Chronique des idées et des livres par Frédéric Gagnon…

Le monde sur le flanc de la truite de Robert Lalonde

 Notes sur l’art de voir, de lire et d’écrire est le sous-titre tout à fait appropriéchat qui louche maykan alain gagnon francophonie de cet ouvrage signé par Robert Lalonde. On connaît le comédien, l’écrivain qui a reçu plusieurs prix et qui a connu le succès ; ici, l’auteur nous fait part de son ensauvagement dans sa propriété de Sainte-Cécile de Milton, à la campagne. Si je parle de son ensauvagement, ce n’est pas que Lalonde ne soit également un civilisé (il l’est manifestement), mais en raison de son intimité profonde avec tout le merveilleux de la nature, de ses brutalités comme de ses aspects les plus tendres. Lalonde nous apprend donc réellement à voir un monde mystérieux qui trop souvent échappe à nos regards distraits. Au fond il est un langage secret dans l’ordre naturel tout comme il en est un au cœur de l’homme, ainsi que le veut cette merveilleuse citation de l’auteure Margaret Laurence que l’on trouve dans l’ouvrage de Lalonde : « The lost languages, forever lurking somewhere inside the ventricules of the hearts of those who had lost them. » (Traduction de Robert Lalonde : « Les langages oubliés, cachés en quelque recoin du cœur de ceux qui les ont perdus. »)

            Mais de quoi au juste est-il question dans Le monde sur le flanc de la truite, êtes-vous sans doute tentés de me demander ? J’aurais envie de dire : de tout; enfin, de tout ce qui compte. On y trouve un observateur fin qui nous apprend à voir ; un être humain pour qui le métier d’homme se confond avec celui de l’écriture, et qui se nourrit des meilleures lectures afin de creuser un tunnel vers ce centre brûlant qui est le secret de nos vies. Pour ma part, j’ai découvert dans cet ouvrage des auteurs que je ne connaissais pas ou que je ne connaissais que de nom, dont Margaret Laurence, l’excellente Annie Dillard, Barry Lopez, Emily Dickinson et tant d’autres. Giono (grand inspirateur de Lalonde), Collette et Gabrielle Roy sont également conviés à cette fête des sens et de l’esprit qu’est Le monde sur le flanc de la truite.

            L’écrivain en herbe comme l’écrivain chevronné trouveront dans ce bel ouvrage plus d’une remarque utile dont je retiens celle-ci : « Je n’écrirai pas bien demain si je ne consens pas à avoir mal écrit aujourd’hui. » Notre homme croit donc au travail, à l’artisanat de l’homme et de la femme de lettres, mais également à la nécessaire et profonde attention (attention à soi comme à ce monde que réfléchit si bien le flanc d’une truite qui saute hors des eaux d’une rivière). Lalonde, tout attentif qu’il soit aux bêtes et à tous les phénomènes de la nature, n’est pas pour autant un chat qui louche maykan alain gagnon francophonieesprit enclin au quiétisme. Il nous dit en effet : « Nous sommes pour ainsi dire « programmés » pour chercher et trouver. Nous mourons dès que cessent nos fouilles harassantes, dès que la passion de voir, plus haut, plus loin, nous déserte. » Et, dans le même ouvrage, Lalonde nous dit : « Nous ne sommes pas nés pour assister, béats, au spectacle de la Nature, des êtres et de l’Histoire, comme si l’univers était achevé […] » Et l’auteur d’ajouter : « Se savoir vivant c’est se savoir, non pas protégé et spectateur, mais marchant, cherchant, fouillant, à la fois téméraire et incertain, inquiet, espérant, n’ayant qu’une semaine, qu’un jour pour voir, connaître, comprendre. Et tu fais ce que tu as à faire avec ta passion à toi, ta vision à toi, ta fragile (et puissante quand même) erre d’aller. »

            Alors, Le monde sur le flanc de la truite, c’est de la poésie en prose ? Un essai ? Des notes de lecture ? Je serais tenté de dire : tout cela et bien plus. Mais c’est peut-être à Robert Lalonde lui-même qu’il faut laisser le soin de définir son ultime but : « Si j’avais pu convier à certain désir de lire, mon tourment s’apaisera un peu. »

Frédéric Gagnon

***

Toutes les citations sont tirées de l’ouvrage suivant : Lalonde, Robert. Le monde sur le flanc de la truite : notes sur l’art de voir, de lire et d’écrire, Montréal, Boréal, 1997.

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieFrédéric Gagnon a vécu dans plusieurs villes canadiennes, dont Montréal, Kingston et Chicoutimi.  Il habite aujourd’hui Québec.  Il a étudié, entre autres, la philosophie et la littérature.  À ce jour, il a publié trois ouvrages, dont Nirvana Blues, paru, à l’automne 2009, aux Éditions de la Grenouille Bleue.  Lire et écrire sont ses activités préférées, mais il apprécie également la bonne compagnie et la bonne musique.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https ://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :