Les balbutiements chroniques de Sophie Torris…

Phobophobie

Cher Chat,

chat qui louche maykan alain gagnon francophonieCi-gît une petite réflexion qu’il vous faudra déterrer. C’est que j’ai dû me creuser. À force de jouer les prolongations, me voilà à l’article de la mort. Et pour preuve, Dracula vient de quitter la maison.

Mon fils a un costume qui tue ! Il a rendez-vous au coin de la rue avec d’autres cadavres exquis, tous très motivés à jouer à la grande Faucheuse… de bonbons. Halloween ! C’est le jour où les enfants s’amusent à se faire peur, déambulant dans le noir, entre les citrouilles qui grimacent, jusqu’à leur dernière demeure. RIP.

Oui, restons en paix, car la police patrouille, prête à passer l’arme à gauche et à intervenir à la moindre sucrerie suspectre. Tout est sous contrôle. En effet, le marché de la sécurité n’a jamais été aussi prospère. Mais le danger agonise-t-il définitivement sous les alarmes, la télésurveillance, le gardiennage, sous les casques et les portes blindées ? On a beau limiter sa vitesse et boucler sa ceinture, tout le monde finit par s’asseoir à la place du mort, non ? C’est inévitable, et il n’existe pas d’assurance remboursement pour le dernier voyage.

N’allez pas croire cependant, le Chat, que je remets en cause toutes ces mesures de protection qui, pour la plupart, sont d’indispensables garde-fous. Je mets en doute plutôt notre propension au fantasme sécuritaire qui nous pousse à éliminer tout ce qui peut faire peur plutôt que d’apprendre à négocier avec nos craintes. En effet, pourquoi composer avec la peur si on peut la contrôler ? Pourquoi mesurer les risques si on peut les supprimer ?

Vous avez peur de vieillir ? La chirurgie esthétique contrôle le vieillissement, voyons ! Ceci étant dit, elles ont beau se faire tirer la peau, c’est souvent en sorcières que, sous leurs couronnes mortuaires, les anciennes reines de beauté tirent leur révérence.

Vous avez peur d’être envahis ? La fermeture de vos frontières contrôle le terrorisme, voyons ! Ceci dit, à quoi bon se donner la peine capitale de contrer l’immigration quand une seule poignée de kamikazes, qui vivent d’ailleurs intra-muros, allument deux candélabres en plein cœur de Manhattan pour rejoindre des milliers de corps sous une même épitaphe ?

Vous avez peur de mourir ? Une bonne alimentation et un entraînement soutenu contrôlent la mortalité, voyons ! Ceci dit, feu le sportif s’est éteint alors que son voisin, en pleine flemme olympique, échappe à la mise en bière en sirotant son 6 pack devant sa télé.

Tout le monde finit par trouver pompes funèbres à son pied. Une petite mort, et coïtera, et coïtera… jusqu’à casser sa pipe. Inévitablement. Pour le meilleur ou pour le pire ? Personne ne sait et cette angoisse est contagieuse.

La peur de mourir, comme la peur du noir, du vide, de la pauvreté ou de la solitude est une émotion légitime. Elle ne fait pas appel à la raison, mais paradoxalement, elle est loin d’être déraisonnable. En effet, quand la peur ne cède pas à la panique, elle appelle à la vigilance, elle maintient l’attention, elle donne l’alerte. Quand vous avez le trouillomètre à zéro, cher Chat, vous ne partez pas les deux pieds devant. Vous réfléchissez avant de vous mettre dans de beaux linceuls. D’ailleurs, une des premières compétences visées par l’éducation ne devrait-elle pas être la gestion de la peur par l’apprentissage et l’analyse de nos comportements suite à des prises de risques ?

La société veut nous faire croire qu’on peut contrôler le danger avec des moyens externes. C’est vrai, mais ils ont leurs limites. L’argent, la science, la politique, les lois ne peuvent conjurer le sort. Or, tout événement a sa part de fatalité. Ne faut-il pas avant tout intégrer nos peurs, vivre avec ces réalités plutôt que de croire en une omniscience matérielle ? Si la mort est un manque de savoir-vivre, la vie ne devrait-elle pas, au contraire, cultiver un certain savoir-mourir ? Ceux qui vieillissent mal n’ont peut-être tout simplement pas intégré qu’ils étaient d’heureux morts en sursis.

Mon Dracula apprend à vivre avec le danger, parce que vivre, c’est prendre le risque de se perdre mêmechat qui louche maykan alain gagnon francophonie avec une carte routière, de se blesser même avec un casque, c’est apprendre avant tout à gérer ses peurs à l’intérieur de soi. Mon Dracula apprend même à se faire peur ce soir. Halloween ! C’est le soir où il regarde des films d’horreur, condamné à mourir de rire devant d’autres cadavres exquis tout aussi terrifiés, mais désireux de se prouver que leur enfance est posthume.

Quant à moi, c’est avec un soin palliatif et une certaine morgue que je continuerai à vous livrer mes prochaines volontés.

Ci-gît Sophie, morte de rire.

   Notice biographique

Chat Qui Louche maykan alain gagnon francophonieSophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis dix-sept  ans. Elle vit à Chicoutimi, y enseigne le théâtre dans les écoles et l’enseignement des arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire et mène actuellement des recherches doctorales sur l’impact de la voix de l’enfant acteur dans des productions visant à conscientiser l’adulte. Elle partage également une correspondance épistolaire avec l’écrivain Jean-François Caron sur le blogue In absentia. (http://lescorrespondants.wordpress.com)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

3 réponses à Les balbutiements chroniques de Sophie Torris…

  1. Lily Bouchard dit :

    J’ai trouvé ton texte très drôle Sophie , c’est à mourir de rire!Bravo ! Lily

    J’aime

  2. Anonyme dit :

    Tu es délicieuse chère Sophie, même devant un repas froid.
    Amitié
    Francine XXX

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :