Le démon de ta garde-robe, un texte de Karine St-Gelais…

Le démon de ta garde-robe

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Samedi matin. Il est déjà 9 h 15. Tu es assis sur la dernière marche du hall depuis maintenant une heure. Une valise débordante de bonheur à tes pieds. Tu regardes l’heure. Impatient, tu soupires. Tu espères qu’il n’a pas oublié, qu’il sera là, bras ouverts, avec un superbe sourire. Au téléphone, il y a trois jours, il te promettait mers et mondes, une journée inoubliable. Des promesses engendrent des attentes. Une liste exhaustive de sentiments contradictoires t’envahit. Tu regardes l’heure sur la pendule pour au moins la vingtième fois. Le temps semble s’être arrêté. Tu sanglotes, elle désespère ! Vous gémissez, vous êtes agacés, ta mère et toi. Celle-ci pose régulièrement sa main droite à son front. Elle semble soudainement découragée, elle est moins réceptive à tes incessantes demandes. Vous soupirez de nouveau, même ta perruche blanche semble fébrile, elle ne crie pas à tue-tête comme elle le fait habituellement chaque matin. Dans la cuisine règne une tension.

Tu pioches dans ton assiette au dîner. L’après-midi passe. Suzie, ton petit perroquet, s’ébroue montrant le bleue ardent de ses sous-plumes. Tu descends au sous-sol, une descente directe aux enfers. Tu lances ta petite valise sur ton lit. Elle était si pleine qu’elle s’éventre, laissant s’éteindre toute ta hâte, ton amour, tes baisers et tes dessins qui étaient dédiés à cet homme, celui qui n’est pas là et qui, selon ta mère, ne viendra pas ! Tu es déçu, elle est frustrée, vous êtes trahis. Ton cœur se serre. Il saute un tour.

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québecTu crois que tu vas mourir. On dirait que le diable gronde. Ta garde-robe est prise de secousses. Tu as peur, elle est terriblement affligée par ta peine, il est… je ne sais où ? Ce n’est pas la première fois qu’il t’oublie de cette manière – ou il a de bonnes raisons ? Difficile pour un enfant de répondre et de comprendre ce manque d’amour d’un parent qui ne s’aime peut-être pas lui-même. Ta mère se fait réconfortante, elle te comprend et te soutient, mais ton cœur reste souffrant, il saigne, une cicatrice qui le fragilisera à jamais. Tu sèches tes larmes.
L’apocalypse arrive en même temps que la pénombre. Il est l’heure de dormir, mais ton cœur sprinte, galope et fend l’air comme un cheval sauvage toute la nuit. Compter les moutons est une torture, tout ton corps est en alerte, ta penderie est entr’ouverte et il s’y tapit quelque chose, un être affreux ; tu espères que le monstre qui l’habite dévorera ta peine, ta honte. Tu t’affoles, tu prends ta couverture comme bouclier et tu y plonges la tête, espérant que le jour arrive enfin ! Tu t’agites, il ne t’aime pas ; elle perd confiance en lui et elle ne dort pas non plus. Vous appréhendez l’avenir et vous craignez le pire.

Tu t’éveilles dix ans plus tard, ton ourson toujours prisonnier de tes bras acérés. Tu n’es toujours pas délivré, libéré de cette créature qui empoigne ton cœur avec une telle force. Tu n’es pas un adulte en paix, ni avec celui qui se disait ton père, ni avec toi-même. Tu es restée fragile, tu as pourtant pardonné, tu lui as renvoyé amèrement son manque d’amour, tu sais que ce n’était pas de ta faute ; elle a toujours su, je le sais, nous le savons que trop, et vous le voyez bien ! Mais pourquoi ce tourment continue, pourquoi tu t’affliges encore cette virée infernale. ? Pourquoi cette bête t’observe encore de ta (foutue) armoire ! Tu aimerais être en paix, elle aimerait être en accord avec la situation, vous aimeriez désintégrer cette horreur, vous aimeriez pouvoir l’emprisonner, le dénoncer, et même l’attraper, ce criminel, ce tueur en série, ce maniaque qui te harcèle depuis ton enfance, pour enfin t’endormir avec quiétude.

Tu rêves de faire exploser cette garde-robe ; il rêve de toi et de tout ce qu’il a manqué ; elle t’aime plus que tout et s’est épuisée à jouer deux rôles éprouvants. Vous avez travaillé très fort à la reconstruction de cette confiance et à la réparation de cette blessure profonde, et vous faites face, vous aussi, au démon de votre placard, ce malin qui conjugue votre vie à sa guise. Tu n’as qu’une seule envie, te laisser de nouveau consoler, rassurer cet enfant qui dort encore en toi. Il a un nom cette hyène enragée qui vous ronge. Vous avez bien dit « Anxiété », ce désastre contemporain.

 alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, québec

Notice biographique

Karine St-Gelais est une écrivante qui promet.  Nous aimons ses textes pleins de fraîcheurchat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie.  Laissons-la se présenter.  « Je suis née à Laterrière, dans la magnifique ville de Saguenay. Depuis près de huit ans une Arvidienne, j’aime insérer dans mes histoires des frasques de l’enfance et des coups d’œil sur ma région.  Je suis mariée depuis dix ans. J’ai trois beaux enfants, un  affectueux Bouvier Bernois et un frère cadet de 21 ans. Je suis née le 3 septembre 1978 sous le signe astrologique de la Vierge. J’adore l’automne et sa majestueuse toile colorée. J’aime la poésie, les superbes voix chaleureuses et les gens qui ne jugent pas à première vue. Née d’une mère incroyablement aimante et d’un père absent, je crois que la volonté et l’amour viennent à bout de tout.  Au plaisir de vous rencontrer sur mon

blog:http://www.facebook.com/l/3b24foRTZrfjfcszH7mnRiqWa9w/elphey »

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :