Il y a ceux qui avalent leur prozac… un texte de Myriam Ould-Hamouda

Il y a ceux qui avalent… alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

 

Il y a ceux qui avalent leur prozac avec le lait de leurs cornflakes au petit déjeuner, ceux qui engloutissent des litres de café pour faire glisser leur plaquette de valium à la pause de midi entre deux rendez-vous, et ceux qui tard la nuit terminent la bouteille de rhum avant la boîte de stilnox – ou l’inverse. Je ne sais pas comment le monde a réussi à nous faire avaler la pilule, mais, depuis qu’elle est passée, absorbée, digérée, nous continuons à gober avec le sourire et un grand verre d’eau, matin midi et soir, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel de nos armoires à pharmacie pleines à craquer, et avec elles les couleuvres qu’il avait planquées au milieu pour faire la blague.
Nous nous prenons pour des surhommes, nos ordonnances entre les doigts, les cachets dans la glotte et l’esprit embrumé, à faire passer comme par magie tous nos bobos d’êtres humains. Et à chaque pilule qui continue de passer sans jamais laisser une égratignure le long de notre trachée, dans notre toute-puissance de demi-dieux, nous noyons sous des litres de flotte la faim, la fièvre, et l’ennui.
Nous nous prenons pour des surhommes ; mais nous ne sommes en vérité que des tyrans, à brandir à notre corps mille et un commandements inventés de toutes pièces. Nous le gavons ou l’affamons selon le temps qu’il fait, celui de pleurer sous un plaid parce qu’un corps qui lui tenait chaud est parti, ou celui de l’exhiber sur la plage sous le nez d’autres corps qui pourraient le consoler un peu. Nous le faisons gonfler, sécher et puis dépérir à notre guise selon l’heure qu’il est, celle de le faire tenir debout, d’avancer à vive allure jusqu’au podium et de sourire à pleines dents sous le feu des projecteurs, même si ce ne sont que des feux de paille et même s’il n’en peut plus aussi, celle de le border sous des draps froids dans un lit un peu trop grand pour lui depuis que le corps qui lui tenait compagnie ne l’occupe plus, depuis qu’à chaque fois que nous l’obligeons à trouver le sommeil malgré lui, il ronfle fort, mais ne rêve plus. Même si ça lui aurait bien plu, pour une fois, de veiller tard et de nous raconter sur le coin de l’oreiller ses histoires de corps qui a mal ou qui prend son pied.

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québecMaman disait « il ne faut pas s’écouter », si elle nous voyait comme elle serait fière de ses grands garçons si baraqués de ses grandes filles si élancées : ça doit faire une éternité que nous n’avons pas pris le temps de l’écouter, notre corps qui avait pourtant bien des choses à nous dire. Notre corps qui sait tellement mieux que nous quand il a soif, faim ou bien la nausée. Et comme nous avons bien l’air malins ce matin, depuis qu’il s’est décidé à gueuler plus fort que nous, que maman et le monde aussi, et que nous n’avons plus rien à lui mettre sous la dent que de la purée fade et des draps trop blancs. Il y a ceux qui écument les magasins de fitness à la recherche d’une pilule miracle pour dompter ce corps qu’ils imaginaient moins sauvage, et celles qui se foutent bien de le voir se déformer à mesure que leur ventre se gonfle et qu’un corps un peu plus petit prend vie dedans. Et que, les mains dessus les yeux fermés et le cœur qui cogne vite et fort, elles attendent les coups en souriant.

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :