Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

IMG_1638Le vieux et la vieille

— J’ai faim ! lance le vieux sans même lever la tête de son journal.

— Mais il est à peine onze heures… marmonne la vieille, affichant une moue contrariée d’avoir dû laisser un instant le tricot de côté pour chercher l’aiguille de la pendule.

— Onze heures ?! hurle le vieux en envoyant valser le journal sur la table du salon.

Et puis, lentement, il pose sur son nez une paire de lunettes. Et puis, lentement, et dans une douleur sourde que trahit son visage, il se lève sur ses deux jambes qui chancellent déjà. Et puis, lentement encore, il avance en direction de la pendule. De petits pas en petits râles. Il s’arrête face à elle, s’appuie contre le mur pour tenter de maintenir son équilibre, et attend. Et attend.

— Mais elle déconne cette pendule ! lance le vieux sans lâcher du regard la grande aiguille qui semble effectivement ne plus vouloir avancer.

— Tu sais, elle n’est plus vraiment jeune… répond la vieille d’un air désolé.

— On n’est plus vraiment jeunes non plus, et on ne s’arrête pas pour autant ! bougonne le vieux dont les deux jambes se mettent à nouveau à chanceler et qui peine soudain à maintenir son équilibre, malgré l’aide précieuse du mur.

— Allez, retourne t’asseoir et terminer ton journal. dit la vieille d’un ton bienveillant.

Et puis, lentement, il détache son regard de la grande aiguille de la pendule. Et puis, lentement, il lâche le mur et fait une nouvelle fois confiance à ses deux jambes qui chancellent de plus belle, pour rejoindre la vieille. De petits pas en petits râles. Et puis, lentement encore, et dans une douleur sourde que trahit son visage, il s’asseoit sur la chaise et reprend son journal. Il enlève de son nez la paire de lunettes et reprend sa lecture là où il l’avait laissée il y a quelques minutes – qu’il ne peut plus quantifier à présent.

La vieille fait son tricot.

Le vieux lit son journal.

— Mais quelle heure est-il alors ? questionne le vieux en rompant soudainement ce silence qui avait repris sa place habituelle dans le petit salon.

— Il doit être onze heures passé… Hier, il était bien midi lorsque nous avons consulté la pendule avant de manger. répond la vieille, toujours absorbée par son tricot.

— Et s’il était déjà plus que midi ? Et si on avait manqué l’heure de manger ? Je le sens, je te dis… J’ai faim ! s’exclame le vieux que l’inquiétude envahit brusquement.

— Mais il est à peine onze heures… marmonne la vieille, affichant une moue contrariée d’avoir dû laisser un instant le tricot de côté pour chercher l’aiguille de la pendule.

Voilà, ça recommence. La vieille perd la boule, à nouveau. Lui, depuis longtemps, ne va plus très bien physiquement. Mais depuis quelque temps, elle non plus n’échappe pas à ce temps qui est irrémédiablement passé – beaucoup trop vite. Pour le moment, ils ont réussi à tenir comme ça. Tous les deux, sans l’aide de personne. Malgré ses difficultés à se déplacer, à lui. Malgré ses oublis, à elle. Mais ces derniers temps, elle oublie de plus en plus souvent. Et dans ces moments-là, il se sent seul, le vieux. Tellement seul. Comme là, à cet instant, où encore elle ne reconnaît plus. Sa vie, son salon et son vieux qu’elle abandonne soudain.

Alors comme à chaque fois, il ne lâche plus du regard cette absente qui ne le voit plus. Et prie aussi fort qu’il le peut pour qu’elle revienne vite auprès de lui. Et attend. Et attend.

Mais aujourd’hui, c’est long. Trop long. Beaucoup plus long que d’habitude, peut-être. En fait, il ne sait pas. La grande aiguille de la pendule ne veut plus bouger. Combien de temps s’est-il écoulé depuis qu’elle est partie, la vieille ? Une, deux, trois… dix minutes ? Une heure ? Plus, peut-être ? Il n’en sait rien. La seule chose qu’il sait, c’est qu’il a faim ! Et qu’elle n’est plus là… Et qu’elle ne revient pas auprès de lui, comme elle le fait d’habitude…

Alors, seul et avec le peu de forces qui lui restent, il lutte contre ces peurs qui l’assaillent de toutes parts. Est-ce que la vie se fige lorsqu’une pendule s’arrête ? Sont-ils condamnés à rester là, coincés en cette éternité qui n’atteindra jamais midi ? Et si la réalité n’était pas ce qu’elle semble être ? Et si la pendule ne s’était jamais arrêtée en réalité ? Et si c’était eux qui n’appartenaient déjà plus à ce temps qui va beaucoup trop vite pour eux ?

Un grognement fait, une nouvelle fois, taire cet insolent silence qui semble, depuis quelque temps, vivre davantage ici que le vieux et la vieille. Il pose sa main sur son estomac en espérant le faire taire. C’est sûr, midi est bien passé : il a faim. Vraiment faim.

img_1712Une larme perle le long de sa joue. Il n’a plus sa force d’antan. Plus la force de se battre. Plus la force de se lever, encore une fois. Plus la force d’aller chercher ses outils dans le placard de l’entrée. Plus la force d’aller réparer la pendule pour lui permettre enfin d’atteindre midi. Plus la force de tendre la main de l’autre côté de la table du salon. Plus la force d’aller caresser la main de la vieille. Parce qu’il le sait, le vieux. Sa main, elle la retirera, la vieille. Avec ce même regard qu’elle a eu le premier jour où elle s’est mise à oublier. Ce regard vide. Ce regard qu’il n’oubliera jamais, tellement il lui avait fait mal. Comme il n’a jamais oublié un autre regard. Ce premier regard qu’elle lui avait offert, le jour de leur rencontre. Ce regard profond qui promettait tant de choses, et qui lui avait fait tellement de bien.

Ce regard qu’il ne verra jamais plus, à présent.

Alors, lentement, il pose sur la table du salon ce journal qu’il avait gardé entre les mains par réflexe, mais qu’il ne lisait plus vraiment depuis bien longtemps. Alors, lentement, il ferme les yeux. Et se laisse envahir, avec plaisir, par toutes ces images, ces émotions, ces souvenirs qui le traversent. L’espace d’un instant. Alors, lentement, il se laisse happer par le sommeil. Avec l’espoir discret que les douze coups de la pendule les réveillent rapidement.

Et déjà, il n’a plus faim, le vieux.

Notice biographique

Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

 

 

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :