Le givre sur ma peau, une nouvelle de Francesca Tremblay…

Le givre sur ma peau

Comme il faisait froid, cette nuit-là. Les lampadaires de la ville dessinaient de petits soleils tamisés aux peau1halos saupoudrés de neige. Comme quoi cette ville aux cieux orangés ne dormait jamais. Ses cernes noirs s’étiraient jusqu’à mes pieds, avant d’être recouverts des flocons qui y mourraient.

Les parterres glacés criaient sous mes pas et l’hiver me mangeait les joues comme une bête affamée, impatiente. Les mains dans les poches de mon manteau de cuirette trop court, j’avançais vers le mur. Mes longues jambes dans ces bas filets noirs tremblaient de froid. Je mâchais ma gomme pour me décrisper la mâchoire et pour sourire aux autos qui ralentissaient devant moi. Chaque fois que je me penchais pour me présenter, je faisais une révérence à la mort. J’étais morte. Pas cliniquement, mais cyniquement, oui. J’avais foutu ma vie en l’air. J’avais sauté sans parachute, et chaque jour depuis, je m’écrasais le corps sur les trottoirs avares de pourboires. Grande chambre froide où les pièces de viande paradaient, pendues aux crochets de la honte.

Le givreMes talons aiguilles s’étaient perdus dans les bottes de foin des chambres de la ville. Ma timidité s’était soûlée dans un coin de ma tête. Elle buvait les mots que je lui lançais : « Idiote, puérile, femme frigide ! » Elle ricanait et titubait nue, sans gêne dans les grands corridors de ma folie, se faisant massacrer à coup de mines antipersonnelles.

Tout ça parce que j’avais cette pression sur moi depuis des années. Physique, chimie, bio… Je savais tout en théorie, mais pratiquement ? Rien. Et je voulais savoir, je voulais me perdre, je voulais avoir mal. C’est dans cette spirale infernale que je dispersais la moindre de mes ambitions dans le regard des autres, parce qu’avoir des attentes pour un avenir me rendrait folle pour de bon.

Chaque caresse, chaque baiser, chaque morsure, chaque sévice contribuaient inexorablement à ma chute, mais plus je creusais ma tombe, plus je m’approchais d’une vérité. Ma vérité. Ma bouche s’abimait de leurs baisers sauvages. Mes petits seins se perdaient dans leurs mains creuses et rudes qui les étouffaient. Ma peau se déchirait sous le frottement sans pitié de leur corps pesant. Ma tête heurtait le miroir de la salle de bain où un reflet déformant m’était renvoyé. Je le cachais d’une main tandis que de l’autre je m’agrippais au rebord du comptoir. Leur membre dur, dressé pour la guerre me labourait les entrailles pour y semer la terreur. Je n’avais pas peur du noir. Je fermais les yeux pour me retrouver seule.

Photo : Ann Dittman

Photo : Anna Dittman

Leurs grognements enterraient vivante la jeune femme que j’avais été. L’argent qu’il faisait glisser dans mon cou et sa bouche puante, qui me félicitait d’être une belle pute, me donnaient envie de vomir. Ne pas tomber. Ne pas pleurer. Rhabille-toi, la rue t’attend.

Cette nuit-là, je ne me suis pas réveillée, car je m’étais fait une promesse. Alors que mon corps gisait sur le trottoir avare de pourboire, le froid de l’hiver dessinait de cruels dessins sur ma peur bleue. Tandis que les petits soleils se fondaient dans mes yeux grands ouverts, le sans-logis, de son vieux manteau vert misère, couvrit le givre sur ma peau.

Francesca Tremblay, 15 mai 2014

NOTICE BIOGRAPHIQUE

En 2012, Francesca Tremblay quittait son poste à la Police militaire pour se consacrer à temps plein à la création– poésie, littérature populaire et illustration de ses ouvrages.  Dans la même année, elle fonde Publications Saguenay et devient la présidente de ce service d’aide à l’autoédition, qui a comme mission de conseiller les gens qui désirent autopublier leur livre.  À ce titre, elle remporte le premier prix du concours québécois en Entrepreneuriat du Saguenay–Lac-Saint-Jean, volet Création d’entreprises.  Elle participe à des lectures publiques et anime des rencontres littéraires.

Cette jeune femme a à son actif un recueil de poésie intitulé Dans un cadeau (2011), ainsi que deux romans jeunesse : Le médaillon ensorcelé et La quête d’Éléanore qui constituent les tomes 1 et 2 d’une trilogie : Le secret du livre enchanté.  Au printemps 2013, paraîtra le troisième tome, La statue de pierre.  Plusieurs autres projets d’écriture sont en chantier, dont un recueil de poèmes et de nouvelles.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :