Palputiements chroniques, par Tophie Sorris…

Cuba, QC

Cher Chat,

Manuel Mendive

Manuel Mendive

Votre coupe est pleine, votre bouchon prêt à sauter.  En proie à un vrai coup de bar, vous savez que vous allez définitivement trinquer si vous ne profitez pas immédiatement d’un last call vers le Sud.  J’ai donc alcootesté pour vous une des destinations que les Québécois, lors de leur unique semaine de relâche, consomment sans modération :  l’île de Cuba, petit État d’ébriété où il fait bon lever le pied et le…coude, et d’où je suis revenue cuite.

Je vous invite donc, le Chat, à boire mes paroles afin de cuver avec moi ces quatre jours sifflés cul sec.

1er jour d’ivresse :

Après quatre heures à fermenter dans un charter low coast bondé, nous atterrissons à Varadero : 350 Québécois en fût, prêts à écumer les playas cubaines.  Je comprends vite qu’on n’y sable pas que du champagne puisque me voici dans le bus qui dessert les  tout-inclus, entre une grosse Mol tablette et deux langues dans le vinaigre qui en sont à leur septième p’tit coup de reviens-y en Terre Che.  On m’abreuve alors de conseils jusqu’à plus soif, en parlant haut et fort, histoire de bien montrer à tout le monde qu’on a voyagé.

Premier arrêt, Santa Maria de la Isla de Orléano ; deuxième arrêt, Los Escuminos ; troisième arrêt, Baie Comuchacho.  Nous descendons au suivant : Santa Felixia del Otissio. Si le Québécois change d’habitat naturel, tout y est cependant organisé comme à la maison.  Et puis, peu importe l’hôtel, puisque tous les chemins de cette belle Province mènent au rhum !

Après avoir pris possession de ma chambre surplombant l’horizon turquoise, je me descends mon premier Cuba Libre, histoire de goûter enfin à un peu d’exotisme.  Mouais.  C’est pas du millézizimé mais j’en pignole… picole quand même un deuxième.  Et hop pelai, un troisième.  Salud !

Pis en pluche, c’est serbi dans un godelet en blastique !  Mais bon… peu importe le placon fourbu qu’on ait l’ifresse.  D’ailleurs, mes comtrapiotes béquébois ont d’la jugeote ! Z’ont toutes amené icitte leur big thermos Second cup, histoire de s’pochtroner deux vois plus fite ! Oula, y’s’fait ttard.  Buenas noches, el Gato !

2ème jour d’ifresse :

Tout Québécois qui a de la bouteille à Cuba sait qu’il doit s’lever aux aurores pour aller réserver sa faillote… paillotte.  Il est 7 heures du patin, couffin…matin, le village semble dormir, mais toutes les chaises plongues sont déjà drapées de versiettes de nain… bain.  Alors, même si j’bois du p’tit lait à être allongée, là, sur le sable blanc, il n’en reste pas moins qu’en plein cagnard, il fait vite choif.  Un mojito, ça désaltère.  Dos mojitos, ça désalpère en ciboire.  Tres mojitos, ça dévalpère en cipoire ! Sont encore pas boucoup, les Qqquébécois sur la playa, mais moaaa, j’suis déjà pleine ! Faut c’qui faut ! Après tout, si j’veux un pnneu d’ombre, j’ai pas l’choix de rouler sous la table.

Rrrro, pas bien ! Suffffit  la bibine! Mais voila, fait chaud en tiboire à la playa sans faillote… et le naturel revient au goulot.

C’est ma fournée ! Non.  Journée.  Non.  Tournée.  Non.  Ah ben si, c’est ça.  C’est ma tournéee le Chat !  Et ça s’resuffe pas ! Dos mojitos.  Olééé muchiassos !

3ème vour d’ifresse :

« Hep garçonno ! Un Daiquiri por vafor dans mon thermoso ».  On s’essaye dans la langue à Fidel.  Mettons.  Bouoff, rien de rélovutionnaire hein ! Y’a qqu’à ratoujer des o et des a tarpout, partrout…, partout ! Yesss, j’lai eu ! Et même si les Cubanos parlent de blus en blus le français, tourismo obligo, ben…les Béquébois, on aime ça d’abord, jaser entre nousautros en espagnolo ! Surtout qu’on a l’impression qu’on s’bédrouille suber pien quand on est saouls comme des Loponais, Plononais.  Enfin… c’est ça qu’est ça.  En ttsous ccas, j’aurais des dizaines de brevas de comptoiro à vous racronter le Chato, mais Enrique vient de me versir oune autro Quaidiri.

Je suis son corazon, à Enrique.  Et aussi celui d’Hector, de José, Pedro et Borerto… woyons, Toberto, ben woyons ! Roterbo…merda ! Choso quoi ! En même temps, j’me fais pas trop d’isullions, c’est mes pourliches qui les interfessent, non ? Mi corazon, mi corazon… mouais. À d’autros !

Parce que moi…moi là… ben moi là, c’est pppas mon genre tampoute, mais y’en a des corazon qui viennent ici juste pour un p’tssit coup.  Paraît que Cuba, c’est noccu… c’est cconnu pour ses tavernes Bienvenue aux dames.  J’te jure le Chato, c’est pas des blaguos !  Pis après, elles s’prennent la brossa du sieclo et elles oublient toute.  Mettons.

Bon… c’est l’heure de l’arépo.. péro là, non ? J’ai envie d’issayer un Quairidi tiens ! Zussstindoigt !

4ème vnour d’ifrnessss.

Dernier four…jour.  Nooon, j’suis pas grise ! J’suis rodée… woyons, dorée.  D’ailleurs, c’est le temps du footing shoto… shooting photos en nikibi…kinibi…binikisti… Laisse faire !

imagesRoterbo…enfin chose là, vend pour quleques cucs des Nipa Codala  contoctées à même l’ananana, l’anananana… m’as-tu l’dire !…l’anas.  Nas.  Z’est ça ! Faque on l’sitrotte, sirote allongelée, ajonglée… anyway dans l’eau… avec un air galmour, malgour… Pas grave.

Hey, gar moé ben l’chato…On niaise pas avec le footing-shoto.  Alors, comme toutes les Béquécoises, j’ai pris la ppppause.  C’était pourtantant pas la bière à moire…  la mer à boire, mais moi, j’ai bu la tasse et l’anananana..  sti !  l’ananas, aussti.

Fallait bien que je me remette à l’eau de toutes les façons.

Sophie

Notice biographique

Sophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis dix-sept  ans. Elle vit à Chicoutimi, y enseigne le théâtre dans les écoles et l’enseignement des arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire et mène actuellement des recherches doctorales sur l’impact de la voix de l’enfant acteur dans des productions visant à conscientiser l’adulte. Elle partage également une correspondance épistolaire avec l’écrivain Jean-François Caron sur le blogue In absentia. (http://lescorrespondants.wordpress.com)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :