Balbutiements chroniques, par Sophie Torris….

Face à fesses

Cher Chat,

Permettez que je m’attèle à un sujet que vous pourriez juger léger à première vue, mais qui n’estimages pourtant pas dépourvu de fondement : mon cul.  Si je vous invite à me mettre la main au panier de manière aussi cavalière, c’est que mon postérieur me désarçonne.  En effet, depuis quelque temps, mon cul se cabre contre ma culotte de cheval.

Comme je ne m’occupe pas que de mes fesses, j’ai pu constater combien les femmes en général faisaient de leur croupe un cheval de bataille.  On peut alors se demander si c’est dans la seule optique que les hommes en fassent leur cheval à bascule.  Sinon, pour quelles raisons ruerions-nous ainsi contre le moindre capiton ?  Afin de comprendre pourquoi nous plaçons notre orgueil aussi bas, nous explorerons donc aujourd’hui la face cachée de la lune.  Car on a beau l’entendre s’exprimer, on ne voit jamais son bavard que dans un miroir.  Et encore faut-il se contorsionner !

Malgré tout, les femmes ont conscience de leur arrière-train, et ce, depuis la nuit des temps.  C’est que sans ces rondeurs féminines, l’humanité s’en allait droit dans un cul-de-sac.  Il était donc indispensable pour l’homo sapiens que la fesse appelle l’ivresse afin de perpétuer l’espèce.  Ainsi, le troussequin qui n’en est encore qu’à sa préhistoire est déjà proéminent.  Repérable à la ronde, il invite sans fausse modestie le primate qui rapplique instinctivement au galop et qui, par cette voie de fait, apprend petit à petit à domestiquer le feu… aux fesses.

Certes, ce sourire vertical a pu paraître énigmatique dans un premier temps, le secret des fesses étant logé en leur creux, mais l’homme des cavernes a bien fini par comprendre que la rondelle ne faisait pas le printemps puisque nous voici, aujourd’hui, plus de sept milliards d’humains sur terre.

Si de nos jours, la survie de l’espèce n’est plus en danger, la courbe de la chute des reins semble toujours calculée pour que les yeux des hommes, en proie à l’attraction lunestre, ne puissent que glisser inexorablement jusqu’aux fesses.  Mais là où le bât blesse, c’est que selon l’époque ou la culture, certains culs retiennent plus l’attention que d’autres.  La beauté callipyge d’hier n’est pas forcément celle d’aujourd’hui et le prose lui aussi se doit de suivre la mode s’il ne veut pas être exclu du manège.  Il ne suffit donc plus de tortiller du croupion pour que l’étalon s’emballe.  Ainsi, pour espérer être montée à cru, la femme doit entrer en guerre contre son propre pétard et c’est ainsi que sur ces entre-fesses, l’objet de convoitise devient objet de complexe.

Je ne serai pas faux-cul et je vous le confesse, le Chat, j’ai très souvent torturé cette partie problématique de mon anatomie à vouloir l’emprisonner dans un jean déjà conçu pour la mouler et dont la taille me faisait rêver.  Et nous sommes nombreuses à nous sangler le popotin de la sorte pour espérer le tiercé gagnant : petit cul rebondi.  Mais comment un cul privé de sa respiration peut-il inspirer confiance ?

Permettez, le Chat, que je monte sur mes grands chevaux !  Parce que mon Rubens est d’une autre époque, mon cul, c’est du poulet ?  Mais chaque cul a sa personnalité !  Sous prétexte que l’hémisphère nord est adepte du petit cul hautain, ferme et volontaire, mon postérieur doit épouser ce tempérament qui n’est pas le sien et se mettre le mors aux fesses ?

Il y a heureusement de temps en temps de rondes offensives venant de l’hémisphère sud.  Le cinéma a porté, dans les années 60, le derrière des Italiennes à l’écran et, plus récemment, la sensualité mammaire des actrices sud-américaines a su élargir nos perspectives des codes de beauté ; on s’est mis alors à parier sur un autre type de cheval, mais toujours, le culte de la minceur, dressée sur ses étriers, finit par éperonner tout ce charnu.  C’est qu’il y a, derrière cette esthétique du filiforme, une idée de maîtrise de soi qui caractérise nos sociétés tristement perfectionnistes.

popotinAlors si mon cul se cabre contre sa culotte de cheval, est-ce par souci de perfectionnisme ?  Je crains que cela ne soit par conformisme.  Or, l’art ne se trouve pas dans la répétition, et je veux être une artiste.  Je revendique donc dès aujourd’hui un cul d’artiste et je vous encourage, le Chat, à avoir vous aussi la fesse unique et rebelle.  Militons, tous, pour son indépendance et que ma culotte de cheval caracole dorénavant à brides rabattues.  Voilà sans aucun doute le remède de cheval pour lutter envers et contre le poids de l’abstinence.

Sophie

Notice biographique

Sophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis dix-sept  ans. Elle vit à Chicoutimi, y enseigne le théâtre dans les écoles et l’enseignement des arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire et mène actuellement des recherches doctorales sur l’impact de la voix de l’enfant acteur dans des productions visant à conscientiser l’adulte. Elle partage également une correspondance épistolaire avec l’écrivain Jean-François Caron sur le blogue In absentia. (http://lescorrespondants.wordpress.com)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

2 réponses à Balbutiements chroniques, par Sophie Torris….

  1. Lily Bouchard dit :

    J’aime et le sujet m’intéresse . C’est bien écrit et ça ¨fesse dans le dash ¨comme on dit. A plus…
    Lily

    J’aime

  2. Feminitop dit :

    La culotte de cheval peut s’enlever grâce à une bonne alimentation et du sport. Servez-vous des crèmes lissantes pour améliorer la qualité de votre peau !! Mais le mieux, c’est de s’accepter et de s’assumer comme on est :):)

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

%d blogueurs aiment ce contenu :