de sa mère morte dans sa tendre enfance. Elle essayera tant bien que mal de créer des liens avec sa belle-mère ainsi qu’avec son père qui noie son désespoir dans l’alcool pour oublier sa première épouse.  L’adolescente vivra les prémices d’un premier amour avec un jeune homme dont elle deviendra enceinte. Elle devra prendre la difficile décision de garder ou de rejeter cet enfant et finira par l’accepter en hommage à sa mère morte.

Notice biographique

Pascale Bourassa est née au Lac-Saint-Jean. Elle a fait des études en création littéraire et obtenu une maîtrise en 2001 à l’UQAM. Elle avoue avoir été influencée par la grande Anne Hébert dont elle admire les œuvres. Son écriture s’inscrit en partie dans le mouvement psychanalytique. Pascale Bourassa s’inspire des gens qui l’entourent. La psychologie humaine la fascine. Elle adore aussi voyager et découvrir de nouveaux pays, de nouvelles cultures. Elle habite maintenant l’Alberta et montre une prédilection pour les grands espaces sauvages de l’Ouest.

En 2009, elle publiait son premier roman : Le puits, aux Éditions de la Grenouille Bleue.

Alain Gagnon nous offre un recueil de nouvelles : L’iceberg de Lou Morrison…

Résumé

Lou Morrison est maire d’un petit village de la Basse-Côte-Nord. Tout baigne dans la tranquillité.  Un jour, un iceberg dérive jusqu’au rivage. Commotion et quiproquo : débarquement de la faune médiatique et publicitaire.  Bien malgré lui, monsieur le maire est aux prises avec un scandale de pot-de-vin. Les bien-pensants de toutes allégeances se déchaîneront et attaqueront dans tous les médias ce maire de l’arrière-pays qui, croit-on bien à tort, aurait vendu, par esprit de lucre, l’iceberg à une distillerie de vodka de Toronto…  Mis en accusation par tous, y compris son épouse et son fils, Morrison réglera le tout : il dynamitera de nuit le monstre de glace, ce qui lui permettra de retrouver la quiétude et de déambuler à nouveau le long du littoral nord-côtier.

Et il en est ainsi de tous les personnages baroques qui peuplent ce recueil. Visages anonymes de la foule, des situations insolites, mais plausibles, à portée de nos quotidiens, les entraînent dans des tourbillons échevelés. Chaque nouvelle fait rire ou grincer des dents — sous le burlesque, la critique sociale s’y fait précise et sévère… Nous reconnaissons des personnages de notre univers et nous nous y reconnaissons.

Notice biographique

Auteur prolifique, Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction-roman du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour Sud (1996) et Thomas K (1998), deux romans parus aux Éditions de la Pleine Lune. À trois autres reprises, il a reçu le Prix poésie du même Salon pour Ces oiseaux dmémoire (Loup de Gouttière, 2003), L‘espace dla musique (Triptyque, 2005) et Les versetdu pluriel (Triptyque, 2008). En 2011, il remportera le Prix Intérêt général pour un essai paru aux Éditions de la Grenouille Bleue : Propos pour Jacob. Depuis 2009, il gère et alimente un blogue, LChat qui louche, qui est devenu un véritable magazine littéraire électronique, regroupant plusieurs collaborateurs de renom (https://maykan.wordpress.com/).

Bibliographie partielle :  Aux Éditions du CRAM/Grenouille Bleue : Kassauan(roman), 2008.  Chroniques d’Euxémie, (nouvelles), 2008.  Cornes, (roman), 2009. Le chien de Dieu (carnets), 2010. Propos pour Jacob, (essai), 2010.  Aux Éditions Triptyque : Lélie ou la vie horizontale, (roman), 2003. Jakob, fils de Jakob, (roman), 2004. L’espace de la musique, (poèmes), 2005.Le truc de l’oncle Henry, (roman), 2006.  Les versets du pluriel, (poèmes), 2008.  Chants d’août, (poèmes), 2011.   Au Loup de Gouttière : Ces oiseaux de mémoire, (poèmes), 2003. Chez Lanctôt Éditeur : Almazar dans la Cité, (roman), 1999.  Le ruban de la Louve(contes), 2000.   Aux Éditions de la Pleine Lune : Sud, (roman), 1995. Thomas K, (roman), 1997.

Emmanuel Simard nous offre une novella : La chute du jour…

La chute du jour suit le parcours d’un jeune garçon qui tente de survivre dans les affres du Grand Feu de 1870, qui a dévasté une partie du Lac-Saint-Jean et du Saguenay de l’époque.

Et les feux d’abattis ronflent encore. Et le vent arrive enceinte de bourrasques. Projetant une haleine tiède sur les braises éparpillées parmi les filaments d’herbe. Et plusieurs violences viennent des airs. D’impétueux courants venus alimenter les flammes. De l’Ouest les vents poussent les cendres encore chaudes sur la chaussée et sur les champs et sur les racines hors terre. Les braises respirent. Rougissantes. Clignotantes. Sous ce dôme chargé de nuit et de brillances disparates, un feu vif prend la terre. Otage de brûlures. De troncs de branches cramés.

Des maisons se réveillent et des hommes en sortent.

Notice biographique

Originaire de La Baie, Emmanuel Simard détient un diplôme en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a écrit et réalisé une dizaine de courts métrages, ayant participé à divers festivals (Regard sur le court métrage au Saguenay, Vidéaste Recherché). Il pratique également la peinture.  Il travaille à la publication de son premier roman, Triptyque baieriverain. Dernièrement, il a publié de la poésie dans les revues Estuaire et Jet d’encre.

Dany Tremblay, en collaboration avec Martial Ouellet, nous offre un roman-nouvelles :Le Miroir aux alouettes…

Miroirs aux alouettes entraîne le lecteur à Baie-Sainte-Catherine, village au bord du fleuve Saint-Laurent et le fait entrer tour à tour dans l’intimité de dix personnages.

Dix histoires. Dix façons de voir le monde.

Rita a passé sa vie à Baie-Sainte-Catherine, Marie y séjourne quelques heures, M a quitté le village il y a longtemps. Dans Miroirs aux alouettes, on rencontre aussi Coq l’œil et Clara, deux êtres complexes dont les chemins se croisent, et Coralie, contrainte d’aller vivre là-bas. Leurs vies à tous se recoupent et se transforment au contact les unes des autres.

L’originalité de Miroirs aux alouettes tient également dans la présence des Intermèdes de Martial Ouellet, lui-même originaire de Baie-Sainte-Catherine. Les intermèdes, plus réels que fictifs, témoignent d’événements et de lieux passés, avant le tourisme aux baleines, avant l’industrialisation, avant même la naissance de la terre. Ils sont l’équivalent des entractes au théâtre. Sur une note à la fois humoristique et philosophique, ces courts textes arrachent des sourires tout en émettant de grandes vérités.

Notice biographique

Dany Tremblay a vécu son adolescence et  le début de sa vie d’adulte à Chicoutimi. Après un long séjour dans la région de Montréal, où elle a obtenu une maîtrise en Création littéraire à l’UQAM, elle s’est de nouveau installée au Saguenay où elle partage son temps entre l’écriture et l’enseignement de la littérature au Collège de Chicoutimi. Au début des années 80, elle s’est mérité le troisième prix de la Plume Saguenéenne en poésie ; en 1994, elle est des dix finalistes du concours Nouvelles Fraîches de l’UQAM. Organisatrice de Voies d’Échanges, qui a accueilli, deux années de suite, une vingtaine d’écrivains à Saguenay, elle est aussi, à deux reprises, boursière du CALQ. Elle s’est impliquée dans l’APES-CN dont elle a été présidente de 2006 à 2008. Depuis presque dix ans, elle pratique l’écriture publique avec les Donneurs de Joliette, fait partie des lecteurs pour le Prix Damase-Potvin et celui des Cinq Continents.

À ce jour, elle a publié des nouvelles dans plusieurs revues au Québec, a coécrit avec Michel Dufour Allégories : amour de soi amour de l’autre publié en 2006 chez JCL et Miroirs aux alouettes, roman-nouvelles, publié en 2008 chez les Équinoxes, ouvrage auquel a participé Martial Ouellet.  En 2009 et 2010, elle fera paraître successivement, aux Éditions de la Grenouille Bleue, deux recueils de nouvelles : Tous les chemins mènent à l’ombre (Prix récit : Salon du Livre du SLSJ en 2010) et Le musée des choses.

Dominique Blondeau nous offre un roman : Des trains qu’on rate

Résumé de l’intrigue

Priscilla et Patrice, couple dans la jeune cinquantaine, se reposent amoureusement dans leur lit, un samedi matin qui est celui de la veille de Pâques. Soudain, le téléphone sonne. Patrice se lève pour répondre, c’est sa mère qui lui annonce que son frère jumeau, Francis, est mort, il s’est suicidé. Celui-ci sera enterré le mardi après le long week-end pascal. Priscilla et Patrice devront assister aux obsèques.

L’action va se dérouler durant ces quatre jours, du samedi au mardi. Le chagrin qu’a éprouvé Priscilla à la mort de son père, il y a plusieurs années, chagrin qu’elle a mal assumé, va prendre ici toute son ampleur et occasionner beaucoup de questions sur cet homme qu’elle a mal connu. Son père avait cinquante ans quand elle est née… On assistera aussi au questionnement de la mère de Patrice et de Francis sur sa famille à elle, sur son mari et ses jumeaux. Patrice n’échappera pas non plus à certaines réminiscences concernant son père, son frère et lui-même.

C’est un roman intimiste et intériorisé sur les deuils que nous portons en nous, une sorte de huis clos qui se passe dans la maison familiale et autour. Les repas ont aussi beaucoup d’importance dans cette histoire. Ils sont décrits comme la métaphore d’une possible réconciliation entre les personnages. Un narrateur intervient parfois sous la forme neutre du ON, qu’on retrouve dans le titre qui est une phrase du roman. Ce ON est aussi un humble hommage à l’écrivain portugais José Saramago.

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrageselle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exil, Fragments d’un mensonge, Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai,Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire(http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

Danielle Dussault nous offre un roman : Camille ou la fibre de l’amiante

Résumé de l’intrigue

Jamais n’a-t-on abordé le sujet de la vie dans les mines d’amiante autrement que sous l’angle de la politique ou de la syndicalisation. Si on y a généralement occulté le caractère psychologique propre à la vie souterraine, j’y ai vu, pour ma part, une occasion rêvée d’approcher le sujet en m’inspirant du décor lunaire de Thetford-les-Mines. Ici entrent donc en scène des personnages qui séjournent dans un lieu de montagnes blanches et de sable accumulé, une ville génératrice d’une histoire pourtant meublée.

Sur fond de décor lunaire que composent les montagnes de sable, La maison des treuils dessine un portrait en mosaïque de six personnes vivant à Thetford-les-Mines durant un demi-siècle de son histoire. À tour de rôle, Ludger et sa fille Camille reviennent à Thetford-les-Mines. Elle, après quelques années d’éloignement, lui, après trente ans d’exil. Ils ne se connaissent pas. Ludger a été chassé de la ville par les hommes des mines, faussement accusé de tentative de meurtre. Toute sa vie, Camille a guetté le retour de l’absent. La jeune femme se demande si elle ne sera jamais libérée de l’exil intérieur auquel l’a condamnée l’absence du père. Pétris par l’attente ou la révolte, prisonniers tantôt du mutisme de la ville, tantôt d’un chagrin d’amour inavoué, ces personnages apprennent que les blessures secrètes de l’âme se transmettent d’une génération à l’autre. Mais qu’à la différence du silence qui tue, la parole de vérité parfois libère.

Bien que le livre s’inspire de faits historiques, les personnages qui se racontent ici depuis un point de vue intérieur n’ont jamais existé. Ils sont pure fiction. Pourquoi parler de l’amiante et du tissu social que n’ont pas manqué de constituer les mines ? À l’origine de ce projet d’écriture, il y a une image très inspirante : une photographie du début du siècle montrant quelques gobeuses à l’ouvrage, femmes vouées à la tâche de détacher la laine de ce qu’on appelle la roche mère, détacher donc la fibre de la roche d’amiante. C’est cette fibre, cette émotion viscérale, cette essence matérielle, qui colle à l’âme des personnages de ce roman et, par un simple prolongement de la pensée, elle sert à établir un lien avec la fibre maternelle. Legs refilé d’une génération à l’autre, elle est la marque d’une culpabilité multiforme qui pousse autant à l’exil qu’à la révolte, autant à la honte qu’à la logique du bouc émissaire. Quant au mot amiante qui signifie « pur » en grec, ou plus exactement « sans souillure », il est digne d’être réhabilité ici aux yeux de la poésie. Le feu, faut-il le rappeler, n’attaque pas l’amiante ; les personnages qu’on voit évoluer dans ce roman sont à la recherche d’une purification sans équivoque.

Notes bibliographiques

L’écrivaine et musicienne Danielle Dussault publie des nouvelles, de courts récits et des romans. Elle a travaillé pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Elle a remporté le prix Alfred-Desrochers en 2003 pour son récit L’imaginaire de l’eau paru à L’instant même. Elle a aussi obtenu la mention d’honneur du concours Robert-Cliche pour Camille ou la fibre de l’amiante publié chez VLB en 2000, réédité en 2011 aux Éditions Le Chat Qui Louche. À travers un parcours d’écriture singulier, qui oscille entre imaginaire et onirisme, elle manie les paradoxes et les atmosphères intimistes dans un souci de transparence.

Danielle Dussault donne des ateliers d’écriture et a dirigé la publication d’un recueil de nouvelles,Écritures du désert, qui regroupe un ensemble de textes arabes et québécois. Elle est en train d’écrire un spectacle de chansons intimistes, Carpe diem, qui servira de base à l’écriture d’un scénario de film. Elle est également en train de produire un récit, temporairement intitulé Les robes du jour, à partir de dix chansons qui forment l’intrigue de l’œuvre. Danielle Dussault habite Thedford Mines au Québec.

Clémence Tombereau nous offre des billets : Fragments

Présentation de l’ouvrage

Aux confins des errances se trouvent toujours les mots (le plus grand risque étant de ne pas trouver les bons).

Glorifier un lieu, sublimer les sensations, emberlificoter les sentiments dans des manières toutes félines : les mots tendent vers l’alchimie.

Transcender la réalité. La rendre meilleure ou pire ou simplement la traduire.

Les fragments et nouvelles regroupés ici n’ont d’autre dessein — immodeste, il est vrai — que de parer le réel d’un enchantement chamarré, d’une étrangeté sourde. Des ambiances brumeuses enveloppent des personnages qui côtoient l’humanité, qui frôlent l’horizon et flânent dans l’abîme. L’évasion se veut reine et l’ailleurs illusionne les sens, cependant qu’une imagination nimbée d’un halo bleuté dévoile, dans le clair-obscur du monde, une réalité au-delà des apparences. La possibilité pour le lecteur de lire dans le désordre ces extraits de vie lui offre une aisance libre de toute contrainte. Ne reste qu’à savourer ces poussières d’existence…

Notes bibliographiques

Clémence Tombereau est née à Nîmes en 1978. Après des études de Lettres classiques, elle a enseigné en lycée pendant cinq ans, avant de se rendre au Portugal pour mener une vie partagée entre l’enseignement et l’écriture. Elle vit désormais à Milan, où l’écriture continue d’être sa principale activité.

Finaliste du Prix Hemingway en 2005, lauréate du concours littéraire organisé par le blogue Vivre à Porto, elle a également participé à la revue Rouge Déclic (numéro 2) et nourrit quotidiennement un blogue : http://clemencedumper.blogspot.com/

Sylvie Vignes nous offre des souvenirs sous forme d’abécédaire : Encrine

Présentation

Encrine, dont le manuscrit a reçu en France le prix André Ferran 2009, est à l’origine une commande de son fils Joël qui n’a pas eu le temps de vraiment connaître son grand-père maternel, Lucien Nizard. La forme de l’abécédaire s’est imposée pour égrener les souvenirs tendres ou tragiques et retenir les arcanes majeurs d’un passant considérable.

Notes bibliographiques

Sylvie Vignes est maître de conférences HDR à l’Université de Toulouse-le Mirail. Titulaire d’une thèse de troisième cycle sur Julien Gracq et d’une thèse nouveau régime sur Jean Giono, elle a consacré la plupart de ses travaux universitaires à ces deux auteurs. Coorganisatrice, avec Jean-Yves Laurichesse, du colloque international « Jean Giono, la mémoire à l’œuvre » en mars 2008, et en janvier 2010 du Colloque du Centenaire Julien Gracq avec Patrick Marot, elle participe actuellement, avec une dizaine de collègues, au Dictionnaire Gionoà paraître aux éditions Garnier. Ses autres publications – communications, articles et ouvrages de critique littéraire – concernent essentiellement la littérature française (Éric Holder, Claude Pujade-Renaud, Pierre Michon, Marie Nimier…) et québécoise (Aude, Roland Bourneuf, Louis Hamelin, Monique Proulx…) au tournant du siècle neuf.



Un poème d’Emmanuel M. Simard…

1 mai 2011

DÉCHIRÉ AU VENTRE  [COURAGE PARFOIS] — poème publié dans la revue Estuaire

L’état de N…

lèvres qui dégorgent un sang bombardé. dans un cabinet froid. on reçoit la grenade orale. on nous oblige à valser avec les morts.

la violence du hasard strangule nos cerveaux givres. on nous baragouine des chimères. évoque le danger. alors qu’on devrait nous bercer.

on ne veut pas de cette boucherie chez soi.

on envoi naître le tombeau ailleurs.

on ne connaît aucun pas de danse qui passe de 3 à 2.

on se cannibalise. on s’en veut. on se clôture de petites planches de haine.

on rêve de fusiller le premier venu.

le désolé le compatissant celui qui n’a jamais vu les nuages crapules.

on a mal au ventre.

la corde du cœur accroché après un support.

on décrypte les féroces. en route vers le nouveau vide. dépeuplant la prière.

on vide la pièce. tandis qu’on ne comprend pas encore. qu’on est gelé de peluche. de tapisserie bleu vert rouge jaune. qu’on est encore prisonnier du collet.

lièvres biberonnés aux forêts qui s’évaporent.

se bourrer pour ne pas avoir à parler. déjeuner le pire.

trouver ensuite le courage de ne pas appeler dieu en renfort.

donner un généreux tip.

on engorge nos trachées d’asphalte. la musique digère nos tympans foudres.  on se fait discret dans les dinners.

on parle l’anglais de chasse.

les reclus appellent forcément une blessure.

on se grise d’accidents improbables. de couleur noir. de fils électriques serpents. de chaque poteau enfoncé. de chaque bannières étoilées. keep america clean que les poubelles crient.

on marche dans les marathons alors qu’il faut courir.

on ne fait que retarder notre faillite.

notre cœur a une bombe dans la tête.

le motel près de la mer. on s’expatrie contre les pleurs du goéland. devant la télé on rugit d’attente. on singe le tapis industriel gris.

périr peut-être un peu.

dans le lit king. on se demande.

comment appeler cet état où l’on ne veut ni vivre           ni mourir.

L’état de O…

on transpire des griffures de paysage. la route nous vêt de chandails de plomb.

on quitte une autre ville caverne. le bruit de la pluie nous étouffe.

bien crever l’hiver par un cri sauvage. laisser entrer les malamutes dans les cordes vocales. nettoyer les tranchées à venir de nos têtes écrasées

dans la douceur de ton gilet de laine

supplanter les restes de nous.

sur l’émail du bain trop petit.

on empiète désormais nos cœurs d’une soluble absence.

on se déboîte dans le miroir taché de dentifrice. nos dents frottent sur les syllabes misères. hurler seulement. la brosse à cheveux à témoin.

liquor store. on y arrête.

faire le plein de tendresse.

on chantonne un peu.

on se fait accroire qu’on est lumière.

on est lendemain houleux. on est danse du fakir à la retraite.

qui ne regarde plus les clous.

L’état de I…

on parque le char. on se demande où aller encore. on le sait pourtant.

on doit casser le caillou dans la botte.

on ne pacage plus nos regards sur ton ventre chantier.

on parle dans le dos de la vérité. par-dessus la nuit.

on devient des soldats rampant. fragile barda. on se joucque sur le poteau. on est azalée vent morsure. on est tornade. qui ne se frôle pas.

on s’empêche trop rapidement de secouer le silence.

 

L’état de K…

on mazoute le stationnement de notre présence ferraille. on pardonne la mer de son envergure. de ses noyades salées. bullshitant le ciel.

des ombres pétrifiées sur notre visage. point de suture éternel. on envahit toutefois le regard de l’autre.

prendre des forces. pour ne pas oublier qu’on est deux.

on s’embrasse sur les joues. puis le nez. puis le front. dans ta jaquette bleue. on voit ta craque de fesse. on ne voit plus la bedaine.

déchiré au ventre.

courage parfois.

 Notice biographique

Originaire de La Baie, Emmanuel Simard détient un diplôme en art interdisciplinaire à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a écrit et réalisé une dizaine de courts métrages ayant participé à divers festivals (Regard sur le court métrage au Saguenay, Vidéaste Recherché). Il pratique également la peinture.

Il travaille à la publication de son premier roman, Triptyque Baieriverain. Dernièrement, il a publié de la poésie dans les revues Estuaire et Jet d’encre.



Un jeu créatif d’Emmanuel S. et de Dany T….

2 février 2011

Le début d’une expérience littéraire…

Deux écrivains : Emmanuel Simard, Dany Tremblay. Deux voix qui s’unissent. Un projet de recueil dans lequel cohabiteront des personnages qui occupent un lieu commun. En lisant des nouvelles de Dany Tremblay écrites au « je », Emmanuel Simard a avoué entendre penser ses propres personnages. L’idée était née.  Les deux auteurs échangeront. Chacun s’inspirera d’un texte de l’autre pour donner sa version de l’histoire.  Plus concrètement : l’un des deux auteurs livrera une histoire racontée au « je »; l’autre la reprendra au « il », et vice et versa.  Une œuvre ouverte…

La vallée émeraude

Par Emmanuel M. Simard.  (Tiré d’une nouvelle de Dany Tremblay.)

La vallée inonde l’œil. Crève la rétine et s’y insère comme un carnassier vorace. L’homme quitte le creux émeraude et pose ses yeux sur le vendeur de mangue qui approche. Le sable nage autour de ses pas. Lents et lourds. Son chapeau à large rebord cache ses yeux et son nez. Seul un rictus édenté transparaît au devant d’un paysage coloré et de palmiers et de mer.

Derrière lui une brouette de fruits le suit. Pleine. Couinant sous le poids des victuailles.

Mango ?… Papaya ?… Señor… Señora ?…

L’homme ne l’entend pas. La femme s’enrobe d’ignorance.

Agua de pipa ?… muy buena agua de pipa !

No… ¡Basta !

Le vendeur se retourne et les quitte sifflant une mélopée d’insultes.

L’homme continue d’écrire dans son calepin.

J’écris la fin des soleils / oubliant mes vestes pare-balles…

L’homme raye aussitôt ce qu’il vient d’écrire. La femme l’observe.

Où m’amèneras-tu dans dix ans ?…

Il lève le nez de son calepin.

Sur la route des fourmis vertes au tréfonds des forêts d’Amazonie…

Elle sourit. Mais le sourire ne monte pas jusqu’aux oreilles. Il est aussi mince qu’une ligne d’horizon.

Elle caresse son épaule devenue délicate. Voûtée vers l’avant. Comme une coquille. Sur la paume une sensation de brûlure. Il fait froid dans la chambre. Il tousse. Des picots de sang dessinent une minuscule constellation sur les draps entortillés.

Dans le lit son regard se fige. Les pupilles s’élargissent et brouillent la vue. Il ne bouge plus. Elle prend le flacon presque vide sur la table de chevet.

L’ouvre.

Boit.

Le dépose.

Laissant la fin du jour danser encore un peu à travers le prisme à sec.

À ses côtés elle l’enrobe de ses bras effilés. Et ferme les paupières.

Elle chuchote à ses oreilles.

Viens… allons encore un peu dans la vallée émeraude…

Notices

Originaire de La Baie, Emmanuel M. Simard détient un diplôme en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a écrit et réalisé une dizaine de courts métrages et a participé à divers festivals. Il tente aussi de se tailler une place dans le merveilleux monde de la télé. Il travaille à la publication de son premier roman. Dernièrement, il a publié de la poésie dans les revues Estuaire et Jet d’encre. Cette nouvelle est son troisième texte dans le magazine littéraire électronique Le Chat Qui Louche. AG

Dany Tremblay a vécu son adolescence et le début de sa vie d’adulte à Chicoutimi. Après un long séjour dans la région de Montréal, où elle a obtenu une maîtrise en Création littéraire à l’UQAM, elle s’est de nouveau installée au Saguenay où elle partage son temps entre l’écriture et l’enseignement de la littérature au Collège de Chicoutimi. Au début des années 80, elle s’est mérité le troisième prix de la Plume Saguenéenne en poésie ; en 1994, elle est des dix finalistes du concours Nouvelles Fraîches de l’UQAM. Organisatrice de Voies d’Échanges, qui a accueilli, deux années de suite, une vingtaine d’écrivains à Saguenay, elle est aussi, à deux reprises, boursière du CALQ. Elle a été active dans l’APES-CN, dont elle a été présidente de 2006 à 2008. Depuis presque dix ans, elle pratique l’écriture publique avec les Donneurs de Joliette, fait partie du comité de lecture du Prix Damase-Potvin et de celui des Cinq Continents.

À ce jour, elle a publié des nouvelles dans plusieurs revues au Québec ; a coécrit avec Michel Dufour Allégories, amour de soi, amour de l’autre publié en 2006 chez JCL ; a écrit Miroirs aux alouettes, roman-nouvelles, publié en 2008 chez les Équinoxes, ouvrage auquel a participé Martial Ouellet.  En 2009, elle publiait à la Grenouille Bleue Tous les chemins mènent à l’ombre, qui lui a valu Le Prix du Salon du Livre du SLSJ 2010, dans la catégorie récit.  En 2010, elle publiait, également à la Grenouille Bleue, Le musée des choses.


Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :