Dominique Blondeau nous parle de Gilles Pellerin…

Un homme se surprend *** 1/2


alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Bien souvent, après avoir publié une critique, on ferme l’ordinateur, on ne revient que le lendemain. On allège notre article de quelques scories, étant rarement satisfaite de ce qu’on écrit. Puis, on remercie nos fidèles lecteurs et lectrices qui se sont manifestés de manière discrète. On apprécie cette approche cordiale à laquelle, dans les mois prochains, on mettra un terme pour se consacrer à soi. La lecture du roman Un homme mesuré, signé Gilles Pellerin, étant terminée, on donne notre opinion.

Pour notre grand plaisir, l’ombre d’un Kafka grinçant flâne entre les pages de la fable de Gilles Pellerin, qu’on ne présente plus, son palmarès éditorial étant rempli de ses nombreuses activités littéraires, enchâssées des florilèges qui y sont rattachés. Cette fois, l’écrivain a suffisamment d’humilité pour nous offrir un premier roman, genre qu’il n’a pas encore abordé, ce dont on doute. On sait ce que renferment les tiroirs secrets d’écrivains qui ne font parler d’eux qu’à bon escient.

Si on a pensé à un Kafka ironique qui se glisserait dans le récit du narrateur — on ne compare surtout pas, on détesterait —, c’est que le personnage principal, si réservé, presque effacé, soudainement mis en évidence par le burlesque de certaines situations, nous a fait sourire, son humour faisant mouche sans qu’il n’y paraisse. L’homme se contente d’une existence paisible, partagée entre sa compagne et leurs deux enfants. Il est fonctionnaire, assujetti à un labeur routinier, s’accommodant de collègues qu’il remarque à peine. Qui voit-on, à part soi, devant l’écran d’un ordinateur ? Sauf que ce matin-là, se rasant, le narrateur a perçu, dans le miroir en face, un imperceptible changement sur son visage. Pas grand-chose, suffisamment pour que ses relations avec ses collègues prennent une tournure inhabituelle, comme si soudainement sa propre terre avait basculé sur son axe. Lui qui aime se rendre invisible se voit mis sur la sellette, jouant un rôle insipide dans le microcosme de la société actuelle, parfois déboussolée.

L’histoire ? Elle est construite d’anecdotes séquentielles subtiles. Cet homme s’attarde sur des faits qui le concernent, sa relation avec son nouveau chef de secteur lui donnant une importance qu’il n’a jamais souhaitée. Non seulement ce dernier le regarde, mais il le voit… Il lui confie des dossiers urgents, le responsabilise en quelque sorte. Il lui fait des confidences bureaucratiques, l’envoie en formation, ce qui vaut au lecteur de brèves réflexions poétiques quand le train tombe en panne. Nous assistons à la liesse des passagers s’étonnant d’un wagon proche du leur, contenant des tonneaux de vin, à l’accueil d’un « groupe d’effeuilleuses » qui se profile quand les congressistes passent un nuit à l’hôtel. Plus tard, il y aura un concours sur le thème de l’attachement à un mystérieux Club sportif, le sport s’avérant plus important que le travail. Les paradoxes se multiplient qui déroutent le narrateur, ne comprenant pas ce soudain intérêt pour celui qu’il est devenu, dans un État pour qui l’individu ne représente qu’un pion négligeable sur l’échiquier mondial, ne visant que la performance. Parfois, nous pensons à une université américaine, le Club influençant la cote d’un monde aliénant qui se meut dans une récalcitrante harmonie. Le roman Un bonheur insoutenable d’Ira Levin, nous revient en mémoire, l’utopie n’ayant pas sa place dans le récit de Gilles Pellerin. Amalgame kafkaïen et anticipation divinatoire qui ne l’est plus.

Cependant, la tendresse du bureaucrate pour sa compagne et ses enfants inspire à l’écrivain des pages émouvantes. Le monde et le narrateur ont changé, il n’en demeure pas moins que l’être humain, dans sa part intime, s’attarde à ce qu’il est, sensible à l’altruisme de son semblable. Ici, ce sont les mots qui fructifient un amour partagé, la compagne du narrateur étant férue de mots croisés, elle le distrait d’une panoplie d’inepties mise en place par un État nombriliste. Les relations avec autrui comptent au nombre des bienfaits, prenant leur essor dans une complicité désintéressée.

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecCes témoignages fictifs — le sont-ils véritablement ? — d’un homme qui prend peu à peu conscience de son apport sociétal, et le valorise, en étant certain que c’est vers la femme qu’il aime, sa fille et son fils, qu’il trouvera un refuge salvateur. Aucune cause étatique ne peut altérer son amour pour eux, surtout pas la menace d’une révolution quand chacun commence à se voussoyer, que le narrateur se prête à un dernier jeu : celui du sosie d’un président fatigué et perdant.

Jeu aussi des non-dits, le lecteur se délecte d’un humour abrasif qui ne se dément jamais. Nous lisons une sorte de plaidoyer sur les êtres qui nous sont proches. Sur un aspect professionnel, le temps que nous lui allouons du matin jusqu’au soir, le lendemain ne se manifestant pas toujours devant un miroir sous la forme d’un homme transformé. Tout ceci narré dans un langage élégant, avec des mots dénués de toute particularité syllabique.

Un homme mesuré, Gilles Pellerin
Éditions L’instant même, Québec, 2015, 144 pages

(Semblable à tous les articles publiés dans le blogue Ma page littéraire, ce texte est interdit de reproduction par la loi sur les droits d’auteur et sans l’autorisation de l’auteure, Dominique Blondeau.)

Notes bibliographiques

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecInstallée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu.

Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire : (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :