Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

Laisser une trace

 Un dimanche après-midi. Au square des Souvenirs. Un banc. Un banc qui tombe nez à nez avec toi. À 2277852297_small_2vive allure, qu’il arrivait ce banc-là. À croire qu’il n’attendait que toi. Sur ce banc, une inscription gravée : Marie + Antoine = ❤. Tu te souviens. De cet après-midi-là. Cet après-midi, lors duquel, Marie et toi avez rejoint ce banc-là. C’était. Pfiou. Il y a peut-être trente ans de ça. Vous étiez jeunes. Vous étiez beaux. Vous étiez amoureux. Vous aviez le monde à vos pieds et l’amour pour ailes. Vous n’aviez jamais eu telle certitude que celle des sentiments que vous éprouviez l’un pour l’autre. Et, comme pour prouver à votre vous de demain que vous ne rêviez pas, que ça a bel et bien existé, vous aviez pris un petit canif pour graver ces quelques mots sur ce banc-là. Marie + Antoine = ❤. Juste après, vous aviez fait l’amour, comme pour graver cet instant en harmonie avec le monde en vous, à jamais.

 C’était il y a trente ans. Depuis, la vie t’a porté vers d’autres chemins. Loin de Marie. Loin de cet amour absolu que vous vouliez hurler au monde entier. Que vous aviez gravé sur ce banc-là. Pour laisser une trace. De toi. D’elle. De vous. De cet amour qui semblait promis à l’éternité. Laisser une trace. Pour prouver au monde que tu, elle, vous aviez existé. Un jour. Tu esquisses une moue, malgré toi. C’est fou. Comme hier le monde t’appartenait encore. C’est fou comme aujourd’hui demain n’est même plus certain de pouvoir t’accueillir. Qu’auras-tu laissé comme trace en ce monde, quand la grande faucheuse t’emportera, hormis cette gravure gauche à laquelle jamais personne ne prêtera réellement attention ? Qu’as-tu fait au cours de ces trente dernières années pour que le monde, demain, puisse se souvenir de toi ? Demain, le monde tournera sans toi. Est-ce que tout ça n’aura servi à rien ?

 Durant ces trente dernières années, finalement, tu n’as jamais pris conscience de l’urgence de vivre. D’être, de faire quelque chose de tes maigres doigts. Tu t’es laissé bouffer par un quotidien qui a pris le pas sur tes envies. Études. Boulot. Vie de couple. Famille. Quotidien. Divorce. Solitude. Boulot. Boulot. Boulot. Tout s’est enchaîné si vite. Si conformément à ce que le monde attendait de toi. Sans que jamais tu ne puisses élever la voix pour crier ce Je veux ! Tu croyais vouloir tout ça, parce qu’on a voulu te le faire croire. Te faire croire que ceux qui n’en avaient pas envie sortaient du droit chemin. Tu ne voulais pas sortir du droit chemin. Pas te faire remarquer. Pas te faire pointer du doigt. Alors, tu as suivi. La queue du troupeau. Qui, elle-même, suivait le troupeau originel. Tu as fait les études que ton père voulait que tu fasses. Tu n’as trouvé qu’un boulot en usine, malgré ton niveau d’études, parce que chômage, crise, et bla bla bla. Tu as épousé une femme que tu n’as jamais vraiment aimée, pour ne pas briser ses rêves de petite fille. Tu as eu des enfants pour tenter de recoller les morceaux avec celle que tu avais déjà quittée depuis longtemps. Tu as vécu. Survécu. Sans jamais. Non jamais. Vibrer. Tout s’est enchaîné si vite. Jusqu’à aujourd’hui.

 Toi, ce dont tu aurais eu envie. Envie, vraiment. C’est autre chose. Un autre chemin. D’autres rencontres. D’autres aventures. Qui auraient fait trembler ta vie. Jouir. Souffrir. Exister aux yeux du monde. Au lieu de passer furtivement, sans le moindre faux pas. Tu aurais aimé être chanteur. Écrire, composer tes chansons. Tu les aurais balancées à l’oreille des passants le long d’une rue, dans un bar. Pour crier ta vérité, sur ton chemin non clouté. Tu aurais aimé parcourir le monde. Découvrir, te fondre en mille cultures. Pour te nourrir réellement. De richesses que le quotidien ne saura jamais offrir. Rencontrer des gens. Encore. Toujours. Au lieu de croiser, chaque jour, les mêmes têtes que tu ne peux plus voir en peinture. Avec la même rancœur pour repère. Tu aurais voulu bousculer ces repères. Quotidien. Habitudes. Métro. Boulot. Dodo. Dodo. Dodo. Zzzzzzzzzzz. Les bousculer. Les envoyer en l’air. Prendre le premier train. Vers nulle part. Vers ailleurs. Où l’herbe est forcément plus verte. Mais il y avait tes joyaux, depuis bientôt dix ans.

 Tes joyaux, ces deux petites pépites de ta vie qui l’enchantent depuis leur arrivée : Samuel et Jack. Tes deux petits d’homme. À toi. À l’origine pansements d’un couple à la dérive, ils ont finalement transcendé ta vie. Ils sont devenus ta raison d’être, pour la vie. Ta force, ton envie. Et, depuis la première fois de ta vie, à leur arrivée, tu as cessé enfin de subir. Subir une vie dont tu ne voulais pas. Ils étaient là. Tu étais père. Et, même si tu n’as pu, au cours de ces trente dernières années, crier au monde entier ce Je veux ! Tu sais qu’ils seront, demain, la plus belle trace de ton passage en ce monde éphémère. Qu’ils sauront, demain, esquisser au monde tes traits tels qu’ils étaient réellement, derrière ce masque du quotidien, de l’habitude, du dégoût. Alors, non, tu n’auras jamais hurlé au monde, aux passants, tes mots vrais portés par une mélodie envoûtante. Non, tu n’auras jamais parcouru ni découvert tous ses visages. Mais aujourd’hui, tu sais. Que tes mots. Tes mots enfouis seront portés par tes deux bonshommes qui ont bousculé ta vie. Que leur regard est déjà loin. Vers cet ailleurs, ces autres visages. L’éternité, c’est eux. Tes deux bouts de chou déjà trop grands.

 Traces-de-pas-sur-le-sable-Flickr-GravitywaveUn dimanche après-midi. Dans le square des Souvenirs. Devant ce banc-là. Tu esquisses un sourire. Tu plonges la main dans la poche de ton grand imperméable gris pour en sortir un petit canif. À la pointe du canif, tu laisses au monde une nouvelle trace. Un Sam et Jack, je vous aime. Papa. Une trace qu’ils trouveront peut-être un jour sur leur chemin. Une trace sur laquelle le monde, un jour, posera peut-être les yeux. Soudain, la toux à nouveau te prend. Tu sors un mouchoir. Sur lequel s’imprime un peu, beaucoup, de sang. Il est l’heure. L’hôpital t’attend. Demain ne sera peut-être pas. Mais s’il est, c’est certain, tu seras là, posté devant ta fenêtre, pour assister au réveil de ce monde. Avant qu’il ne puisse assister à ton sommeil éternel. Aujourd’hui, plus que jamais, tu croques la vie à pleines dents. Pour laisser une trace. Ne serait-ce qu’une infime trace de ton passage ici. Demain, Sam et Jack seront là. Et tu as tellement de choses à leur dire avant. Avant de t’endormir. Pour l’éternité.

Notice biographique

Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :