Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

L’idole du crépuscule

 img036Liquide ou aérien, tu tournoies, frôlé par le souffle ou touché par la grâce.  Tu tournoies et les lumières de l’autre rive, prises en kaléidoscope par ce nouveau regard que tu ne connaissais pas, se transforment en feu d’artifice silencieux, en étoiles sublimes qui ne veulent qu’une chose : choir dans les eaux du lac pour apaiser leur feu.  Tu montes et l’air plus froid décuple ton ivresse.  Tu ne touches pas le ciel : tu es le ciel.  Tu recouvres le monde avec indifférence, soucieux seulement de ta légèreté.  Tout se déleste de sens, de nécessité, de vie lourde.  La folle spirale dans laquelle tu es pris n’a d’autre sens que l’infini tournoiement aux confins des limbes embués.  Pareil à un cyclone qui se gonfle de puissance au gré de son chemin, tu tournes avec encore plus de force, ivre, tu n’es que ronde au-dessus du lac, au-delà aussi, somptueuse rotation, plus de haut, plus de bas, seulement la virevolte à en perdre la raison.  La raison, tu ne sais plus, tu ignores totalement ce que veut dire le mot.  Les mots.  Les mots se perdent, se vident, et seule la sensation demeure.  Le langage se meurt ; tu ne sais même plus si tu existes – tu n’as, après tout, aucune consistance, aucune parole.  Tu tournoies simplement, emportant dans ta valse endiablée chaque poussière qui traîne, chaque étoile qui luit.  La nuit, finalement, n’a plus grande importance, car il semblerait bien que ta ronde infinie te transforme en lumière.  Si le mot existait encore, s’il avait quelque signification dénuée de limites, tu te prendrais pour Dieu, mouvement tout-puissant qui n’a que faire du monde.  Le monde.  Le monde semble loin, les hommes inexistants ; il n’existe qu’un noir bleuté, profond, épais et froid vers lequel tu t’élèves et ton incroyable feu y propage ses ardeurs.  La nuit devient souvenir, la terre grain de sable et rien n’a d’importance que la perpétuelle danse qui te possède.  Toucher le ciel.  Être le ciel.  Gober l’obscurité.  Extase et plus qu’extase.  Au-delà de tout, du rien, au- delà, au de l’au de, au d, au, a…

  Sentir, surgie du vide, une douleur magistrale transpercer ce qui jusqu’alors n’existait plus.  Ton corps redevient poids, ton corps t’appelle et, des cimes où tu étais, là où le froid glacial devenait pure caresse, son cri déchire le ciel.  Chute vertigineuse.  Souffle coupé.  Immensité de la peur – comme mourir, comme partir.  Souffrance inattendue, aiguë, naître doit ressembler à cela.  Respirer.  Ouvrir la bouche sans savoir qu’elle est bouche.  Sentir le froid sur la peau, sans savoir ce qu’est la peau.  Inspirer sans comprendre.  Expirer.  Le souffle chaud qui s’échappe de tes lèvres se matérialise en une buée légère.  Tes bronches brûlent, souffrent d’exister de nouveau, s’habituent douloureusement, comme ta bouche, comme tout ton être qui semble, par endroits, avoir égaré quelques fonctions vitales.

 Et tes paupières qui se soulèvent pour voir tes mains sortant de la couverture, bleuies par le froid, presque35490 mortes peut-être.  Ton corps.  Tu ressens sa lourdeur, un goût de vie dans ta bouche.  Au sol toujours le livre que tu as laissé tomber.  L’air glacé de la chambre achève de te réveiller, de te faire renaître.  Il va falloir bouger si tu ne veux pas que, demain, le personnel de l’hôtel découvre un fou mort de froid, avec Nietzsche à ses pieds.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.  Récemment, elle a publié Débandade(roman) aux Éditions Philippe Rey.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :