Billet de Québec, par Jean-Marc Ouellet…

La médaille oubliée

 Ah les Olympiques !  De beaux athlètes, des performances éblouissantes, des larmes de joie, de peine.  Tant d’efforts pour un instant de gloire.  Qui ne vient pas toujours.  Une chute est si vite arrivée.

Des performances si éblouissantes, qu’en nous comparant, nous nous sentons impotents.  TellementSportif science éblouissantes que, applaudissant chaque médaille d’or, d’argent, ou de bronze, notre WOW ! dissimule mal un malaise, des soupçons sur la nature surhumaine des performances, refoule l’appréciation du rôle de la science dans l’éblouissance du sport d’élite d’aujourd’hui.  À chaque événement, sous les Hooo ! et les Ahhh !, des records sont battus.  L’humain serait-il devenu surhomme, pourvu de dons inédits, apparus quelque part dans l’évolution moderne de l’animal que nous sommes ?  Pas du tout.  L’ADN mute, mais toujours, les conséquences se manifestent avec subtilité, sur des générations.  Un surdoué apparaitra, battra les autres, dans les limites de la génétique de l’homme.  Il gagnera des médailles.  Au-delà, c’est la science du sport qui forgera les exploits, je ne parle pas ici de la science des tricheurs, de l’érythropoïétine ─ l’ÉPO pour le commun des mortels ─ de l’hormone de croissance et de la testostérone, non, mais bien de la science qui ne triche pas, celle de l’aérodynamique, de la physiologie musculaire, cardiaque et neurologique, de la biomécanique, de la nutrition, de la psychologie de l’effort et de l’athlète.  On sculpte l’équipement comme on sculpte le corps du compétiteur pour atteindre la performance ultime, à la limite de la mécanique humaine.  Ensemble, équipement et corps brûleront les millièmes de seconde des chronomètres, exécuteront de nouvelles figures, iront plus loin, plus vite.  Sans la science, les performances plafonneraient.  La génétique a ses limites.  D’un événement à l’autre, les résultats se ressembleraient, seraient d’une prévisibilité soporifique.  Qui, des heures durant, contempleraient des corps, tous entraînés à la limite du possible, traverser le fil d’arrivée en même temps ?  Pas très vendeur.  Rien ne frappe plus l’imaginaire qu’une entrée en solitaire, les seconds terminant à bout de souffle.

LugeurDurant ces jeux d’hiver qui se terminent, nous aurons assisté à des prouesses hors du commun.  Certains athlètes nous auront éblouis.  Pas que les autres n’avaient pas la génétique, ou qu’ils n’avaient pas fait les efforts pour réaliser les exploits, mais bien, qu’ils n’auront pas profité au maximum des avantages procurés par le savoir actuel.  On excusera le pays peu populeux de ne pas produire de champions.  On aura tort en partie, une portion d’explication réside ailleurs.  Prenez le même pays, trouvez-y un athlète génétiquement doué, entraînez-le sans relâche avec toute la science d’aujourd’hui, fournissez-lui un équipement de pointe, permettez-lui de voyager sans soucis, alimentez-le de manière judicieuse en fonction de son calendrier, de l’horaire de sa compétition et vous verrez : sans tricher, sans injections de poisons, cet athlète, lui aussi, vous éblouira.

J’admire le courage et la détermination des athlètes de haut niveau.  Tant d’efforts pour un rêve.  Tant de douleurs et de sueurs.  Le mérite d’être là, à Sotchi, leur revient de plein droit.  Quand ils monteront sur le podium, nous jalouserons leur génétique, saluerons leurs sacrifices, applaudirons le soutien de leurs parents, leurs encouragements, nous féliciterons leurs entraîneurs, les remercierons d’avoir poussé leurs athlètes à leurs limites, nous louangerons leur fédération de les avoir appuyés.  Mais là, sur la plus haute marche, sous les réflecteurs et les cris, combien de ces athlètes, combien d’entre nous, auront une pensée pour la science, pour les scientifiques qui leur auront octroyé un niveau de performance inégalé dans l’histoire humaine ?

Oui !  Les athlètes gagnent les médailles, mais la science offre les records.

Notice biographique

Jean-Marc Ouellet grandit dans le Bas-du-Fleuve. Médecin-anesthésiologiste depuis 25 ans, il pratique à Québec. Féru de sciences et de littérature, de janvier 2011 à décembre 2012, il a tenu une chronique bimensuelle dans le magazine littéraire électronique Le Chat Qui Louche. En avril 2011, il publie son premier roman,  L’homme des jours oubliés, aux Éditions de la Grenouillère, puis un article, Les guerriers, dans le numéro 134 de la revue MoebiusChroniques d’un seigneur silencieux, son second roman, paraît en décembre 2012 aux Éditions du Chat Qui Louche.  En août 2013, il reprend sa chronique bimensuelle au magazine Le Chat Qui Louche.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

© Jean-Marc Ouellet 2014

Advertisements

9 réponses à Billet de Québec, par Jean-Marc Ouellet…

  1. Eschylle dit :

    Très belle observation, cher ami deux-pattes !
    Une médaille est due à la science, cette discipline qui, à la différence de l’art, est composée d’approximations, d’amélioration successives.
    Seule la science permet à certains deux-pattes d’acquérir un dixième de la souplesse que nous, les chats, possédons au naturel. C’est elle, par son inventivité (parfois comique) qui fait qu’un jour, l’homme pourra sauter deux fois sa taille (quand nous, les chats, accomplissons cette action dans des proportions bien supérieures).
    Belle continuation sur ce magazine dont le nom ne me déplait pas…

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :