Un conte de Noël de Karine St-Gelais…

Des traces dans la neige — une fiction tirée de faits…

chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québec

La dame…
Les cheveux au vent, les yeux larmoyants, une vieille sillonne son quartier bien-aimé. La neige fond sous ses pieds nus. Une seule pensée l’obsède, son réveillon, ses enfants et le chaud sourire de son mari. Comme un doux souvenir, un air qui résonne sans cesse dans sa tête, le tout devient une tendre obsession, comme la beauté de sa jeunesse. C’est pour cette raison qu’elle affronte le froid ce soir. Heureusement, une soirée douce s’annonce, sans rafales, qu’une simple neige qui chatouille ses épaules devenues rondes avec le temps. Elle rabat son châle de laine sur sa poitrine et le serre contre elle. Enfin, la maison qui hante ses rêves depuis quelque temps apparaît ! « Je suis de retour chez moi », se dit-elle tout bas.
Elle entend les rires et les chants qui ont ravi ses Noëls d’antan. Elle est émue. Un miaulement lui rappelle que ses pieds la font souffrir et que la lune est déjà haute dans le ciel. « Je vais être en retard », dit-elle au gros matou qui l’accueille en effleurant ses jambes frêles.
Elle s’avance sur la petite véranda et cogne timidement à la porte. Personne ne répond. « C’est la fête à l’intérieur. Ils doivent déjà manger les petits plats que j’ai passé des jours à préparer », pense-t-elle. Tourtière, pâtés, desserts et beignes maison lui réchauffent le cœur. Elle grelotte, ce qui lui donne le courage de cogner plus fort ! Enfin, elle croit voir une silhouette féminine arrivée dans le hall. C’est Thérèse, sa fille, son aînée. Son visage s’illumine, l’univers brille de nouveau dans ses yeux.
Les habitants de la maisonnée…
Isabelle ouvre la porte, s’exclame : « Oh, mon Dieu ! » Quelle surprise se tient avec peine et misère sur son perron enneigé ! Elle fait un signe à sa sœur Catherine qui arrive alertée par ses cris. Cette dernière prépare alors un café chaud et apporte une couverture. La musique et les éclats de rire s’arrêtèrent soudainement. La famille est bouche bée devant cette vision, on dirait un fantôme, un ange oublié dans la neige. Sa chevelure emmêlée, couleur poivre et sel, contraste avec son maquillage de mauvais gout. Elle porte une tenue chic, mais négligée. Ses pieds presque bleus et son regard vide ont vite fait d’alarmer les occupants qui s’agitent dans tous les sens pour venir au secours de cette âme perdue.

chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québec

— Allo, Thérèse, dit doucement la dame en caressant la joue d’Isabelle. Désolée d’être en retard, continue-t-elle…
Les fêtards se regardent d’un air perplexe. Cette dame semble vraiment les connaitre ? Isabelle l’amène avec elle et l’assoit délicatement.
— Ghislain a bien décoré le salon, comme toujours, ajoute la dame après quelques minutes d’hésitation, tout en goûtant le réconfort que lui procure son doux foyer.
Son dentier trop grand claque entre chaque mot qu’elle a peine à prononcer. Elle veut se lever. Isabelle la rassoit et joue le jeu.
— Reste là, maman, bien au chaud. Voici ton café, comme tu l’aimes. Lui dit Isabelle en la recouvrant avec tendresse.
— Merci, ma chouette, tu es gentille. J’ai eu une grosse soirée au travail.
— Tu as faim, maman ?
Sur ce, Catherine a compris qu’elle devait préparer une assiette à la gentille dame.
— Oui, merci. Hum ! Ça sent bon, répond-elle.
Isabelle arrête soudain son regard sur le bracelet de la dame. Un bracelet comme ceux de l’hôpital, blanc et cartonné. Elle sait bien que cette gentille dame ne travaille plus aujourd’hui. Le nom, Cécilia Tremblay, y est inscrit, mais commence à s’effacer. Le scénario devient plus évident pour la famille qui entre avec cœur dans le monde de la belle Cécilia qui croit être chez elle. La musique reprend, les pas de danse aussi, et le réveillon continue de plus belle. Cécilia tape des mains, chante, mange et boit de bon cœur. Dans le brouhaha, Éric, le conjoint d’Isabelle, lui avoue qu’il a appelé la police en allant à la salle de bain. Isabelle le remercie, sachant bien que quelqu’un devait chercher cette charmante vieille dame. La musique s’arrête de nouveau sous les coups qui résonnent dans le hall. La fête prend une pause. Cécilia, qui ne se doute de rien, demande qui a eu le culot d’arrêter la musique. Les policiers arrivent dans l’aire ouverte qui relie cuisine, salle à manger et salon. Cécilia, vieille, mais pas folle, se lève, prête à s’enfuir. Isabelle la prend doucement par les épaules et reprend le jeu.
— Maman, maman ! N’aie pas peur ! Tu es malade, tu as les pieds couverts d’engelures, il faut aller à l’hôpital.
— Non ! crie Cécilia. Pas en plein Noël, non ! s’agite la dame.
— Oui, Cécilia ! Il le faut, continue Éric avec autorité, espérant qu’elle reconnaisse en lui son Ghislain adoré.
— D’accord mon amour, dit-elle en se blottissant contre le torse d’Éric un peu surpris.
— C’est le plus beau des Noëls, ne cesse de marmonner madame Tremblay sur son départ.
— Au revoir, tout le monde. Je serai sur pieds pour venir fêter le Jour de l’An avec vous.
Étrangement, au Jour de l’An, une carte de souhaits atterrit dans la boite aux lettres d’Isabelle. À l’intérieur, un message de la part de l’infirmière de la Résidence d’à côté. Un mot de remerciement ainsi qu’une petite note explicative. L’infirmière y décrit la maison qu’a construite le mari de Cécilia dont Isabelle et Éric sont maintenant les heureux propriétaires. Tout s’explique. Ghislain est mort d’une crise cardiaque, très jeune. Thérèse ne parle plus à sa mère depuis plusieurs années, à la suite de querelles familiales. Malgré son Alzheimer, les souvenirs de madame Tremblay furent les plus forts ce soir-là et l’ont poussée à retrouver ses racines. Isabelle ouvre la porte d’entrée et arbore un sourire en voyant les traces de Cécilia dans la neige. Maintenant, à chaque réveillon, lorsque la famille entend cogner, un petit pincement au cœur les assaille.

Joyeux Temps des Fêtes ! Karine.

Notice biographique :

Karine St-Gelais est une écrivante qui promet.  Nous avons aimé ce conte plein de fraîcheur et de naïveté enfantineschat qui louche, maykan, alain gagnon, francophoniequ’elle nous offre.  Laissons-la se présenter.  « Je suis née à Laterrière, dans la magnifique ville de Saguenay. Depuis près de huit ans une Arvidienne, j’aime insérer dans mes histoires des frasques de l’enfance et des coups d’œil sur ma région.  Je suis mariée depuis dix ans. J’ai trois beaux enfants, un  affectueux Bouvier Bernois et un frère cadet de 21 ans. Je suis née le 3 septembre 1978 sous le signe astrologique de la Vierge. J’adore l’automne et sa majestueuse toile colorée. J’aime la poésie, les superbes voix chaleureuses et les gens qui ne jugent pas à première vue. Née d’une mère incroyablement aimante et d’un père absent, je crois que la volonté et l’amour viennent à bout de tout.  Au plaisir de vous rencontrer sur mon blog:http://www.facebook.com/l/3b24foRTZrfjfcszH7mnRiqWa9w/elphey »

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :