Pas très loin de la grâce, un texte de Clémence Tombereau…

Pas très loin de la grâce

 

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

L’entrée dans l’eau se fit comme une étreinte.
D’abord, de la timidité. Le corps nu et l’âme hésitante quant au plaisir à venir. L’eau est froide et chaque pore en frissonne.
La plage lui appartient, débarrassée des touristes par l’orage récent et la chute du soir. Quelques ombres furtives se laissent deviner, loin, bien loin, pareilles à des fantômes ignorés par le monde. Les vagues s’offrent placidement dans une écume douce, se prennent pour des caresses latentes dont l’unique proie est le corps d’Elettra.
Puis le corps tout entier se glisse dans le liquide, comme dans un vêtement qu’on aime par-dessus tout pour sa somptuosité et son confort immense.
La tête d’Elettra lentement se déleste de tout ce qui l’encombre en s’immergeant violemment sous les flots. La pudeur du début fait place à de l’ardeur et cette femme folle de se baigner ainsi s’adonne à un corps à corps inouï dont les souvenirs remontent à l’aube de l’humain. Son corps de femme à elle contre le corps du monde. Et les deux ne font qu’un.
Et les deux, là, se meuvent comme si la rotation de la terre en dépendait. La peau chaude de l’une s’ouvrant comme une bouche à des baisers salés que l’autre lui octroie.
Elle n’est que souplesse et tout son être s’active à ne faire que ça : tourbillonner avec la mer, se jeter dedans comme dans un grand vide, nager, flotter, plonger comme une dératée, une folle a-t-on dit, ou une enfant peut-être.
Les yeux voient trouble lorsqu’ils sortent de l’eau et les lumières, là-bas, les lueurs pourtant fixes des lampadaires sur le chemin de plage se prennent pour des étoiles qu’elle voudrait filantes.
Le ciel noir, la mer brillante et la plage mate se confondent, se mêlent et Elettra ne sait plus vraiment où elle peut se trouver. Quelque part au bord du monde. Quelque part dans son corps où toutes les sensations abolissent l’idée d’une mortalité.
Quelque part. Pas très loin de la grâce.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revuealain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.  Récemment, elle a publié Débandade (roman) aux Éditions Philippe Rey.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :