Ceux qui disent que la beauté intérieure… un texte de Myriam Ould-Hamouda…

Billet de Maestitiaalain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québec

Ceux qui disent que c’est la beauté intérieure qui compte ont dû louper le cours de SVT où on disséquait une grenouille. Parce qu’un cœur, même quand il bat encore, c’est franchement aussi ragoûtant que toutes les trouvailles qu’on fait en nettoyant le siphon de la baignoire. La beauté intérieure, c’est surtout une excuse que se sont trouvés tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir une gueule photoshopée à la naissance, et sont trop paresseux pour prendre le burin, pour tailler la chair et se façonner un corps dans le moule de ces ambitions qu’ils ont laissées sous le canapé.

Le miroir de ma salle de bain ne m’a jamais fait les yeux doux en m’assurant que j’étais la plus belle, et dans la rue personne ne s’est jamais retourné sur mon cul ; alors, la beauté intérieure, j’avoue, longtemps j’en ai fait ma religion pour pouvoir avoir ma place dans les pages de ce monde dont les yeux ne voient et les oreilles n’entendent jamais que ce qui brille le long de ses ruelles sombres. J’ai passé des heures à transpirer dans les salles d’il faudrait, à enchaîner les exercices de gentillesse pour faire fondre ma colère de patience et d’indulgence ; pour affiner ma sensibilité, j’ai musclé mon imagination et gainé mon esprit critique ; je me suis épuisée, nuit et jour, à faire la poussière, astiquer le parquet, briquer les carreaux et nettoyer le siphon de cette douche qu’on aurait dit qu’une bande de mâles, dont le torse velu servait de garde-manger, s’amusait à squatter à mon insu.

Mais c’est fou, la vitesse à laquelle les mauvaises herbes repoussent, le paillasson se souille de la crasse de souliers qui n’ont jamais été invités à entrer. Alors, pour me faire une idée du design et de la décoration d’intérieur, j’ai visité une flopée d’intimités et, crois-moi, la beauté intérieure j’en suis vite revenue. Parce qu’à force de la chercher, la beauté n’existe plus : l’œil se pose surtout sur les traces de moisissure que cachent les portes, l’oreille entend bêler les moutons sous le lit, et le doigt se glisse l’air de rien au-dessus des étagères pour y traquer les toiles d’araignées.

On porte tous en nous des petits chatons trop mignons que des gosses sadiques se sont amusés à torturer, des chiens enragés qui montrent les dents et attendent le premier promeneur qui se pointera pour lui faire payer le prix fort pour tous ces chasseurs qui les ont traqués et perdus dans la forêt ; alors si tu veux mon avis, ceux qui exhibent avec fierté leur intérieur, aussi beau que leur panier à linge sale reste désespérément vide, ont forcément quelque chose à cacher, ne serait-ce qu’une belle-mère sous le terrain de pétanque ou un môme trop bruyant dans le congélateur.

alain gagnon, Chat Qui Louche, francophonie, littérature, maykan, québecJe me suis dégoûtée de la beauté intérieure comme j’ai toujours fui ceux qui affichent leur plastique parfaite le long des tapis rouges, mais dont les muscles contractés étouffent les cris de l’enfant qu’ils n’ont jamais pris le temps de consoler, comme les éclats de rire et les coups de cœur glissent le long de leur corps huilé. Alors, ne m’en veux pas si, depuis, je passe plus de temps dans la salle de bain à faire la tronche et creuser mes ridules, plutôt qu’à camoufler toutes les histoires qu’elles ont à raconter. Alors, ne m’en veux pas si, depuis, mon intérieur empeste la vinasse, le renfermé et le tabac froid, que la seule chose qui brille sur le parquet, quand un rayon de soleil parvient à percer les volets, ce sont les débris de mes éclats de voix. Tu n’as jamais étalé tes muscles ni tes bons sentiments, je n’ai jamais eu le courage de te regarder dans les yeux, ni osé foutre un pied chez toi… mais c’est sous ton charme que je suis tombée.

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :