Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

De l’autre côté : Camisole chimique

 Tu ne voulais pas.  Non, ne voulait pas.  Transpirer ce type-là.  Ce type que tu dissimules derrière un masque, d’ordinaire.  imagesCe type bancal, le long du chemin.  Ce type que sa canne maintient debout.  Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Exhiber au monde ce visage.  Ce visage massacré.  Ce visage qui effraie.  Ce visage sans sourire.  Mais ce soir, tu avais beau ne pas vouloir.  L’ombre de la nuit, le chagrin du vent, la fatigue du temps t’ont rattrapé.  Et tu as poussé un cri.  Le deuxième de ta vie.

Peut-être beaucoup trop fort.  Peut-être bien trop mal.  Un cri désordonné.  Sorti à l’improviste.  D’un trop-plein.  D’un néant.  Pour tout.  Pour rien.  Ce cri d’un homme qui souffre clandestinement, depuis un siècle déjà.  Ce cri d’un homme trop conscient de la contingence de son existence.  Ce cri d’un homme qui ne trouve plus l’issue de secours d’une vie sans saveur.  […]  Si issue de secours il y eut un jour.

Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Mais il est déjà trop tard.  Tu as distingué le monde se retourner soudain sur toi.  As distingué tous ces doigts pointés en ta direction.  As entendu, au loin, sonner le glas.  Et, en une fraction de seconde – à peine –, tu t’es retrouvé là.  Devant ce type en blanc qui disait ne vouloir que ton bien.  Mais ne comprenait rien.  Rien.  Et tu avais beau lui expliquer.  Lui expliquer encore.  Lui prouver par A + B que.  Lui ne voulait pas.  Non, ne voulais pas.  Voir cette vérité.  Ta vérité.  Et c’est avec pitié qu’il te regardait, ce type-là.  Avec un air de cause toujours l’illuminé.  Toi qui t’étais battu, toute ta vie durant, pour rejoindre leur monde.  Ce monde qui t’avait toujours semblé absurde.  Lui ne daignait même pas poser un regard sur le tien.  Le malade, c’était toi.  Pas les autres.  Toi.

Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Et voilà qu’à côté de ta purée, mille et une pilules roulent déjà sur le plateau.  Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Tu t’étais toujours interdit de faire entrer en toi tout ce qui pourrait te faire perdre, ne serait-ce qu’un instant, celui que tu es.  Jamais tu n’avais bu, ni ne t’étais drogué.  Jamais tu n’avais cédé à la facilité.  Tu étais resté toi, malgré tout ce que ça avait pu te coûter, à rester trop près de cette image que te renvoyait le miroir.  Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Fuir.  Fuir celui que tu étais.  Fuir, c’était lâche.  Et tu avais peut-être tous les défauts du monde, mais tu n’étais pas lâche.  C’était ta seule fierté, peut-être.

nevroseTu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Mais déjà, y’a l’autre.  Cet autre type en blanc.  Qui reste là, planté devant toi.  Et qui ne te lâche pas des yeux.  Ces yeux piquants.  Qui te démangent là où ils se posent.  Alors, pour qu’il s’en aille enfin, tu cèdes.  Tu prends ton verre d’eau, déposes la poignée de pilules dans ta bouche, prends une gorgée d’eau, et bois.  Ça y est, tu es monté dans la barque, et sillonnes le Styx, impuissant.  Mais déjà tu as peur : qui seras-tu là-bas ?  De l’autre côté.

Tu ne voulais pas.  Non, ne voulais pas.  Mais déjà, tu n’es plus vraiment là.

Notice biographique

Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :