Les couleurs de Virginie, par Virginie Tanguay…

 La fièvre du printemps

Le lièvre

        Chez moi, quand la neige aura fondu, le sol réchauffé sera une terre prometteuse d’abondantes récoltes. L’hiver nous enveloppe d’une écharpe parfois piquante et se dévêtit si lentement qu’il provoque en moi le désir de goûter aux chauds rayons du soleil. Ce calme froid m’endort. Je veux m’éveiller sur la note joyeuse des corbeaux en fête qui croassent à tue-tête.

       Le blanc paysage qu’est le lac Saint-Jean en hiver est grandiose. Mais je suis légèrement impatiente et j’ai hâte que la douce brise du printemps me cajole. Heureuse à l’idée de percevoir un ruissellement dans la rivière dont le lit se dessine. Tout ce qui m’entoure me semble gelé, même si je sais que la vie habite cette nature endormie. J’ai la fièvre du printemps.

     Récemment, j’ai pris plaisir à observer certains animaux sauvages dans leur habitat. C’est un art de vivre en cette froide saison. Tout ce qui vit ici, de la faune en passant par la flore et par l’humain, s’acclimate et possède les armes pour vaincre le froid mordant. Les arbres ont des moyens de protection : je pense, entre autres, à cette cire épaisse qui recouvre les aiguilles et qui donne leur odeur aux conifères. Les espèces de plantes moins résistantes ne s’installent tout simplement pas dans notre coin de pays. Le même principe s’établit chez les espèces animales. C’est la loi de la jungle… en forêt boréale.

          Sur ma terre à bois, l’épais manteau de neige, qui recouvre les plantes herbacées, devient un terrain de jeu pour plusieurs bêtes à fourrure.

          Le lièvre d’Amérique me charme à tout coup par les variétés de teintes que les mues bisannuelles donnent à son pelage. Sa fourrure blanc ivoire se confond à la neige, tandis que l’été sa fourrure brune se fond au couvert végétal et aux branchages. Sa vivacité d’esprit est remarquable et son regard mystérieux. Ses bonds rapides et imprévus. Il trace des sentiers qu’il emprunte régulièrement, tout en se nourrissant de tendres brindilles. Quand j’aperçois un lièvre affolé dans la poudrerie, en quête de nourriture, je suis certaine qu’il a hâte au printemps, tout comme moi, pour se régaler de savoureuses petites fraises des champs.

          Il me suffit de marcher le temps de trois chansons que je fredonne, pour atteindre mon petit lac. Une famille de castors y loge dans une hutte. L’hiver, la neige dissimule l’abri et une cheminée de vapeur chaude m’indique leur présence à l’intérieur. Ils dégustent leurs réserves de branches non écorcées de bouleaux et d’aulnes rugueux. Enlacés les uns aux autres, ils rêvassent aux pousses tendres des nénuphars qu’amènera la prochaine saison.

               Le manque de lumière à la fin de l’hiver m’incite à mieux tolérer les pluies du printemps. Vivre en ce pays nordique fait de moi un témoin privilégié des réactions de la nature, dont sa fougue au réveil.

 Virginie Tanguay

Notice biographique

Virginie Tanguay vit à Roberval, à proximité du lac Saint-Jean. Elle peint depuis une vingtaine d’années. Elle estVirginie Tanguay près de la nature, de tout ce qui est vivant et elle est très à l’écoute de ses émotions qu’elle sait nous transmettre par les couleurs et les formes. Elle a une prédilection pour l’aquarelle qui lui permet d’exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique. Rendre l’ambiance d’un lieu dans toute sa pureté est son objectif. Ses œuvres laissent une grande place à la réflexion. Les détails sont suggérés. Son but est de faire rêver l’observateur, de le transporter dans un monde de vivacité et de fraîcheur, et elle l’atteint bien. Elle est aussi chroniqueuse régulière au Chat Qui Louche. Pour ceux qui veulent en savoir davantage, son adresse courrielle : tanguayaquarelle@hotmail.com.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :