Yvon Paré nous parle de Lili St-Cyr et de Marjolaine Bouchard…

Lili St-Cyr ou la disparition d’un mondealain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

 

Il n’est jamais facile d’approcher un mythe. Marjolaine Bouchard semble aimer ces défis et a réussi à nous captiver en tournant autour d’Alexis le Trotteur et du Géant Beaupré. Ces deux romans nous plongent dans un milieu, une époque, une manière de vivre, des destins qui sortent de l’ordinaire. Elle tente l’exploit en approchant Lili St-Cyr cette fois, une effeuilleuse mythique dans l’esprit de plusieurs, une femme qui a fait soupirer Montréal à une époque révolue. J’avoue que je ne connaissais rien de cette icône. C’était un nom, une image que j’ai croisée dans certains romans.

Immense défi que celui-là. Monde méconnu, un peu sordide, du moins dans l’imagerie populaire qu’aborde Marjolaine Bouchard. Les cabarets, l’alcool, les truands, les mauvais garçons, la prostitution nous viennent à l’esprit, l’exploitation et la violence. Comment échapper aux clichés même s’il y a toujours une certaine vérité derrière ces lieux communs.
L’enfance d’abord, la petite fille. Après tout, je ne cesse de le répéter dans mes chroniques, tout vient des premières années qui font l’adulte que nous sommes et que nous questionnons pendant toute une vie.
Une enfance normale. Pas d’agressions, de violence. Une mère un peu sévère et un père aimant. Malheureusement, un accident rend le père impotent et tout bascule. Ce sera les déménagements successifs, une scolarisation un peu délaissée, une vie où tout recommence tout le temps. La jeune Marie prendra goût à cette errance, aux départs et à ces vies différentes. Je me reprends. C’est un peu plus compliqué que ça. Sa mère n’était pas sa mère. En fait, celle qu’elle croyait sa mère était sa tante. Un peu d’histoire. Un milieu religieux, sévère. Nous avons connu ça au Québec. L’histoire d’amour d’une jeune femme qui sort de l’adolescence tourne mal. La voilà enceinte. Il faut sauver la face, la réputation de la famille. La tante, qui a mari, s’occupe du bébé et se fait passer pour la mère. Sa vraie mère est sa tante. Vous comprenez ? On a échangé les mères et la réputation est sauve. Nous avons eu des cas semblables au Québec à l’époque où le curé contrôlait les naissances.
La mère tante couturière fabrique de beaux vêtements et la jeune Marie regarde, écoute, rêve. Elle aime les vedettes de cinéma qui font la une des revues. Surtout Greta Garbo qui sera un modèle et Marylin, la grande Marylin Monroe. Devenir une vedette, attirer tous les regards, être le centre de toutes les attentions, être la plus belle des belles. La richesse aussi. Une tante un peu excentrique fait oublier la réalité, la misère et les difficultés, laisse croire que l’on peut s’arracher à une vie étouffante pour plonger dans la féérie.
Lili St-Cyr en fera son objectif, sa passion. Toute sa vie tourne autour de l’image, de l’apparence, le paraître, les bijoux et les vêtements. Elle ne se refusera rien et y dilapidera des fortunes.

Parcours singulier

La jeune Marie Van Schaack suit des cours de danse, s’acharne, veut devenir comédienne et briller sur les écrans. Elle doit gagner sa vie et devient effeuilleuse tout naturellement. Pas une fille comme les autres, de celles qui se déshabillent pour se déshabiller, répétant machinalement les mêmes gestes devant un public mal dégrossi. Lili en fera un art. Elle invente des scénarios, incarne des personnages, évoque les grandes séductrices de la mythologie. Une chorégraphie où la nudité ne sera qu’illusion, un moment éphémère. Elle se rhabille surtout. La fameuse scène de la baignoire où elle se retrouve nue dans son bain au début du spectacle pour enfiler ses vêtements avec grâce et finesse. Elle deviendra la muse, celle qui envoûte les hommes, fait rêver, attire les mauvais garçons comme les riches. Elle donnera un cachet particulier à ce genre de spectacle, un raffinement qui étonne tout le monde.
Elle changera plusieurs fois de nom, vivra des amours tumultueuses, violentes parfois, sera toujours attirée par les mauvais garçons ; entretiendra un appétit insatiable pour le luxe, les vêtements signés par les plus grands couturiers, les bijoux et les œuvres d’art. Elle ne se privera de rien, dilapidera tout, aura toujours besoin d’argent.
Sa vie est marquée par les voyages, les dépenses excessives, une belle complicité avec sa grand-mère, une fidélité à sa famille et ses amis. Elle ne pouvait se priver du jeu, des rôles, du regard des hommes. Il lui fallait rêver, devenir une autre tout le temps pour fuir la réalité.
Elle finira dans la réclusion, la solitude, aux côtés d’un mari handicapé. Qui vit par l’image périt par l’image. Une fin de vie sordide où elle tentera d’échapper au vieillissement par les drogues.

Société

Le roman de Marjolaine Bouchard témoigne du passage d’une société traditionnelle, marquée par l’empreinte de la religion, des religions devrais-je dire, remplie de préjugés vers une société moderne où les femmes se libèrent et peuvent faire l’amour sans la fatalité de la maternité. Lili St-Cyr n’y trouvera plus sa place. Elle a incarné pourtant, au sommet de sa gloire et de sa popularité, la femme libre, celle qui capte tous les regards, suscite tous les désirs. Une femme-enfant peut-être, capricieuse qui ne vit que dans l’instant. Une comète dans un monde qui n’a cessé de se dégrader avec le temps. Elle était différente, fantasque, imprévisible, aura fait tourner toutes les têtes à Montréal et aux États-Unis, connue des procès, les premières pages des magazines.
Pas facile de cerner une séductrice qui se voyait comme une image ou qui pensait vivre dans un film. Lili St-Cyr n’a pas échappé au destin des étoiles filantes qui marquent l’imaginaire et permet d’inventer les mythes.
L’esquisse d’une époque, d’un Montréal chaud qui a bien changé avec l’arrivée de Pax Plante et Jean Drapeau. Une femme souvent imprévisible, qui aimait séduire et avait bien du mal avec le quotidien de l’amour. Elle a défendu sa liberté en le payant cher, est demeurée peut-être une petite fille qui cherchait à être le centre du monde. Une femme fragile que la réalité décevait et qui voulait la transformer pour être un soleil, un astre autour duquel tout tourne. Elle aura réussi. Elle a fait sa place dans l’imaginaire, nous en parlons encore.

Lili St-Cyr, de Marjolaine Bouchard est paru chez Les Éditeurs réunis, 27,95 $.

Ce qu’elle a écrit :alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Les pérégrinations de la famille dans tout le pays, c’était comme la migration des gitans dont papa Ben parlait, ces joyeux voyageurs qui se moquaient de l’argent et du travail, et dansaient en chantant l’amour et la liberté. À leur image, elle apprit à se détacher, à ne développer aucun sentiment d’appartenance, à tout quitter sans regret. Au fond, elle aimait bien les voyages, et les déménagements avaient l’avantage de la retirer de l’école un certain temps. (p.17)
.
C’était un jeu : ne dévoiler que ce qu’il faut, lentement, très lentement. Le moment crucial, le climax où la nudité serait exposée ne devait durer que quelques secondes, et encore, tournée dos au public ou de trois quarts, cachée derrière des plumes ou bras croisés sur l’essentiel, pour ne pas brider l’imagination du spectateur, lui permettant d’aller plus loin que la réalité. (p.163)
.
Heureusement, ils avaient seulement le droit de regarder, pas celui de toucher. Ils devaient conserver l’immobilité du voyeur. Ce devait être à sens unique : ils ne pouvaient être ni aimés ni désirés d’elle. Elle leur offrirait la vue de son corps, mais sans jamais leur appartenir. Là résidait son ultime contrôle. Gentiment, elle se moquerait d’eux, en leur infligeant une soif insatiable. (p.173)
.
— Oui, mais c’est un monde fermé, immobile. Je veux vivre uniquement pour l’extase, le plaisir. Les doses calculées, les amours modérées et les demi-tons me frigorifient. J’aime la surabondance, j’aime faire exploser le mercure du thermomètre. (p.240)
.
D’accord, les femmes avaient droit de vote et droit de parole, elles sortaient des maisons pour entreprendre des études et des carrières afin de ne plus dépendre financièrement des hommes. Ça, elle l’avait toujours encouragé, elle en était un exemple vivant ! Mais toutes ces nouvelles féministes qui dénigraient le striptease et les concours de beauté… Pourtant, la stripteaseuse usait d’un réel pouvoir en bouleversant les vieux clichés, en choquant, parfois de façon très provocante, les codes de la société La stripteaseuse renversait les rôles, c’est elle qui prenait les commandes. En menant le jeu, elle n’était plus une femme passive et soumise. (p.401)
http://www.lesediteursreunis.com/cataloguedetail/199/Lili+St-Cyr.html

Yvon Paré

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecJournaliste, écrivain et essayiste, Yvon Paré a publié une douzaine d’ouvrages, un essai, des romans, de la poésie et des récits.  Signalons Les plus belles années, Le Réflexe d’Adam, Les Oiseaux de glace et Le souffleur de mots.  Les récits de voyage Un été en Provence, Le tour du lac en 21 jours et Le Bonheur est dans le Fjord ont été écrits en collaboration avec Danielle Dubé.

Lecteur attentif, il a rédigé de nombreux articles portant sur les œuvres des écrivains du Québec dans Le Quotidien et Progrès-Dimanche où il œuvré comme journaliste.  Il collabore à Lettres québécoises depuis une quinzaine d’années en plus d’être l’auteur d’un blogue fort fréquenté.

Le voyage d’Ulysse, un roman où il suit les traces du célèbre personnage d’Homère, en l’invitant au Lac-Saint-Jean et en inventant un monde possible et imaginaire.  Il a remporté le prix Ringuet du roman de l’Académie des lettres du Québec avec ce roman en 2013 en plus du prix fiction du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.  Son dernier ouvrage, L’enfant qui ne voulait plus dormir, un carnet fort louangé, explore les chemins de la création.

On peut retrouver l’ensemble de ses chroniques sur http://yvonpare.blogspot.com/.

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :