Rouscaillage et Grande Médiocrité, par Alain Gagnon…

Actuelles et inactuellesalain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Rouscailler et rouscaillage. — Trouver un mot nouveau en cours de lecture m’est une joie. On va me dire : « Vous n’avez qu’à ouvrir un dictionnaire ! » C’est différent, très différent. Dans un dictionnaire ou un lexique, le mot est nu, solitaire, dépourvu de chair. Dans un texte, il montre sa pleine saveur, vibre, vit. Un peu comme voir une photo de Margie Gillis ou voir Margie Gillis danser.
Dans son ouvrage, Entre l’étreinte de la rue et la fièvre des cafés (David, Les Indociles), ce sont les corneilles que l’auteur hullois, Pierre Raphaël Pelletier, fait rouscailler — et nous fait entendre leur rouscaillage.
Un petit livre, mi-fragments, mi-journal, que je vous recommande pour sa sensibilité, sa sincérité et un aperçu de la vie culturelle franco-ontarienne.
Ce court extrait est révélateur du ton :
« Franky. You know what’s beautiful about beauty ? It never dies. »
Dixit : Johny Louis Jobb de la nation crie des Plaines.

Tout comme ces deux autres :
« La beauté passe en nous comme un songe qui triomphe. »
« […] les fictions sont les ruses d’une réalité qui se raconte. »
À lire !
(En vente dans les bonnes librairies ou sur Amazon : http://urlz.fr/3Weg)

Grande Noirceur et Grande Médiocrité — Le prêt-à-penser actuel définit comme Grande Noirceur cette période de notre histoire qui a précédé les années 60. Un raccourci injuste qui fait fi de penseurs, d’éveilleurs économiques et sociaux, d’artistes, et d’éducateurs qui y ont accompli, en contexte, des choses admirables.
Si je voulais me laisser aller à un raccourci du même ordre, je pourrais qualifier les années 80 à aujourd’hui d’époque où triomphe la médiocrité — temps de la Grande Médiocrité. Langue, littérature, économie, médias, éducation, tout tire généralement vers le bas, promeut la facilité.
Les auteurs qu’on propose aux étudiants du secondaire « pour les initier à la lecture » effarent par leur absence de style et de fond. Les enseignants savent-ils que Melville, Thériault, Lalonde, Vonarburg, Paré et de nombreux autres existent ?

Religions et Religion — Le procès des religions se poursuit dans l’espacealain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec médiatique et les conversations de salon. Les listes de récriminations sont longues. Sauf que… Sauf que lorsqu’on fait un bilan, on le fait au complet ; tout bilan comporte deux colonnes essentielles : celle des passifs, bien sûr ; mais aussi celle des actifs. Et c’est cette dernière qu’on oublie.
On a de moins en moins besoin de religions, et de plus en plus besoin de Religion. La véritable. Celle qui relie l’humain au Dieu qui l’habite et, conséquemment, à tous les êtres doués de divinité en devenir de la planète et du Cosmos.

L’auteur

Alain Gagnon a remporté à deux reprises le Prix fiction roman du Salon du Livrealain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour Sud (Pleine Lune, 1996) et Thomas K (Pleine Lune, 1998).  Quatre de ses ouvrages en prose ont ensuite paru chez Triptyque : Lélie ou la vie horizontale (2003), Jakob, fils de Jakob (2004), Le truc de l’oncle Henry (2006) et Les Dames de l’Estuaire (2013). Il a reçu à quatre reprises le Prix poésie du même salon pour Ces oiseaux de mémoire (Le Loup de Gouttière, 2003), L’espace de la musique (Triptyque, 2005), Les versets du pluriel (Triptyque, 2008) et Chants d’août (Triptyque, 2011). En octobre 2011, on lui décernera le Prix littéraire Intérêt général pour son essai, Propos pour Jacob (La Grenouille Bleue, 2010). Il a aussi publié quelques ouvrages du genre fantastique, dont KassauanChronique d’Euxémie et Cornes (Éd. du CRAM), et Le bal des dieux (MBNE) ; récemment il publiait un essai, Fantômes d’étoiles, chez ce même éditeur. On compte également plusieurs parutions chez Lanctôt Éditeur (Michel Brûlé), Pierre Tisseyre et JCL. De novembre 2008 à décembre 2009, il a joué le rôle d’éditeur associé à la Grenouille bleue. Il gère aujourd’hui un blogue qui est devenu un véritable magazine littéraire : Le Chat Qui Louche 1 et 2 (https://maykan.wordpress.com).

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :