Faire un pas en avant, deux pas en arrière…, un texte de Myriam Ould-Hamouda

Danser

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Faire un pas en avant, deux pas en arrière, n’est-ce pas ce qu’on appelle danser ? Et dieu que c’est beau, un danseur, quand son corps se laisse embarquer par la musique si fort si loin qu’il ne semble plus vraiment lui appartenir, quand son regard s’absente pour rejoindre un paysage extraordinaire auquel la foule qui s’est formée autour de lui n’aura jamais vraiment accès. Et dieu que c’est beau, un danseur, quand il oublie de se demander si ce n’est pas ridicule de s’agiter comme ça, face à tous ces gens dont le dos ne se courbe jamais, quand il n’entend plus ces bouches qui ricanent et disent du haut de leur corps dressé « au fond, qu’est-ce qu’il fait d’autre, ci ce n’est tourner en rond ? » ; comme elles se taisent ensuite le temps de le regarder danser et de le trouver si beau.

Je n’ai rien d’une danseuse étoile, mais j’avoue des pas en avant j’en ai faits un paquet et encore deux fois plus dans le sens opposé. Mais si dans ma tête ça fait wizz, bang, smack et parfois badaboum, dans ta tête, c’est un peu triste, ça ne fait rien d’autre que et ron et ron petit patapon. Tu me dis que je ne fais jamais rien si ce n’est que tourner en rond, qu’il faudrait songer à aller plus vite plus haut plus fort, que quand on a les moyens on n’a pas le droit de gâcher sa vie. Mais tu sais le bonheur, ce n’est pas une affaire de types qui ont assez d’argent sous le matelas pour payer chaque matin une boniche à faire la poussière dans cette mémoire où ils entassent leurs souvenirs. J’ai assez de foin dans la grange pour nourrir un troupeau de vaches laitières, mais je n’ai jamais su digérer le lait. Et tu sais la douleur, ce n’est pas un jouet de plus sur lequel se jettent des mômes trop capricieux avant de se lasser encore. Un carton et une aiguille suffisent parfois à me distraire assez pour oublier cette morale que tu me colles sous les pattes, et ce monde qui se dérobe dessous à chaque fois que je pense l’avoir enfin saisi, si bien que je ne prends plus la peine de danser avec lui.

Personne ne verra jamais le monde tel que tu le vois, personne ne le verra jamais non plus comme je l’ai vu, comme il n’est déjà plus là et comme c’est atroce, tu sais, de faire tous ces pas en avant et ces pas en arrière, de tourner en rond, et de le laisser partir à chaque fois que je ne sais plus me résoudre à le laisser danser sans moi ; et le trouver tellement beau peut-être encore bien plus que quand il me tenait la main. À chaque fois que la vie ne se résout jamais non plus à n’être que ce qu’on attend d’elle, et au fond tous les deux même si on en chie un peu on sait qu’elle a bien raison. Comme on sait qu’en nous il n’y a rien à détruire, qu’on s’est trompé de cible, qu’en fait personne n’a jamais déclaré aucune guerre et que les mines n’explosent jamais quand on le voudrait. Qu’il nous faudra seulement avoir toujours assez d’imagination pour réinventer encore une fois le monde, la vie, l’amour et l’idée qu’on s’en faisait. Il y a mille et une façons d’aimer, et tout autant de faire l’amour. Il y a mille et une façons de vivre, et tout autant d’histoires à écrire en attendant.

Personne ne te verra jamais comme je te vois, personne ne me verra jamais non plus comme tu m’as vue, même pas moi, et c’est bien dommage parce que ce soir j’aurais bien aimé me trouver aussi belle que ton imagination, et rigoler un peu avec toi de mes pas maladroits.

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :