La vie n’est rien qu’un jeu…, un texte de Myriam Ould-Hamouda…

La vie n’est rien qu’un jeu…

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

 

« La vie n’est rien qu’un jeu ; il faut être drôlement sot pour en faire une guerre, tantôt froide, tantôt sanguinaire. J’ai toujours été parfaitement sotte, et depuis quelque temps plus vraiment drôle.

Le désespoir, c’est comme un bouton d’acné : on n’assume jamais vraiment de se promener avec dans la rue. Alors, on essaye de le camoufler sous un attirail d’artifices, et en rentrant on passe des plombes dans la salle de bain à s’acharner dessus et, qu’importent le sang qui coule et la peau qu’on abîme, pourvu que le pue soit dehors. Et elles sont bien gentilles, les métaphores, à te coller toujours un tas d’images sous les yeux pour essayer de traduire tout ce que je n’arrive pas à te dire ; mais en fait, le désespoir n’a rien d’un bouton d’acné, c’est encore plus laid, et ça fait une éternité que je m’esquinte sans que jamais rien ne sorte – en plus, j’ai tout cassé dans la salle de bain.
J’ai mis un pied dans la solitude, comme on se résout finalement à patienter le temps que le bouton sèche, comme on pense n’en avoir que pour cinq minutes en passant dire bonjour à la vieille voisine du dessus. Mais la solitude est pipelette, et elle a toujours assez de café chaud et de muffins au chocolat pour te faire entrer ; et comme elle ferme la porte d’entrée à double tour, descend les volets, et sort les albums photo, tu sais que tu n’es pas prêt d’en sortir. C’est marrant, la solitude. Ça commence par un accord tacite entre ton corps et toi pour fuir le silence déraisonnable du monde ; et ça finit en oreillers déchiquetés parce que tu ne trouves jamais le sommeil à cause de l’appel de la vie qui fait trop de bruit à côté. J’ai cru que dehors c’était la guerre, que les autres et leurs bonnes intentions, c’était l’enfer ; que si je mettais un pied dehors j’exploserai sur une mine, que si des doigts se pointaient sur moi c’était juste pour se moquer de mon acné. Mais la guerre n’est jamais plus cruelle que dedans, et même si je n’ai jamais osé croquer dans le fruit défendu : moi, ça n’a rien du paradis.

Mais dis-moi, de quoi j’ai l’air maintenant ? Depuis que j’ai pris goût au silence et à l’obscurité ; là où le désespoir ne sèche jamais, mais se gonfle des larmes et des coups de colère qu’on n’a jamais su donner. Depuis que j’ai pété le miroir de salle de bain, qu’il n’y a plus aucun œil et aucune bouche autour pour constater les dégâts et me dire que je fais n’importe quoi. Depuis que je me terre dans mon laboratoire et joue au savant fou, à maintenir l’existence sous une cage de fortune pour essayer d’y comprendre quelque chose, à prétendre que c’est juste pour la science si je lui ai coupé les ailes et arraché la langue comme elle ne voulait jamais rien dire. Je n’ai jamais su lire dans les silences comme dans un livre ouvert, j’ai toujours eu besoin de disséquer un peu, donc de tuer beaucoup même si j’ai jamais vraiment assumé.

À se prendre pour dieu et vouloir rendre à la vie toute cette vie qui lui manque toujours, on finit par ne plus voir tous ces cadavres qui jonchent le plancher ; parce qu’ils ont voulu tendre une main par la fenêtre ou mettre un pied dans la porte, parce qu’ils font trop de bruit ou ne répondent jamais au téléphone, et que la solitude, ça l’agace. Et comme la solitude se fatigue vite d’être agacée, elle éventre souvent. C’est marrant, la vie. Ça commence par un cache-cache entre ton corps et toi pour prendre assez de distance et pouvoir en rire après ; et ça finit par des tranchées où tu t’échines à te cacher de tout ce qui pourrait t’arriver. Mais autour, ça fait bien longtemps qu’il n’y a plus rien : la solitude et le désespoir ont tout pris. Même mon humour. »

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :