Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

On s’était juré…

« On s’était juré de ne jamais vivre ailleurs que dans une maison avec des taschat qui louche maykan alain gagnon francophonie d’fenêtres, et d’y laisser pousser nos rêves de mômes à la lumière du jour. Mais à cracher chaque soir dessus pour sceller des promesses qui ont trop bu, les fenêtres finissent pas se prendre pour des murs ; et à tenter de franchir le seuil de la porte blindée, les rêves de mômes se couvrent de bleus. Et ils ont beau crier, s’époumoner jusqu’à manquer d’oxygène, s’évanouir sur le tapis ; si les murs ont des oreilles, les voisins, eux, ont la télé. La solitude ne se mesure pas au nombre d’amis sur ton compte Facebook. La solitude, c’est une histoire qui commence dans la foule et le bruit – sauf que tu ne reconnais aucun visage, sauf que tu n’as pas pris brouhaha LV1 – et qui finit au fond de ton nombril et d’un verre à moitié vide. La solitude, c’est une histoire de silences qui font trop de bruit et de sourires qui montrent les dents. Une histoire qui commence sur un canapé – à côté d’une bouche qui mâche depuis mille ans déjà la même feuille de salade – et qui termine de l’autre côté de la porte blindée. Des fois que l’air y soit plus respirable, des fois qu’ailleurs on y soit encore un peu. Mais là-bas les pots d’échappement ont pris le pas sur le parfum des lilas, et les carrefours ont été nappés d’un macadam froid. Derrière chaque choix, y’a toujours mille et un peut-être qui crèvent. Au milieu d’une bande de potes, certains arrivent encore à sentir la rosée du matin. Mais quand ta jambe de bois cogne un peu trop fort contre le bitume, t’as beau poker du mieux que tu peux, le goût du sang dans la soupe tiède ne s’oublie pas. L’enfance ne se soigne pas toujours à coup de mercurochrome, de bonbons guérisseurs ou de bisous esquimaux. Les rides ne camouflent pas les cicatrices, et les grosses colères ne sont jamais bien loin. Prêtes à éclater n’importe où. Dans une église ou un hôpital, devant Monsieur le Curé qui s’impatiente ou la sage-femme qui crie que, vraiment, c’est pas le moment. Mais sur le carrelage de la salle de bain, ça fait encore plus de bruit que la télé des voisins. La colère, c’est une passion qui a mal tourné. La même qui donne envie dans les romans ou les films – parce que même le mec qui chiale devant son verre de scotch ça rend bien. Mais dans la vie, t’as jamais un réalisateur pour te dire comment hurler juste, pas même un éclairagiste pour apporter un peu d’intensité à ton regard vitreux, et c’est toujours ton meilleur profil qui s’écrase contre les lames de ton plancher. Et puis la passion, à vingt ans on trouve ça mignon, mais au fil des années ça finit par rimer avec névrose

chat qui louche maykan alain gagnon francophonie

crédit photo macadam-addict.fr

– le temps a ses raisons que le poète ignore. Un index qui pointe, des pouces qui tombent, des majeurs qui se dressent et des mineurs en cavale. On était des gosses en sursis. On s’était juré de ne jamais vivre ailleurs que dans une maison avec des tas d’fenêtres, de garder un œil sur ce monde qu’on voulait bouffer jusqu’à plus soif. On a laissé la maison aux huissiers, nos rêves à un mec qui faisait la manche dans la rue, on a troqué l’horizon contre une bouteille de whisky, le quotidien contre un asile de fortune. On a laissé les bonnes intentions à l’enfer et l’enfer aux autres, on a tourné le dos à nos serments et nos nuits d’insomnie ; et dans le lit des sans-papiers, on s’est aimé plus loin que l’alphabet et le bout de son nez. »

Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieMyriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

%d blogueurs aiment ce contenu :