Billet de Québec, par Jean-Marc Ouellet…

L’escale

Et le Maître dit :

« On la nommait Terre.  Une Terre belle, florissante de vie, d’amour de la vie.  Partout, forêts, océans, le ciel même, grouillaient d’êtres singuliers, uniques en leur genre.  Poissons, arbres, fleurs, insectes, oiseaux, mammifères, tous, se partageaient les ressources, vivaient en harmonie, selon les lois de Physès, notre dieu.  Ce temps dura des millions de spectres.  Les époques se succédèrent.  Celle de l’homminos vint.  Au commencement, il chérissait les forêts, les océans, le ciel.  Il communiait aux ressources, contribuait à l’équilibre.  Comme nous, vénéra-t-il Physès ?  À ce sujet, les Grands Textes sont énigmatiques.  Certains homminos furent inspirés par la grandeur de la nature, déifièrent le vent, le tonnerre, la mer.  L’amour eut son dieu.  De manière absurde, la colère et la guerre aussi.  Hélas !  D’autres homminos n’adorèrent qu’un dieu, qu’ils nommèrent Yahvé, Allah, Bouddha, Krishna, et bien d’autres.  Plusieurs appellations, un même Dieu.  De bonté, de sérénité, de richesse, d’amour.  À l’instar de Physès.

« Pourvu par ce dernier d’avantages manifestes, l’homminos était voué à un avenir fécond.  Mais quelque chose se produisit.  Belliqueux, narcissique et ingrat, l’homminos devint.  Il méprisa ce qui l’entourait, son prochain compris.  Il dilapida les richesses de Physès, tua poissons, insectes, oiseaux, mammifères.  Pour leurs cornes, les colosses rhinocéros furent massacrés.* Les guerres emportèrent les majestueux lions.  ** L’industrie sauvage cracha des gaz toxiques dans l’atmosphère, qui se réchauffa, et se réchauffa encore, tuant les plantes, les arbres, condamnant les mammifères, tel l’adorable Koala.*** Des forêts entières, poumons de leur monde, furent arrachées à la terre.  Les mers recueillirent les déchets de la négligente créature.  Au nom de Dieu, l’homminos décima les semblables qui vénéraient un autre nom de Dieu.  Puis, niant Physès en lui, il le supprima de son existence, avant de s’autodétruire, rien ne le raccordant plus au Mystère.

« Physès les observait.  Affligé du sort de la créature, dans sa bienveillance, il envoya des signes.  Tremblements de terre, tempêtes de vents et d’eau, déversements toxiques s’enchaînèrent.  Des prophètes se levèrent, mirent en garde, prédirent le Malheur prochain.  L’homminos aurait dû comprendre, mais obtu et aveugle, accablé par le culte du que pour moi, il fit mine de ne rien voir, de ne rien entendre.

« Quand par sa faute, le Grand Bouleversement vint, l’homminos n’y put rien.  Anéanti, il légua artéfacts et désolation.  Une planète morte.

« Bientôt, la porte s’ouvrira, la Terre se dévoilera à vous.  Vous foulerez la poussière de l’ignominie.  Observez les ruines dans le désert.  Tâtez l’aridité du sable et de l’air.  Humez la pestilence du mépris de la vie.  Quand la nausée vous prendra, contemplez les étoiles du ciel, cherchez la plus brillante, Alpha Ursae Minoris, votre soleil.  À ses côtés, imaginez Ouganos, notre planète bien-aimée.  Songez à sa beauté, à sa douceur d’y vivre, à votre fortune d’être ses enfants.  Jadis, la Terre lui ressemblait.  Penchez-vous ensuite, attrapez une pierre dans la poussière, conservez-la.  À notre retour sur Ouganos, quand le doute vous accablera, récupérez cette relique, fruit de la stupidité.  L’absurde vous révèlera la Voie.

« Enfin, l’heure est venue.  La porte s’ouvre.  Ne craignez rien.  Sans contraintes, explorez la désolation.  Le néant en ce lieu ne peut rien contre vous. »

*http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201310/22/01-4702570-afrique-du-sud-les-derniers-rhinoceros-en-peril.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4703673_article_POS1

**http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201310/25/01-4703673-ouganda-les-lions-sont-menaces-de-disparition.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_environnement_263_accueil_POS2

***http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201310/03/01-4696038-rechauffement-le-koala-australien-pourrait-disparaitre.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4703673_article_POS5

© Jean-Marc Ouellet 2013

Notice biographique

Jean-Marc Ouellet grandit dans le Bas-du-Fleuve. Médecin-anesthésiologiste depuis 25 ans, il pratique à Québec. Féru de sciences et de littérature, de janvier 2011 à décembre 2012, il a tenu une chronique bimensuelle dans le magazine littéraire électronique Le Chat Qui Louche. En avril 2011, il publie son premier roman,  L’homme des jours oubliés, aux Éditions de la Grenouillère, puis un article, Les guerriers, dans le numéro 134 de la revue MoebiusChroniques d’un seigneur silencieux, son second roman, paraît en décembre 2012 aux Éditions du Chat Qui Louche.  En août 2013, il reprend sa chronique bimensuelle au magazine Le Chat Qui Louche.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

2 Responses to Billet de Québec, par Jean-Marc Ouellet…

  1. Anonyme dit :

    J’ai aimé lire ce texte sombre. Je me suis demandé si c’était un extrait d’un futur roman ou d’une longue nouvelle. Enfin, c’est une belle mais douloureuse réflexion. Frédéric Gagnon

    J’aime

  2. Jean-Marc Ouellet dit :

    Eh bien non, Frédéric. Il s’agit bien d’un texte original, un texte inspiré par toutes ces nouvelles d’extinctions et de catastrophes.Je suis de nature optimiste. Mais quand j’observe tout ce qui arrive dans le monde, je suis inquiet. Il y a des temps pour s’amuser, de profiter de l’existence, de ses petits bonheurs. Il arrive aussi des moments où le réalisme prend le dessus.Dans ces moments, j’ai le goût de dénoncer l’absurde, au nom justement de la sauvegarde de cette existence, de la vie, de notre monde. Mon texte est sombre, c’est certain. Les bons mots ne suffisent pas toujours. Parfois, il faut crier le pire, pour sauver le mieux.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :