Un conte de Noël contemporain de Jean-Marc Ouellet…

Un traîneau nommé 67P

 

510 millions de kilomètres de froid sidéral me séparaient de chez moi. En son sein,chat qui louche maykan alain gagnon francophonie Rosetta m’avait porté. Nous avions contourné la Terre et orbité autour du soleil, y acquérant, par l’action de la gravité solaire, l’élan ultime pour le périple. Dans l’oubli stellaire, nous avions ensuite voyagé, et voyagé. Parfois, nos maîtres nous donnaient signe de vie, contacts éphémères, mais réconfortants. Le voyage était si long, et le silence, si profond. Les astres, seuls compagnons, nous observaient, indifférents. Notre périple a duré dix ans.

Enfin, 67P est apparue, belle comète avec sa traînée de matière. Curieux par devoir, nous nous sommes approchés. Méfiants, nous l’avons scrutée. Nous étions tout près quand Rosetta m’a larguée. En chute libre, j’ai vu l’astre grossir, et grossir, jusqu’à ne plus voir que sa surface. Avec maladresse, je m’y suis posé. Tout croche. À l’ombre. C’était le 12 novembre.

Mes maîtres jubilaient. Ils croyaient peut-être que je n’y arriverais pas. Belle confiance !

Je me suis senti seul. Rosetta aussi, j’imagine, elle qui, abandonnée, dérivait vers les profondeurs de l’univers. Moi, j’avais mon nouvel ami, ce rocher aride, insensible en apparence, qui poursuivait sa route, filant vers le soleil, notre étoile, avec moi, en équilibre précaire sur son dos.

Mes maîtres festoyaient encore quand le problème s’est révélé. Mon énergie se consumait et mes piles ne se chargeaient pas. À l’ombre de mon ami, je mourrais. J’en avertis mes maîtres. Leur réponse fut limpide. Je me suis donc mis à la tâche, avant que mes forces ne m’abandonnent. J’ai transmis des images, plusieurs images. Pour quelques rayons de soleil de plus, j’ai soulevé mon poids plume, une masse de un gramme sur la Terre, me repositionnant de quelques centimètres, assez pour reprendre contact avec mes maîtres, et forer la surface de 67P.

Hélas, malgré mes espoirs, la manœuvre n’a pas suffi. Mes batteries ne se rechargeaient pas. Une seule solution s’envisageait : l’hibernation, éteindre mes circuits, goûter au néant, filer dans le cosmos sur le dos d’une roche, vers le soleil qui, vers le mois d’août, me réanimerait peut-être. Peut-être…

J’y suis. Plus qu’un circuit à couper. Adieu, réalité. Toi qui m’étais chère. Je…

Tiens. Bizarre. Le soleil est encore loin, et je reprends vie. Le vide sonore n’existe plus. Des clochettes carillonnent. Un murmure émane des étoiles qui dansent.

….et les yeux levés vers le ciel

À genoux les petits enfants

Avant de fermer les paupières

Font une dernière prière…

Je mets mon horloge en marche. 24 décembre. Le froid n’est plus. Mon tripode ne sent plus le roc. La surface est moelleuse. Et chaude. Où est 67P ? Où suis-je ? À plein régime, mes batteries se rechargent. Je revis ! Devant, la traînée n’est plus. Un attelage formé de milliers de rennes la remplace. Avec entrain, les quadrupèdes galopent, me lorgnent avec malice. Nous filons à folle allure à travers le cosmos. Derrière moi, du mouvement. Je redirige mes caméras.

Comme autant de nébuleuses, une infinitude de boîtes enrubannées défile. Devant, me sourit un grand personnage rouge et blanc. Je consulte ma base de données. Néant. Rien sur ce céleste personnage.

chat qui louche maykan alain gagnon francophonie− Ne crains rien, Philae, prononce une voix paisible et grave issue d’une barbe majestueuse. Avec confort, installe-toi. Une longue et belle nuit approche. Une nuit singulière. Tes maîtres ne s’en doutent pas, mais cette nuit, ensemble, nous survolerons leur ciel, nous nous faufilerons dans leurs cheminées, nous réchaufferons les cœurs transis et dévoileront aux âmes sensibles à quoi servent vraiment les comètes ! Ho ! Ho ! Ho !

© Jean-Marc Ouellet 2014

Notice biographique

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieJean-Marc Ouellet grandit dans le Bas-du-Fleuve. Médecin-anesthésiologiste depuis 25 ans, il pratique à Québec. Féru de sciences et de littérature, de janvier 2011 à décembre 2012, il a tenu une chronique bimensuelle dans le magazine littéraire électronique Le Chat Qui Louche. En avril 2011, il publie son premier roman,  L’homme des jours oubliés, aux Éditions de la Grenouillère, puis un article, Les guerriers, dans le numéro 134 de la revue MoebiusChroniques d’un seigneur silencieux, son second roman, paraît en décembre 2012 aux Éditions du Chat Qui Louche.  En août 2013, il reprend sa chronique bimensuelle au magazine Le Chat Qui Louche.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :