À abuser du second degré… un texte de Myriam Ould-Hamouda

À abuser…

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Têtes de jeune fille et de vieillard, Boucher

À abuser du second degré, nous avions oublié de prendre un peu au sérieux nos feux intérieurs.

Un demi-siècle nous séparait, mais nous nous étions trouvé assez de points communs pour nous moquer des générations auxquelles nous n’avions jamais su nous résoudre à appartenir. Vos rides ne me faisaient pas peur, mon acné ne vous dégoûtait pas. Vous aviez la délicatesse de garder sur vos épaules le poids de vos années passées, j’avais la pudeur de ne pas vous coller sous le nez mes lendemains qui chantent faux. Vous aviez dans les yeux la fougue de mes vingt ans, j’avais dans les jambes la fatigue de vos années de trop ; mais certains jours, selon le vent la pluie ou le soleil, selon les gros titres du quotidien ou la dernière blague qu’on nous avait racontée, nous échangions ce qui traînait au fond de notre sac à dos. Et même s’il n’y avait parfois pas grand-chose, nous avions tous les deux toujours assez d’imagination pour nous donner à voir tout ce qui nous manquait.

Un demi-siècle nous séparait, mais nous avions inventé une machine à remonter le temps ; et nous nous vêtions tantôt de la colère de l’adolescent qui refuse le monde tel qu’il est, tantôt de la candeur du môme qui se moque bien de la tronche du monde, et s’en invente un nouveau. Ni vous ni moi n’avions jamais su être assez adultes pour nous reprocher nos cuites de la veille et nos gueules de bois du matin, pour passer l’âge des bêtises des grosses colères et de l’envie de jouer ensemble. Et nous prenions un malin plaisir à dénicher un tas de cachettes secrètes pour nous planquer, même si personne n’avait jamais compté à haute voix jusqu’à dix, juste pour le plaisir de nous chercher un peu et de ne jamais cesser de nous surprendre en n’étant jamais là où nous nous attendions. Et même si nous n’avions jamais les pouces levés ni les mots des grands pour le dire, nous adorions ça.

Un demi-siècle nous séparait, une noce d’or que nous n’avions jamais pris le temps de faire semblant de célébrer, comme nous détestions tout ce qui brillait s’il ne s’agissait pas de ces étoiles que nous nous glissions l’air de rien dans les yeux, ou nos éclats de rire. Le monde s’amusait à nous prêter un paquet d’intentions débiles, de l’amour de la haine ou les deux à la fois comme il ne savait plus vraiment sur quel pied danser dans notre cour de récré qu’il prenait pour un champ de bataille ; mais nous nous amusions encore plus à le regarder s’étaler de tout son long au milieu, et nous nous moquions bien de ce qu’il s’échinait à nous prêter du demi-siècle qui nous séparait de la destination finale tant que nous nous donnions toujours assez de quoi nous marrer avant de l’atteindre. Mais à abuser du second degré, nous avions oublié de prendre un peu au sérieux nos feux intérieurs.

Nous nous pensions bien du talent à ne jamais retenir nos fous rires, alors que nous manquions de courage pour sangloter et nous prendre dans les bras avant que nos feux nous consument.

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

4 réponses à À abuser du second degré… un texte de Myriam Ould-Hamouda

  1. Sev dit :

    Un très joli texte. Merci pour cet instant de poésie, qui nous force aussi à repenser le regard que l’on peut poser sur la différence.

    J’aime

  2. Agnès Llamas dit :

    Quel superbe déclaration d’amour d’une petite fille pour son grand-pere ! Un talent très prometteur !

    J’aime

  3. Agnès Llamas dit :

    Quelle superbe déclaration d’amour d’une petite fille pour son grand-pere ! Un talent très prometteur !

    J’aime

  4. Myriam dit :

    Merci pour vos lectures attentives et bienveillantes!

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :