Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

Le super héro

Dehors, il y a le monde qui défile à vitesse grand V. Au rythme effréné de l’aiguille du cadran. Et cette foule qui s’yJusticeLeague emmêle harmonieusement, à peine essoufflée. Dedans, de l’autre côté du carreau embué, il y a Nicolas. Nicolas qui ne sait plus très bien. Si c’est le monde qui va trop vite. Ou si c’est lui qui est trop lent. A ne jamais pouvoir s’y emmêler à son tour, comme cette foule qui ondule en tous sens. Cette foule enchantée aux cinq sens un peu trop sages.

Les siens, de sens, ne jaillissent jamais qu’avec rage. Une rage féroce. Une rage de vivre. Qui ne lui laisse aucun répit. Jamais. Comme si le monde résonnait en lui par un amplificateur mal réglé, Nicolas ne ressent plus les choses qu’avec excès. Il a vécu mille fins du monde. Des tremblements de terre. Des ouragans. Des tsunamis. A touché du bout des doigts le soleil. À s’y brûler les ailes, toujours. A décroché la lune mille et une fois. Il voit/entend/sent ce que personne ne verra/entendra/sentira jamais. La silhouette qui disparaît contre l’horizon. Le mot jamais dit. Le parfum désuet. Alors parfois, Nicolas a l’impression de devenir fou en ce monde aseptisé qui ne sait ressentir.

Dans la rue, les passants le montrent de l’index. Celui qui ne rit que trop fort. Celui qui ne pleure qu’à grandes eaux. Celui qui s’enflamme un peu trop. Celui qui s’enferme bien trop tôt. Dans la rue, comme il aimerait brandir le majeur. À ceux-là qui le montrent du doigt, et ne vivent qu’à moitié. Avec leur vue/toucher/ouïe/goût/odorat au rabais. Avec leur monde qui traîne les pieds. S’ils savaient, ces demis-là, cet insatiable théâtre qui se joue en lui, au bord de leurs rues. Ce grand huit perpétuel qui le balance de haut en bas. De gauche à droite. Qui tantôt le porte. Au plus haut. Ce haut qu’ils ne sauront jamais atteindre. Qui tantôt l’enfonce. Au plus bas. Ce bas où ils ne s’écraseront pas.

Ce bas qu’il rejoint à chaque doigt qui vient s’écraser contre lui. Chaque doigt qui ne rejoint pas sa fête intérieure. Chaque doigt qui ne perce pas sa bulle maussade. Chaque, ou presque. En réalité, les doigts des quidams de passage ne lui importent plus. Ou si peu. Mais ce matin, c’est son doigt à Elle qu’il a vu pointer en sa direction. Quand, porté par son indicible monde, la bouche de Nicolas a malencontreusement laissé s’échapper un mot. Un mot un peu trop lourd. De sens. De sens en rage. Un mot qui pesait depuis trop longtemps sur ses frêles épaules. Ce mot jamais dit, ni même deviné par ce monde à la cataracte exacerbée. Ce mot qu’il avait choisi de libérer enfin, dans le creux de ses bras, à Elle. Parce ce qu’Elle n’était pas de ces demis-là, aveugles et sourds. Et depuis quelques mois qu’ils en échangeaient, des mots, il lui semblait qu’Elle pouvait enfin entrer dans sa ronde. Cette ronde jamais partagée. Avec quiconque. Mais, ce mot-là est venu s’écraser contre le macadam froid. Sans autre écho qu’un rire éphémère. Son rire à Elle, qui pointait du doigt ce mot-là.

Alors, à cet instant, Nicolas a encore déployé sa coquille, dont il s’était délesté un instant. Un fragile instant. Elle n’a pas compris. Ni sa mine défaite. Ni ses larmes retenues qui débordaient pourtant déjà. Ni cette colère qui semblait jaillir de nulle part. Ni ces autres mots, violents, eux, qui ont suivi. Je ne veux plus jamais te voir. A hurlé Nicolas. Alors, Elle est restée là, sur le macadam froid. Avec ce premier mot qui avait semé le trouble en lui, entre eux deux. À le regarder s’éloigner soudain, sans comprendre ce qui avait bien pu se passer. Entre le moment où ses yeux pétillaient encore et celui où ils étaient devenus noirs et rouges à la fois. Et Nicolas s’est laissé porté par ses deux jambes sans savoir où. Droit devant. Loin. Loin d’Elle à qui il avait ouvert sa bulle un instant. Elle qui l’avait fait éclater par ce rire inopportun. Elle qu’il détestait à présent. Elle qui lui manquait pourtant déjà.

Dehors, il y a le monde qui défile à vitesse grand V. Au rythme effréné de l’aiguille du cadran. Et cette foule qui s’y emmêle harmonieusement, à peine essoufflée. Dedans, de l’autre côté du carreau embué, il y a Nicolas. Nicolas qui oscille sur le fil de sa vie. Qui ne sait plus très bien. S’il doit encore retenir sa main qui ne demande qu’à saisir le téléphone. S’il doit encore retenir sa bouche qui ne demande qu’à crier Pardon, reviens ! S’il doit tirer un trait définitif sur cette Traîtresse qui fait déjà beaucoup trop partie de sa vie. Sur cette Déesse dont il distingue les traits partout. Sur son plafond. Sur les lames du plancher. Sur cette toile jadis vierge où il déverse sa haine et son amour. Sa tristesse. Sa félicité. Son angoisse. Sa sérénité. Sa force et sa faiblesse.

Toc. Toc. Toc. Trois Tocs viennent déranger Nicolas perdu en son labyrinthe intérieur. Sa rage dissimulée qui remue son intérieur. Son cœur. Ses poumons. Sa tête. Son foie. Nicolas est fou. Fol amoureux. Fou furieux. Et tellement seul, avec pour seule compagnie cette sourde folie. Qui le force à envoyer valser tout ce qui pourrait rappeler sa Belle dans sa chambre exiguë. Des photos. Des lettres. Des trucs sans importance empreints pourtant de tout. Qui fait jaillir enfin toutes ces larmes retenues en un torrent enragé. Qui le fait se tordre en une douleur infinie sur le bord du lit.

004-hotel-radisson-enfant-bulle1Toc. Toc. Toc.

Oui ?!

—   Nico, je peux rentrer ?

—   Qu’est-ce que tu veux, Ben ?

—   C’est papa, il m’a dit de te dire que le manger est prêt.

—   J’arrive.

—   Tu pleures ? Ça va pas, Nico ?

—   Si, si, ça va. T’inquiète pas p’tit frère.

—   J’aime pas quand t’es comme ça. Tu veux un câlin tout doux comme faisait maman ?

—   Ça va aller. Il paraît que c’est une question d’hypersensibilité.

—   Hyper quoi ?

—  Hypersensibilité. Tu vois, c’est un peu comme si j’avais des super pouvoirs qui me font sentir un peu trop les choses. Et parfois, ça remue un peu trop, voilà tout.

—   Ah, mais c’est génial ! T’es un super héros alors !

Nicolas esquisse un sourire. Super héros, ce n’est peut-être pas si mal, après tout.

Notice biographique

Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :