Billet de L’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

La traversée

Mémoire de sable et d’eau saléeDSCN3737

d’écailles, de nageoires et de peau

de battures, de rivages et d’orageuses traversées

quand aujourd’hui il nous faut naître

à mille lieues de l’océan

Et parfois n’être qu’à grand cri

comme si c’était le tout dernier

Elle a crié au plus fort de la tempête.  Plus d’une fois en suppliant la mer.  Plus d’une fois crié à tue-tête tout simplement pour s’entendre crier.  Tout simplement pour se sentir vivante.  Même impuissante, même fragile, perdue dans cette immensité.  Forcée de s’encorder à sa barque, d’attendre que cesse la tourmente.

Souvenirs de périlleux voyages

cartes marines, images anciennes

sirènes ou bien serpents de mer

nés du délire de quelques marins ivres

Souvenirs de périlleux voyages

pourtant instruits des astres, des vents et des courants

De ce corps à corps avec la mer, elle prend tout.  Tout ce qui s’offre à elle.  La fureur, la beauté.  Les voiliers d’oiseaux de passage, le reflet de la lune sur les eaux, les ébats des baleines nageant dans son sillage.  Et encore et toujours, tout autour, l’infini de la mer.  Le soleil, la pluie, la morsure du froid sur la peau et le goût du sel sur les lèvres.  Et le silence… Et le silence, pas tout à fait.  Car ici la solitude aiguise les sens.  D’abord il y a le clapotis des vagues et puis, là-bas, à peine audible, le bruit étouffé d’un moteur.

Une odyssée sans le chant des sirènes.  Dans sa barque, point de mat pour s’y attacher.  Mais chaque instant confronté au réel, un geste mille fois, mille fois répété.  Ramer.  Sentir le sang circuler dans ses veines.  Ne jamais perdre sa chaleur.  Ramer, ramer encore.  Vaincre le doute et puis la peur.  Peur d’être avalée par la mer.  Et peur de voir d’un coup se rompre le fil ténu et invisible qui la relie à la terre ferme.  Qui la rattache en temps réel à la course effrénée des humains.

Aujourd’hui, de la Côte on a vu sa barque émerger du brouillard.

« Elle a réussi.  Elle a traversé l’Atlantique ! », s’exclame une vieille dame à l’autre bout du monde.  129 jours, la jeune femme a mis 129 jours à traverser l’océan.  La vieille, autant de jours à suivre son périple.  Sur l’écran plat de son ordinateur, pas un seul matin sans prendre de ses nouvelles, sans s’inquiéter pour elle.  Comme elle l’aurait fait pour sa fille.  Même que, au plus fort des tempêtes, elle a prié.  Prié pour la voir arriver à bon port.  Mais cela, elle ne l’avouera à personne.  Elle préfère déjà l’oublier.  Et ce soir devant les images sur l’écran, elle laisse enfin couler ses larmes.  Des larmes de joie, de soulagement.  Et dans sa chambre juste assez grande pour tous ses rêves d’océan, un goût de sel sur les lèvres, elle va enfin pouvoir dormir.

Mémoire de sable et d’eau salée

d’écailles de nageoires et de peau

de battures, de rivages et d’orageuses traversées

quand aujourd’hui il nous faut naître

à mille lieues de l’océan…

(Texte inspiré de l’odyssée de Mylène Paquette, première Québécoise à avoir réussi en solitaire la traversée de l’océan Atlantique à la rame.)

DSCN3789

Notice biographique

Claude-Andrée L’Espérance a étudié les arts plastiques à l’Université du Québec à Chicoutimi. Fascinée àla fois par les mots et par la matière, elle a exploré divers modes d’expression, sculpture, installation et performance, jusqu’à ce que l’écriture s’affirme comme l’essence même de sa démarche. En 2008 elle a publié à compte d’auteur Carnet d’hiver, un récit repris par Les Éditions Le Chat qui louche et tout récemment Les tiens, un roman, chez Mémoire d’encrier. À travers ses écrits, elle avoue une préférence pour les milieux marins, les lieux sauvages et isolés, et les gens qui, àdscn025611 force d’y vivre, ont fini par en prendre la couleur. Installée aux abords du fjord du Saguenay, en marge d’un petit village forestier et touristique, elle partage son temps entre sa passion pour l’écriture et le métier de cueilleuse qui l’entraîne chaque été à travers champs et forêts.  Elle est l’auteure des photographies qui illustrent ses textes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

 

Advertisements

Une réponse à Billet de L’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

  1. Luc Lavoie dit :

    Quelle limpidité et quelle présence vous réussissez à insuffler à votre texte. Au fil de cette expérience unique. Ce combat titanesque à mains nues contre les forces brutes de la nature. Cette lutte à bras-le-corps pour la vie. Cet appel au dépassement. Cette obstination à vouloir exister. Cette symbiose avec les éléments. Je l’ai bien senti. Vous l’avez étonnamment bien raconté.

    Je suis sous le charme.

    Bravo Mme L’Espérance !

    -L.-

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :