La haine du patron, un texte de Richard Desgagné…

La haine du patron

Croyez bien que si je me suis mis à haïr celui qui fut mon patron ce n’est pas pour chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québecobéir à un caprice. Il s’agit d’une obligation morale à laquelle je ne peux me soustraire, même si le bon sens, qui est souvent une faiblesse, me conseillerait plutôt d’oublier mon orgueil blessé, par peur du ridicule.
Ce Rat riche en argent et en bêtises diverses fait partie des notables de la ville : il est de toutes les associations pour bien se mettre en valeur, il joue au golf qui n’est plus un sport, mais un passe-temps pour affairistes soucieux de conquérir de nouveaux marchés. Il se présentera bientôt à un poste électif pour le bien de sa communauté. Il peut tout faire, tout inventer pourvu qu’on le voit, qu’on le perçoive comme un altruiste. Alors je le hais et je ne m’en lasse pas.
Je serais heureux s’il perdait sa petite famille toute propre et exemplaire ; je me flatterais de le salir pour qu’il se retrouve dans la boue en train de regretter le bon temps où il fréquentait tout ce qui compte. J’ai déjà rêvé de faire sauter sa propriété avec une bombe pernicieuse qui n’aurait rien épargné. Il n’est pas dit que je ne parviendrai pas à clore le bec à ma bonne âme et que je n’agirai pas un jour, sans plus me soucier de paraître devant un tribunal.
Pour que je le haïsse ainsi, il aura fallu qu’il me brisât, qu’il me fît subir les pires sévices. Vous n’y êtes pas. Je le hais parce qu’il est ; parce que ses sous lui donnent tous les droits, celui de mal payer ses employés, de les regarder de haut, de sous-estimer leurs mérites, d’imposer sa loi puisqu’il est le patron, le possesseur des capitaux, le maître in partibus de la planète entière.
Je le vois au volant de sa voiture allemande, bien gras, tenant en main son téléphone portable, réglant ses affaires, empli de sa suffisance de capitaliste. Son sourire est une afféterie, ses manières sont des traquenards, ses intentions macèrent dans un poison virulent, sa vie elle-même est une offrande à l’hypocrisie et à son unique suffisance. Tout chez lui n’a de but que de le satisfaire ; l’argent le soutient dans ses projets ; les êtres sont des échelons auxquels il s’agrippe pour monter. J’ai le devoir de le haïr pour prévenir tous ceux qui pourraient tomber dans ses pattes ou qui seraient disposés à se laisser croquer pour avoir part du gâteau social.
chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, QuébecCet homme n’a aucune valeur puisqu’il ne participe pas à l’ouvrage de la civilisation. Il construit son empire comme la taupe creuse ses avancées dans la terre, sans états d’âme, obéissant à l’appel instinctif. C’est un leurre de croire qu’il devrait souffrir pour comprendre. Il doit souffrir, oui, mais pour souffrir uniquement. Sa pensée est une tirelire où il accumule des deniers ; son cœur parfois imagine une douleur, mais la sienne seule, parce qu’il n’aurait pas satisfait un caprice.
J’aime le voir marcher par les rues de la ville. Il salue ceux qui ont un nom, et que ceux-là ; il est bien vêtu, de Cachemire, de cuir, de soie ; il ne boit que de grands vins à lui conseillés par des pingouins d’établissements impeccables ; il mange les steaks les plus tendres même s’il a des dents de carnassiers ; il connaît les meilleurs spécialistes dans tous les domaines pour soigner sa noble personne si essentielle à la bonne marche de l’humanité entière. Il se gâte puisqu’il a su voler proprement grâce aux soins d’avocats habiles. Il n’est que ce qu’il a accumulé ; il n’est que ce qu’il dérobe àchat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonie, littérature, Québec tous. Tous l’admirent en secret. Ne s’est-il pas tiré, croient-ils, du bourbier commun ?
Je le verrais volontiers attaché à un poteau, nu dans le froid ou la chaleur torride, criant sa peine, demandant pardon, mourant à petit feu sans que personne ne s’en soucie. Ses chairs grasses attireraient les vautours qui en déchireraient des parts immondes ; parfois une hyène viendrait croquer un morceau charnu pour se rassasier et, repue, attendrait les appels de la faim pour revenir à l’assaut.
Folle imagination ? Qui n’a point été tenu par un tel rêve n’a pas subi les désirs d’un patron maître avant Dieu de toute la création. Ou qui l’a été et ne veut le reconnaître mérite de souffrir encore pour être enfin convaincu.

Notice biographique

chat qui louche, maykan, alain gagnon, francophonieRichard Desgagné est écrivain et comédien depuis plus de trente ans. Il a interprété des personnages de Molière, Ionesco, Dubé, Chaurette, Vian, Shakespeare, Pinter, etc., pour différentes troupes (Les Têtes heureuses, La Rubrique) et a participé à des tournages de publicités, de vidéos d’entreprise et de films ; il a été également lecteur, scénariste et auteur pour Télé-Québec (Les Pays du Québec) et Radio-Canada (émissions dramatiques).  Jouer est pour lui une passion, que ce soit sur scène, devant une caméra ou un micro.  Il a écrit une trentaine de pièces de théâtre, quatre recueils de nouvelles, quatre de poésie, deux romans, une soixantaine de chroniques dans Lubie, défunt mensuel culturel du Saguenay-Lac-Saint-Jean.  En 1994, il a remporté le premier prix du concours La Plume saguenéenne et, en 1998, les deux premiers prix du concours  de La Bonante de l’UQAC. Il a publié, pendant cinq ans, des textes dans le collectif Un Lac, un Fjord de l’Association professionnelle des écrivains de la Sagamie (APES). Il est membre du Centre des auteurs dramatiques. Il a été boursier du ministère de la Culture du Québec et de la fondation TIMI.  Pour des raisons qui vous convaincront, tout comme elles m’ont convaincu, je tiens à partager avec vous cette nouvelle qu’il a la gentillesse de nous offrir.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/ )

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :