Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

De bure et de velours

 Le temps de nous en rassasier, le soleil constant de novembre a fait place à la pluie, à la grisaille, IMG_2299annonçant la neige prochaine.  Profitant de l’euphorie de Noël, on écrit ce que nous a inspiré le troublant premier roman de Marc Séguin, La foi du braconnier.

Si d’aucuns prétendent que ce roman est autobiographique, on s’en réjouit.  Le périple du narrateur s’avérant initiatique, il ne peut que faire grandir cet homme qui, sous des airs fanfarons et provocateurs, se montre rempli d’amour haineux envers les hommes, les femmes, les bêtes.  Qu’importe que le narrateur, comme l’auteur, se prénomme Marc et que la femme, à qui le roman est dédié, se prénomme Emma.  Ne dit-il pas d’elle qu’il l’aimait « comme une prière qui se serait réalisée ».  Emma sera le miracle de sa vie, elle saura stopper momentanément ses fuites, lui qui se considère « une conséquence de l’Amérique moderne ».

Marc S. Morris, au lendemain d’un suicide raté, narre ce que fut sa vie durant ses dix dernières années.  Il est braconnier et dès le premier chapitre, il embarque le lecteur dans une histoire de chasse qui s’est passée en 1991.  Il a tué un ours au Manitoba, l’a dépecé, a prélevé la vésicule biliaire pour la vendre quatre mille cinq cents dollars à des Asiatiques.  Depuis un an, il est étudiant en cuisine à l’Institut de l’hôtellerie de Montréal, qu’il délaissera pour entrer au Grand Séminaire.  Il y fera la connaissance de l’évêque Pietro Vecellio avec qui il entretiendra « une amitié amoureuse.  […] Un homme peut aimer un autre homme. » Le narrateur étant inapte aux sentiments modérés, il affectionnera ses semblables avec une intensité démesurée.  Toujours, il déteste, toujours, il adore.  Comme lui-même, son double est entier et ne tolère aucune médiocrité.  L’un est vêtu de bure, l’autre de velours.  Se remettant sans cesse en question, il traverse les États-Unis en pick-up, revenant à son point de départ, le Québec.  Sa foi immense en la vie le déstabilise d’une telle manière qu’il ne sait, ni ne peut, se satisfaire de joies simples, quotidiennes.  Parfois, il amorce des situations qu’il pense être des ancrages, comme la naissance de sa fille, l’ouverture d’un restaurant, mais, tel un marin happé par l’océan, il parie sur l’espoir : trouver plus exaltant que ce que les autoroutes lui offrent d’oubli temporaire.  Il exècre l’idée du bonheur, mais, tout à son combat intérieur, il ne se rend pas compte que sa quête s’appuie sur des doutes, non sur des certitudes.  Ne dit-il pas qu’il veut conquérir, dominer, sans jamais y parvenir. Sa foi est une soif intarissable, la source où il s’abreuve en est la beauté d’Emma, elle qu’il compare à la Marie-Madeleine de la Pietà du Titien.  « …  Je cherche toujours.  Je trouve peu, car je cherche trop. » Les années s’écouleront en tuant des animaux, en abominant les hommes, en adorant Emma et leur fille.  Leurre orgueilleux qu’il ne veut dénier.

Rien de répréhensible dans la conduite tourmentée de Marc S. Morris.  Il a comme point d’appui un « gigantesque » FUCK YOU qu’il a « tranquillement tracé » sur un atlas de l’Amérique quand il était adolescent, amoureux d’une certaine Denise, « une fille très bien » de dix-huit ans.  Chaque lettre lui servira de balise pour franchir les frontières de l’Amérique du Nord, continent qui l’a douloureusement déçu.  L’époque où il lira tous les livres, concluant plus tard qu’à « part quelques-uns, les livres sont des mirages ». Désespoir emprunté au poète Stéphane Mallarmé…  Il lui faudra beaucoup de temps, non pour s’assurer un semblant de paix, il en est incapable, mais pour se mesurer au désir d’Emma qui veut un deuxième enfant.  Continuité de son univers personnel, mais aussi celui de l’humanité.  « Enfin, je me sens utile.  J’existe parce que mon devoir de race est accompli.  Et c’est l’idée la plus érotisante qui soit. » Pourtant, il repart vers le Grand Nord, envisageant de tuer des caribous.  Quand il reviendra auprès d’Emma, il n’aura plus que la lettre U à consommer.  Ce qu’il fera un autre automne, « étendu sur les feuilles mortes ».  Il attend le gibier en rêvant à Emma, en écoutant sa voix intérieure, en cherchant sa respiration.  L’idée de l’attente de la mort lui traverse l’esprit, calme sa conscience.

Puissant roman enrobé d’amour plus que de haine.  Il suffit de comprendre que chaque homme ressemble à un arbre qui, lentement, enveloppe ses branches de feuilles dissemblables quand la saison change.  L’être torturé qu’est Marc S. Morris  ne peut posséder un tronc lisse, dépourvu d’aspérités.  Les pages qu’il écrit témoignent d’une Amérique dénuée de son rêve.  N’est-il pas un fils des premiers habitants de ce continent ?  Sa mère, Amérindienne, son père, Blanc, ne représentent-ils pas le fardeau empoisonné d’une civilisation devant se contenter d’un piètre modernisme ?  Demeure l’impression que les sentiments extrêmes s’épuisent d’eux-mêmes et non d’un parcours insensé sur des autoroutes.

foi-du-braconnier-09Roman coup-de-poing, dérangeant, certes un brin machiste, combien intelligent.  Le talent de Marc Séguin ne fait aucun doute quand certains de ses chapitres se terminent, tel un haïku.  Quand on lit la lettre de l’évêque Pietro Vecellio qu’il adresse au narrateur avant de mourir.  Quand ce dernier glisse entre des pages haletantes, avec une tendresse sensuelle, des recettes de gibier.  Nul humain n’étant parfait, ce qu’Emma a très tôt réalisé, on ne peut que défendre ce profond roman contre des croyances vacillantes, des âmes timorées contraintes à des sentiments édulcorés !

On rappelle que cet ouvrage est parmi les cinq finalistes du Prix des collégiens 2010.

Marc Séguin, La foi du braconnier, Leméac  Éditeur, Montréal, 2009, 152 pages

Notes bibliographiques

chat qui louche maykan alain gagnonInstallée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu.

Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire : (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

One Response to Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

  1. Anonyme dit :

    Bonjour Dominique,
    C’est un plaisir de lire ton blogue. Je travaille sur un essai : «la violence meurtrière des mâles». Belle et bonne année.

    André F.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :