Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

Le prisonnier du dôme

Il y est né.  Il y a grandi.  Il y mourra, bientôt.  Le prisonnier du dôme.

Ce dôme entièrement vitré en lequel il passe ses journées à observer le monde avancer.  Tout droit, enangeprison zigzaguant.  Revenir en arrière, parfois.  Tourner en rond, souvent.  Ce dôme entièrement scellé dont il a perdu tout espoir de sortir un jour.  Pour aider le monde, de l’autre côté.  Partager les observations qu’il a pu faire depuis son poste d’observation, depuis toutes ces années.  Il pourrait changer les choses, il le sait.  Et il a essayé.  Il a crié tellement longtemps sans que le son de sa voix ait pu traverser le dôme, qu’il est devenu aphone.  Il a frappé tellement fort sans jamais parvenir à fendre la vitre, qu’il s’est brisé les os de la main droite.  Alors, il a baissé les bras.  Et continue, triste spectateur, à laisser la pièce se jouer…

Sans lui.

Mais si lui ne peut influer sur ce monde, qui n’en fait qu’à sa tête, l’inverse n’est malheureusement pas vrai.  Puisque c’est cet oxygène extérieur, qu’il n’a même jamais respiré, qui nourrit ses poumons, à lui.  Et il emboîte le pas du monde, rythme le battement de son cœur au sien, pour avancer.  Tout droit, en zigzaguant.  Revenir en arrière, parfois.  Tourner en rond, souvent.  Et il a beau mettre toute l’énergie qu’il peut à ériger, dans son dôme, un monde des possibles.  Le monde, celui de l’extérieur, parvient toujours, lui, à percer un instant le dôme pour laisser cette tempête déchaînée tout détruire sur son passage.  Alors, à chaque fois, le prisonnier du dôme s’abrite sous le bouclier de son espoir camouflé, et attend.  Attend inlassablement qu’elle se lasse enfin, et rejoigne à nouveau le monde.  Et puis, à chaque fois, il sort de sa cachette, la pelle et la balayette à la main pour nettoyer le sol de son dôme jonché de miettes de ses envies, ses rêves et ses mots asservis.

Il y est né.  Il y a grandi.  Il y mourra, bientôt.  Le prisonnier du dôme.

Car ce soir, de l’autre côté, le monde semble avoir sombré dans la folie.  Une folie furieuse que le monde lui-même ne parvient plus à maîtriser.  Plus rien n’est sous contrôle, là-bas.  Pas plus qu’ici, sous le dôme.  Où le prisonnier – ayant oublié son aphonie – s’époumone sans ne jamais émettre aucun son, s’agite dans tous les sens jusqu’à raviver la douleur, se noie dans l’indifférence de ce monde qui perd pied.  Du sang gicle contre les vitres froides.  À la gueule du prisonnier qui ne pourra jamais rejoindre l’autre côté, pour les nettoyer.  Soudain, des cris viennent faire taire ce silence assourdissant qui avait fini par tenir compagnie au prisonnier dans le dôme.  Ça hurle.  Fort.  Bien trop fort.  C’est presque inhumain.  Ces cris démoniaques qui perforent le prisonnier de toutes parts.  Et le font soudain tomber à terre.

dopo-la-battaglia-300x300Car ce soir, le monde et l’intérieur du dôme semblent ne faire plus qu’un.  Le dôme, petit à petit – à grands flots peut-être –, se remplit de ce sang qui jaillit de dehors.  Encore et encore.  Qui éclabousse.  Qui gicle.  Et, en bas du dôme, le prisonnier se débat du mieux qu’il le peut au milieu de ce bassin d’hémoglobine en lequel il n’a désormais plus pied.  De brasse en dos crawlé.  Il fait le papillon, la sauterelle ou l’escargot.  Pour tenter de sortir la tête de l’eau.  Par réflexe il tend le bras, pour tenter de s’agripper à l’une des vitres du dôme.  Bras dont la main qui le prolonge ne fait qu’agripper le vide.  Sans jamais s’écraser contre cette vitre.  […]

Comme si la vitre n’avait jamais existé, en réalité.  Comme si le dôme, tout entier, n’avait jamais été érigé que par l’esprit du prisonnier.  Comme si le monde et le dôme n’avaient jamais fait qu’un.  De comme si, en comme ça.  Peu importe, en vérité : ce soir un corps flotte dans ce bain de sang de la folie du monde.  Ce corps, celui du prisonnier du dôme.

Il y est né.  Il y a grandi.  Il y est mort.  Le prisonnier du dôme.

Notice biographique

Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :