Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

Nouvelles éclatées ***

La rassurant sur les sentiments de son mari à son égard, elle nous répond en riant qu’on lit trop de romans Arlequin !  Songeuse, on se dit qu’il ne faut pas dénigrer ce genre de livres, s’ils convertissent une seule personne à des lectures plus sérieuses.  On a terminé de lire le premier recueil de nouvelles d’Emmanuelle Cornu, Jésus, Cassandre et les Demoiselles.

Quarante nouvelles brèves, divisées en dix parties, chacune faisant intervenir un personnage féminin plutôt que masculin, entouré de Demoiselles.  Les nommer importe peu, les filles ou femmes se reliant entre elles leur inventent une existence à rebondissements…  On n’a pas toujours saisi les aboutissants de ces aventures intimes, mais le regard tendre ou narquois de la jeune auteure nous convainc de leur pertinence.  Au hasard, on cite quelques titres.  Cassandre et la culture des prunes, une petite fille timide se fait malmener par des compagnes plus hardies, Manon est là pour la défendre.  Eluda-Louisiana et les Demoiselles fabrique des breloques et, comme toute créatrice, en détruit quelques-unes.  Cale sèche, Joëlle ne sait plus très bien où elle en est.  Réfugiée dans une goélette, elle imagine tout perdre à la venue de l’hiver.  Crevette sur fond de toile décrit le parcours artistique de Lysandre qui, doutant de son talent, a refusé les codes établis.  Jésus, dans la salle de bain.  Un enfant « embrouillé dans ses chimères » se débat contre le « citoyen » que peut-être il deviendra.  Tu vas revenir dans quelques minutes, en camping, une jeune femme s’interroge sur le retour probable de son amante.  J’ai un bureau qui brille ou le regard ironique d’une narratrice sur sa condition sociale.
D’autres fables plus hermétiques, non moins symboliques, valorisent bellement l’ensemble du recueil.  Des femmes névrosées, témoins de leur propre drame, se glissent hors d’un temps réel qui ne semble plus leur appartenir, créant un effet funambulesque à mesure que les pages se tournent.  Un univers enfantin fait place à un monde plus radical, celui d’adultes qui se cherchent au centre des méandres de leurs avatars.  Un détail — un désir — déclenche une effervescence créative que ressent le lecteur.  Emmanuelle Cornu ne manque pas d’humour acide quand elle se penche sur les aléas de la société actuelle.  La nouvelle SUPER bouchée, grinçante à souhait, démontre la stupidité de Consuelo face aux objets qu’elle possède, qu’ils soient conséquents ou pas.  Au volant de sa « SUPER bagnole », elle ne se rend pas compte du danger qui la guette, trop occupée à donner de l’importance aux superlatifs qu’elle utilise, l’empêchant de penser.  Une étrange certitude se dégage de ces textes : une destruction mentale et physique quand plus rien ne va.  Faut-il se laisser emporter par un vent violent avant de se poser sur un sol lisse et stable ? Un grand vent souffle sur ces textes originaux, que rythment des phrases concises, un apport parfois excessif de répétitions lancinantes.

Notons un riche imaginaire nourri, on le devine, d’expériences heureuses ou malheureuses survenues à l’auteure.  Observant ses congénères, elle a capté dans un regard désemparé, dans un geste hésitant, une parole tremblante, d’inévitables déceptions.  Si on privilégie le caractère conforme, aéré des nouvelles classiques, on ne peut douter du talent d’Emmanuelle Cornu.  Animée d’une révolte intérieure inhérente à ceux et celles qui ont quelque chose à dénoncer, l’auteure se cabre, frémit, tel un animal indiscipliné refuse les affres de l’assujettissement.  On attendra patiemment une deuxième parution de cette écrivaine à la plume acérée, ces récits s’avérant une étonnante promesse…

Jésus, Cassandre et les Demoiselles, Emmanuelle Cornu,
Éditions Druide, Montréal, 2012, 208 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire : (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :