Conte d’aujourd’hui, un texte de Karine St-Gelais

Conte d’aujourd’huialain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

 

Il était une fois, une jolie adolescente, seule et triste. Elle fait partie de cette génération appelée : les enfants-rois. Elle se retrouve à l’aube de ses 16 ans, enfermée depuis plusieurs jours au sommet d’une sombre tour. Elle y déverse toutes les larmes de son corps. Peut-on mourir de chagrin ? Elle prend des photos avec son nouveau téléphone cellulaire, cadeau de sa belle-mère, pas si méchante que ça après tout ! Une moue par ici, un demi-sourire par là. Des lèvres généreuses et un décolleté plongeant font la une de sa page Facebook. Anne console Laurie, qui pleure sa vie, laissant son mascara créer des ombres sous ses beaux yeux bleus. Elles conversent en silence jusqu’au coucher du soleil. Seuls leurs petits doigts s’animent dans les rayons orangés par-delà la grande fenêtre.
Anne, sa meilleure amie, l’envie. Elle envie ses beaux cheveux longs et ses yeux de biche. Elle aimerait dormir cent ans comme la Belle au Bois dormant. Elle aimerait bien se piquer le doigt et s’évanouir pour oublier ses broches et sa peau marquée par l’acné. Elle aimerait attirer l’attention de Vincent, un garçon de sa classe. Mais elle désespère, car ce serait aux yeux des autres « Le Beau et la Bête », et ça n’arrivera jamais, se dit-elle. Sa marraine n’est pas une fée et elle ne se transformera pas en beauté, même s’il finit par l’aimer. Son visage ressemblera toujours à une citrouille, vu sa rondeur et ses taches de rousseur. Anne sombre avec Laurie dans sa tour noire. Ensemble, elles affrontent le monde virtuel des adolescents d’aujourd’hui. Toutes deux captivées par un écran pas plus gros que nos anciennes calculatrices.

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Durant ce temps, Sarah, la petite sœur de Laurie les regarde, émerveillée. Elle a hâte de grandir et de pouvoir enfin se maquiller. « Tasse-toi le petit nain », lui disent sa sœur et ses amis à longueur de journée. Elle retourne alors à ses poupées aux longues jambes et yeux démesurés. Faux cils et talons hauts paradent dans ses histoires, comme ceux des deux amies qui sortent finalement de leur torpeur. Elles partent toutes pomponnées à leur petite soirée. Les parents espèrent qu’elles rentreront à l’heure de Cendrillon.
Il y a aussi leur voisine, Véronique, dont les nattes dépassent ses épaules frêles. Elle rêvasse du haut son balcon. Elle est timide et attend que quelqu’un grimpe la rejoindre. Elle voit les filles, soignées jusqu’au bout des ongles, sortir de la maison de Laurie. Si elle le pouvait, elle leur lancerait des pommes empoisonnées par jalousie. « Ou allez-vous les filles ? » demande-t-elle par texto. « Chez Joe », répond Laurie sèchement, sans émoticons et sans rire, elle n’a pas le temps. Véro oublie de leur dire qu’elle aurait aimé les accompagner. Trop tard. Elle continue de tresser ses nattes blondes dans le silence de la soirée qui s’avance. Elle aussi s’est forgé une belle grande forteresse d’ivoire, loin et à l’abri de tout.
Mais où sont passés nos beaux contes de fées, ceux qui nous faisaient rêver ? Où sont passés les contacts humains et les conversations pleines d’émotion qui accompagnaient nos fous rires avec passion ? Où sont passés les gentils ogres qui hantaient nos nuits ? Ils ont maintenant plus de quarante ans et surfent sur le net à la recherche de chaire jeune et fraiche. On dit que chaque génération à son lot, mais celle-ci n’a-t-elle pas perdu plus qu’une chaussure de verre en chemin ? Où est la magie, que deviennent les hasards et la folie de ce que devraient être les premières fois ? Maintenant, le quotidien se vit sur un mur blanc et froid. Des graffitis d’émotions qui défilent chaque seconde comme de grands journaux intimes ouverts au public.

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québecIl y a aussi Nathan, le grand frère de Véro. Sur lui règne l’anarchie, des dessins sinistres ornent son corps. Il est fan de ces chanteurs qui parlent de honte et de peur, d’argent et d’honneur. Une magie noire a emprunté ses yeux. Il à peine à se lever les matins de semaine. Il crache à sa mère sa soif de liberté et sa haine. Il n’aime pas ses cours et ne pense qu’à la déception qu’il inflige jour après jour à ceux qu’il aime. Il texte Laurie : « Je suis désolé ! » Il sait qu’il lui a fait de la peine, qu’il lui a volé une partie de son innocence en publiant des photos compromettantes à son sujet. Lui et Vincent ont beaucoup ri d’Anne aussi au cours de l’année scolaire. Elle en souffre, mais, selon eux, elle n’est qu’une gosse de riches et elle s’en remettra ! Mais depuis quand l’argent atténue-t-il la douleur d’une âme écorchée vive ? Les belles histoires d’amours d’aujourd’hui se textent et se partagent, se likent ou se ridiculisent sans fin. Des amitiés se forment ou se détruisent sous les douze coups de minuits des statuts écrits sur le vif, chaque heure qui passe. Les lendemains peuvent être regrettables. Ce n’est point différent d’antan, vous me direz. Pourtant la douleur de vivre semble plus criante que jamais. Un mauvais sort s’est jeté sur cette littérature contemporaine qui nous interprète des morceaux de réalités en solo tout simplement délicieux. Que ce soit en noir, ou en blanc, « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… »

Notice biographique

Karine St-Gelais est une écrivante qui promet.  Nous aimons ses textes pleins de fraîcheurchat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie.  Laissons-la se présenter.  « Je suis née à Laterrière, dans la magnifique ville de Saguenay. Depuis près de huit ans une Arvidienne, j’aime insérer dans mes histoires des frasques de l’enfance et des coups d’œil sur ma région.  Je suis mariée depuis dix ans. J’ai trois beaux enfants, un  affectueux Bouvier Bernois et un frère cadet de 21 ans. Je suis née le 3 septembre 1978 sous le signe astrologique de la Vierge. J’adore l’automne et sa majestueuse toile colorée. J’aime la poésie, les superbes voix chaleureuses et les gens qui ne jugent pas à première vue. Née d’une mère incroyablement aimante et d’un père absent, je crois que la volonté et l’amour viennent à bout de tout.  Au plaisir de vous rencontrer sur mon

blog:http://www.facebook.com/l/3b24foRTZrfjfcszH7mnRiqWa9w/elphey »

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

One Response to Conte d’aujourd’hui, un texte de Karine St-Gelais

  1. Jack & Liz dit :

    […] via Conte d’aujourd’hui, un texte de Karine St-Gelais — […]

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :