Balbutiements chroniques, par Sophie Torris…

Peau d’âme

Cher Chat,

« Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre.  C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts ou des doigts au bout de mes mots. »* Si j’en crois ce que dit Barthes, j’écris donc avant tout pour vous toucher.  Or, le toucher est le seul des sens qui soit réflexif.  Je peux voir sans être vue, vous entendre sans que vous ne m’entendiez, mais je ne peux toucher sans être touchée.

De nombreuses questions m’effleurent l’esprit à ce sujet.  Permettez donc, Chat, que nous tâtions le terrain ensemble.

Mon langage est donc une peau.  Une peau que j’expose.  On peut en effet supposer que toute peau d’écrivain tend à être parcourue, explorée, encerclée, embrassée, retenue.  Encore faut-il que cette peau vous touche.  Mais qu’est-ce qu’une écriture qui touche ?  Sont-ce celles qui se mettent à nu ?  N’avoir que la peau sur les mots ?  Ne peut-on alors me prendre au pied de ma lettre que dans mon plus simple appareil ?

Je ne suis pas une sainte nitouche, mais la pudeur, chez moi, est une deuxième peau.  Certes, je pourrais me glisser dans la peau d’un personnage, mais à travers lui vous mettriez quand même le doigt sur mes tumultes, non ?  Sur ma peau d’âme ?  De toutes les façons, je n’ai pas de personnage sous la main.  Et puis, je suis bien dans ma peau de chroniqueuse.  Vous me l’avez choisie juste à ma taille.  Il y a deux ans.

Il y a deux ans justement.  Je devrais commencer à toucher ma bille et vous, en me lisant, à ne plus toucher terre.  Mais, après un certain âge, ne finit-on pas plutôt par avoir trop de peau ?  À force de jouer sa peau, le mot prend de l’assurance, de l’embonpoint, de la maturité.  La peau ne balbutie plus.  Des pattes-d’oie effrontées se profilent déjà derrière mes pattes de mouche jadis timides.  Et si je perdais mon capital lexical en capitons redondants ?

Vous pouvez, cher Chat, me rassurer en me disant que le lecteur ne touche véritablement qu’avec les yeux…  Il n’en reste pas moins que l’écriture est un rêve que beaucoup caressent.  Alors, pour qu’au moins elle vous soit douce, j’hydrate, j’émulsifie, j’exfolie, je lubrifie ma syntaxe.  Mais le relâchement cutané est inexorable, non ?

Je touche le fond quand je pense qu’un jour, on mettra peut-être de l’écran total sur mes pages pour qu’elles restent blanches.  Quelle angoisse !  Je ne veux pas déjà passer la main.  Alors, comment défendre ma peau d’un désert tactile ?  Me rebeller contre ma nature et devenir une peau de vache ?  M’imposer un régime amincissant et rétrécir mes ambitions comme peau de chagrin ?  M’offrir une augmentation grammaire qui me couterait la peau des fesses ?  Ce serait chair payée !  Exhiber le Kâma-Sûtra de ma langue s’essayant à toutes les ponctuations sans penser que certaines liaisons pourraient être dangereuses ?

Sous le bistouri de mes questions pointues, je cherche le moyen de faire peau neuve, mais les mots m’échappent.

Ne les ramassez pas, le Chat.  Après tout, je préfère toucher du bois et penser que ce sont les imperfections de ma peau-mémoire qui donnent le frisson.

Il me reste à trouver le mot de la fin qui vous laisserait sur votre faim.  Je l’ai au bout de la langue et ma langue est au bout de mes mots.  Je touche presque au but.  N’est-ce pas quand ma peau est à fleur de mots que votre bon sens capitule ?  Dites-moi que je vous ai touché et inévitablement, vous me toucherez en retour.

Sophie, peau de chroniqueuse.

*Extrait de Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes.

Notice biographique

Sophie Torris est d’origine française, Québécoise d’adoption depuis dix-sept  ans. Elle vit à Chicoutimi, y enseigne le théâtre dans les écoles et l’enseignement des arts à l’université. Elle écrit essentiellement du théâtre scolaire et mène actuellement des recherches doctorales sur l’impact de la voix de l’enfant acteur dans des productions visant à conscientiser l’adulte. Elle partage également une correspondance épistolaire avec l’écrivain Jean-François Caron sur le blogue In absentia. (http://lescorrespondants.wordpress.com)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

2 réponses à Balbutiements chroniques, par Sophie Torris…

  1. Hélène Brunengo dit :

    Magnifique chronique Sophie, mais si effectivement tout tombe avec l’âge la peau est comme ta chronique en perpétuel renouvellement cellulaire!!!
    Gros bisous de tes fans toulousains

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :