Embouchure et langue, par Alain Gagnon…

Actuelles et inactuelles

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Embouchure —. Endroit où se termine un fleuve ; endroit où un fleuve ou une rivière se jette dans la mer, dans un lac. Mot magnifique et évocateur. Mais parlerait-il faux pour les cours d’eau ? L’embouchure (parent du mot   « bouche ») fait référence à l’endroit où débute un processus : l’ingestion, l’assimilation des aliments. En géographie, on lui fait désigner la fin d’un phénomène, là où un cours d’eau se termine, comme la magnifique embouchure de la rivière Ashuapmushuan qui se jette dans le Piékouagami. On propose delta et estuaire comme synonymes. Un peu pompeux. J’en cherche un autre. Si vous avez des suggestions, chers lecteurs, je les recevrai avec plaisir.

Par contre, et pour me contredire moi-même, si on délaisse la géographie physique pour une vision plus anthropomorphique des choses, l’embouchure peut alors désigner le début d’un processus, celui du voyage vers la source d’un cours d’eau, à rebours de courant.

Voilà comment on tergiverse pour montrer la photo d’une rivière qu’on adore…

La langue —. Deux phrases qui ont des pieds et des mains. « La carte n’estalain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec pas le territoire. Les limites de votre langage sont les limites de votre monde. » (James Sallis, Papillon de nuit.) Cet auteur de polar soulève un problème trop connu et jamais assez ressassé chez nous. Les humains possèdent une ou des langues comme principaux moyens d’expression. Lorsque celle-ci est pauvre, lorsqu’on ne peut s’exprimer que par onomatopées ou à coups de « chose… » ou « t’sais j’veux dire… », on jouit d’un langage très restreint, donc on évolue dans un monde très pauvre : on peut le ressentir, mais on ne peut le concevoir, ni l’exprimer, ni s’expliquer correctement à soi-même ou aux autres, faute d’un vocabulaire adéquat.

Par où commencer ? Dans les écoles, faire lire aux jeunes des auteurs qui ont du vocabulaire et savent écrire autre chose qu’une série de dialogues mal ficelés. Les bons auteurs abondent dans nos deux langues officielles, qu’on y puise. Mais encore faut-il que les enseignants les connaissent, les fréquentent…

Un enseignant qui arrivait sur le marché du travail me déclarait : « J’ai fini d’étudier. Je vais enfin pouvoir me débarrasser des maudits livres pour faire un peu de place dans le salon de ma femme. » Quelle matière enseignait-il ? Le français. Vous trouvez cela incroyable ? Moi, également. Si je ne l’avais pas entendu de mes propres oreilles et ne m’étais pas assuré qu’il ne plaisantait pas, je ne le croirais pas.

L’auteur : Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon du Livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998). Quatre de ses ouvrages en prose ont ensuite paru chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale(2003), Jakob, fils de Jakob (2004), Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013). Il a reçu à quatre alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique(Triptyque, 2005), Les versets du pluriel(Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011). En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010). Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont Kassauan,Chronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux(MBNE) ; récemment il publiait un essai, Fantômes d’étoiles, chez ce même éditeur. On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL. De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue. Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :