Mercredi, la ville toussote… un texte de Marc-André Lévesque

Mercredi…alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Nous sommes un mercredi. Il vente et le vent a poussé les nuages au jeudi suivant. J’aime le vent qui pousse et ce printemps qui vient, vient aussi avec lui. Le soleil resplendit sur la ville. Ses éclats me font mal aux yeux. Je suis une poussière dans les yeux d’un aveugle qui entend le bruit que fait le vent à travers les branches. Un sac de plastique, pris ente deux automobiles virevolte avant de s’envoler ; il ressemble à un oiseau qui veut partir vers des îles comme lui, au centre des océans. Le vent m’allège. Près de l’immeuble en hauteur, les rafales sont si soudaines autant que fortes que je crois pouvoir partir au vent. Je m’accroche. Je m’ancre à cette rue qui, finalement, me fera sortir du tourbillon. Je me dépose sur le plancher d’un commerce tel une feuille sur laquelle sont écrits les mots d’amour que j’ai envie de dire et redire chaque fois que l’air me pousse les idées par en dedans. Sur un midi ensoleillé, les rênes bien en main, je conduis mes rêves vers les jours qui viennent.

La ville toussote…

9 mars. J’ai ouvert mes fenêtres et la ville a semblé vouloir entrer dans mon appartement pour se réchauffer. Je les ai immédiatement refermées, mon appartement étant trop petit. En bas, sur la rue un couple marche. La femme est vêtue chaudement d’un manteau rouge, le capuchon bien en place sur sa tête. Ses gestes sont gracieux, elle gesticule. L’homme est vêtu de vêtements sombres. Ses vêtements semblent le replier sur lui-même. Il écoute. Les hommes écoutent toujours trop sans vraiment comprendre. Un réflexe de fuite vers une autre planète, qui sait ? Une autre femme plus sombre les suit au loin, elle semble patiner, mais je crois que je me trompe. Le soleil tente vainement de se frayer un chemin à travers les nuages. Pourquoi les marcheurs se vêtent-ils généralement avec des vêtements de couleurs sombres ? Comme des oiseaux de malheur, des corbeaux, des corneilles. Parfois un cardinal ou un geai bleu se mêle à eux en se demandant : « qu’est-ce qu’ils sont venus faire là ? » La ville toussote puis se grise davantage avant d’accueillir une faible neige.

La ville ressemble à une pâtisserie…

Un matin, la ville ressemble à une pâtisserie. Les rues sont recouvertes d’une fine couche de glaçage qui lui donne cet air de biscuits sablés recouverts d’un coulis à la vanille. L’image est belle, mais, à voir les piétons qui se tiennent les fesses serrées pour ne pas tomber, la réalité est moins appétissante. Je voulais me rendre à pied à l’épicerie, je crois que j’attendrai demain. J’irai plutôt visiter cet ami qui, dans le même immeuble que moi, file un mauvais coton. C’est dire que nous ne pourrons assister à certains événements prévus aujourd’hui. L’amitié est plus importante que toutes les représentations. Cet homme est un livre ouvert, j’irai donc faire sa lecture en l’écoutant se souvenir de son enfance, de ceux qu’il a aimés, de ses voyages, de ses connaissances vastes comme le monde et même davantage. J’irai glisser sur ses souvenirs qui me transporteront jusqu’aux miens. La nostalgie ne me fait pas peur puisque je sais qu’elle est en lien avec la réalité actuelle. Je la soigne autant que mon ami qui porte ses 83 ans avec fierté malgré des sautes d’humeur de sa santé.

L’auteuralain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Né à Saint-Ulric, près de Matane, sur la rive sud du fleuve, j’ai été créé par les images de ce désert d’eau qui change de forme selon les saisons.  Je lancerai bientôt (le 23 novembre) Des mots sur des couleurs, mon premier recueil de récits, en collaboration avec l’artiste peintre Pierre Morin de Varennes qui appartient, tout comme moi, aux paysages de la Matanie, mon pays, mes amours.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :