Les autres, un texte d’Hélène Bard…

Les autres

« Les autres, que je déteste tant aujourd’hui. » C’est ce que tu avais dit. La phrase alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec roule en boucle dans ma tête. Jour après jour. Play, rewind, play, à l’ancienne, avec nos cassettes TDK et nos magnétoscopes VHS. « Les autres, que je déteste tant aujourd’hui. » Play, rewind, play : « Les autres, que je déteste tant aujourd’hui. » Depuis des années. Des milliards de fois.
Je sais, maintenant. Je comprends. Je suis l’autre. Et tu me détestes.
Moi, les autres, je ne les déteste pas. Je ne suis pas faite de haine et d’animosité. Je suis faite de questions, d’observations et de mains tendues. Mais malgré cela, les autres, je ne les comprends pas. Je pourrais donc t’écrire : « Les autres, que je ne perce pas. » Et ce serait de toi aussi qu’il est question, de toi, que je n’ai jamais mis au jour. Qui ne s’est pas laissé découvrir. Qui s’est défilé.

Les autres, dont tu fais partie, avec leurs phrases toutes faites, leurs mensonges sociaux, leurs odeurs sociales, leurs peignures sociales, leur allure sociale, leur « oui, oui, t’as raison », caché derrière un visage menteur. Les autres, avec leur belle image léchée, leurs beaux enfants bien peignés, bien habillés, silencieux, en photo, qui ne rouspètent pas, fixés dans l’instant, sourire aux lèvres, ballon de soccer à la main, méritas à la main, année scolaire terminée. Les « papa, je t’aime », les premiers mots, les premiers pas. C’est beau, c’est émouvant. C’est ostentatoire, c’est frustrant. C’est faux.
Hier, au salon de coiffure, parce qu’il faut bien sortir de son « antre », parce qu’il faut bien sortir de sa « caverne », croiser les autres, j’ai croisé Linda. Onze heures trente, déjà saoule, avec son odeur de scotch qui se dégage à des mètres à la ronde. Avec sa sacoche ouverte pleine de pots de pilules. Qui s’est trompée d’heure de rendez-vous. Qui me fait attendre. Elle se lève de la chaise de coiffeuse, penchée par en avant, perchée sur ses talons trop hauts, elle a du mal à se tenir droite, comme si elle allait planter au moindre coup de vent. Mais tout le monde fait semblant qu’elle est à jeun. Personne ne lui dit « va te coucher », « va te faire soigner ».
Linda, dont la coiffeuse séchait les cheveux avec une grosse brosse ronde. Linda, qui a dit, malgré sa bouche empâtée : « C’est pas qu’elle est une mauvaise mère, mais les détails, a l’a pas. » Sûre d’elle. Sur le ton de la condamnation.

C’est ce matin qu’elle lance sa millième pierre. Elle est sans péché, personne n’a remarqué son état. Elle pointe encore l’autre du doigt pour ne pas être vue. Pour passer inaperçue. Pour que tous les autres regardent ailleurs, mais ne voient pas qu’elle a trop bu. Elle peut dérober le mensonge au présent pendant que les autres cherchent une chimère. J’ai envie de lui dire : « vous êtes nue et tout le monde fait semblant que vous êtes habillée ». Mais elle ne veut pas le savoir. Elle a beurré son image. Elle a fait coiffer ses cheveux. Elle a maquillé ses paupières, ses joues, ses lèvres. Elle sort ses clés de son sac à main griffé, elle conduira sa voiture de luxe dans le quartier où grandissent mes enfants, à l’heure où ils sortent de l’école, et personne ne parlera. Les autres ne diront rien.
Je baisse les yeux. J’ai appris à garder le silence. À coups de rejets et d’exclusion. À coups d’incompréhension et d’intolérance. Je n’ai pas de pierre à lancer. Je n’ai pas de jugement à porter. Je ne suis pas une mère au détail. Je suis une mère qui laisse ses enfants jouer dans la boue. Une mère qui ne se soucie pas de ce que les autres pensent. Une mère erreur, une Linda qui a déjà bu au réveil. Une femme qui aurait dû en finir là, en entendant cette phrase, cette phrase qui roule en boucle dans ma tête depuis des années : « Les autres, que je déteste tant aujourd’hui. » J’aurais dû comprendre à ce moment-là que toi aussi, comme eux, tu savais mentir.

Copyright © Hélène Bard. Tous droits réservés.

Notice biographique

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecHélène Bard est née en 1975 à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix. Elle détient un baccalauréat en littérature française et une maîtrise en création littéraire de l’Université Laval. Elle a publié La portée du printemps, Les mécomptes et Hystéro.
Passionnée des chiens depuis toujours, elle écrit également des chroniques qui traitent de la conciliation meute-famille dans la revuePattes libres, diffusée sur le Web.
Hélène Bard est aussi maman de deux jeunes garçons, en plus d’être réviseure linguistique et stylistique, et d’enseigner la création littéraire.
Vous pouvez la suivre sur son site personnel.

(Tiré du Huffington Post.)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :