Les couleurs de Virginie, par Virginie Tanguay…

  Chasseur de rennes

Chasseur de rennes

     L’histoire d’Ivan Belov se déroule en 1850, en Laponie :  région boréale européenne.  Ce personnage a marqué la culture du peuple sami, appelé aussi lapon.  Belov était perçu par tous comme étant le plus grand chasseur traditionnel de la taïga et de la toundra réunies.  On dit qu’il parlait avec les caribous mieux qu’avec les hommes.

     Lorsqu’il était jeune homme, ce grand voyageur parcourut la taïga sur de très longues distances.  Cette zone forestière, garnie de pins, d’épicéas, de sapin, de mélèzes, d’aulnes, de bouleaux et autres feuillus, lui avait permis d’étudier la flore, mais également la faune d’une façon approfondie.  Cet érudit avait acquis son expérience sur le terrain et aurait pu se vanter de connaître comme personne le cycle de la vie végétale et les secrets du vent.  Les vertus médicinales des plantes le poussaient sans cesse à expérimenter de nouvelles décoctions ou nouveaux baumes.  Le mot « humble », qui tire ses origines « d’humus » définit bien sa personnalité : il s’abaissait au sol, il faisait preuve d’une modestie remarquable.

     Ivan Belov a longtemps suivi la trajectoire de migration des rennes.  Son nom courait également sur les lèvres de ceux qui vivaient ou qui osaient s’aventurer dans la toundra, ce désert du nord : une vaste étendue composée d’herbacées et de lichen, là où seul le cadmium des plantes vient réchauffer l’atmosphère.

       Il attirait les animaux en se donnant l’apparence d’un renne : manteau de fourrure, pantalon « bellinger » fabriqué de cuir et, pour se confondre davantage avec le gibier, il se déplaçait avec un panache sur la tête.  Il frottait ses bois sur le tronc des arbres ou les cognait ensemble.   Le chasseur communiquait avec les mâles en rut et séduisait les femelles, qui arborent aussi des bois, tout en imitant leur renâclement et leur braillement.  C’est ainsi que Belov approchait les individus moins alertes et pouvait ensuite les tirer à l’arc.  L’homme concevait des pièges à pieux, des enclos, il transmettait son savoir à ses frères.  Ses mains larges, massives et écorchées savaient manier les armes et caresser les peaux.

      Belov vouait un respect absolu aux esprits des animaux morts.  Il remerciait la terre et l’animal de lui offrir la vie et propageait cet enseignement.  Pour lui, les rennes représentaient une partie vivante de l’héritage culturel.  Il traitait les carcasses soigneusement en prenant soin d’utiliser à bon escient chaque partie du corps.

    Les années passaient et Ivan prenait de l’âge.  Ayant peu d’énergie et l’œil moins vif, il décida d’apprivoiser les rennes et d’en faire l’élevage.  Son mode de vie, devenu sédentaire, lui plaisait ; les animaux l’accompagnaient dans son quotidien.  On raconte que le chasseur a continué jusqu’à sa mort à observer l’évolution de la nature et à être reconnaissant.  La dernière fois qu’il a été aperçu, il prenait place à l’intérieur d’un traîneau tiré par des rennes… quelque part entre le ciel, la taïga et la toundra.

Notice biographique

Virginie Tanguay vit à Roberval, à proximité du lac Saint-Jean.  Elle peint depuis une vingtaine d’années.  Elle est près de la nature, de tout ce qui est vivant et elle est très à l’écoute de ses émotions qu’elle sait nous transmettre par les couleurs et les formes.  Elle a une prédilection pour l’aquarelle qui lui permet d’exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique.  Rendre l’ambiance d’un lieu dans toute sa pureté est son objectif.  Ses œuvres laissent une grande place à la réflexion.  Les détails sont suggérés.  Son but est de faire rêver l’observateur, de le transporter dans un monde de vivacité et de fraîcheur, et elle l’atteint bien.  Elle est aussi chroniqueuse régulière au Chat Qui Louche.   Pour ceux qui veulent en savoir davantage, son adresse courrielle :  tanguayaquarelle@hotmail.com.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

                                                              

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :