Billet de L’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

J’avais des ailes

J’avais des ailes.  De toutes petites ailes.  À peine naissantes sur mes omoplates.  Deux petites ailes bien symétriques que je n’arrivais à apercevoir qu’à force de tourner la tête et d’allonger le cou.  À vrai dire c’était plutôt inconfortable.  Même que ça me démangeait parfois.  Même que ça m’inquiétait parfois.  Elles étaient pourtant minuscules.  Comme les nichons d’une petite fille pubère : pas encore assez ronds pour être emprisonnés dans un soutien-gorge et pourtant bien saillants sous la camisole.  Deux ailes toutes menues que j’avais toutefois bien du mal à dissimuler sous mon uniforme de collégienne.

J’avais beau essayer de ne pas y prêter attention.  Sous ma chemise elles s’agitaient.  S’impatientaient.  Se hérissaient parfois.  Mais allez donc discipliner des ailes !  Surtout lorsque, comme moi, elles étouffaient sous l’uniforme de collégienne.  Pourtant il fallait bien tenir le coup jusqu’à la fin de l’année scolaire.  Mais quand aux premiers beaux jours de juin dans un sursaut d’impatience elles me faisaient savoir que c’était trop leur demander, j’usais alors de subterfuges pour me retrouver seule avec elles.  Une quinte de toux soudaine.  Un urgent besoin d’aller au petit coin.  Et sitôt refermée la porte de la classe, il me suffisait de me tourner vers elles et de leur chuchoter quelques mots rassurants.

Et je comptais les jours.

« Encore une semaine avant les grandes vacances…  Trois jours… Deux jours…  Courage, on y est presque ! »

Au solstice d’été, de retour dans mon petit village en bordure de la mer, mes ailes et moi étions enfin prêtes.  Du moins je le croyais.  Et là, chaque matin sur la plage, à l’heure où le jour vient au monde, pieds nus dans le sable, les plumes hérissées sous mon chemisier, les bras grand ouverts à en vouloir embrasser l’horizon, je courrais, courrais, courrais dans l’espoir de voir enfin se déployer mes ailes.  Je courrais, courrais, courrais pour m’arrêter à bout de course, pour m’arrêter à bout de souffle, déçue…

Et moi, seule parmi les oiseaux, le regard tourné vers la mer, je me surprenais à rêver du jour où je volerais enfin jusqu’à ce phare au bout de l’île, par-delà les reflets aveuglants du soleil sur les eaux.

Et je comptais les jours.

« Combien de jours encore avant la première envolée ?  Deux jours ?  Trois jours ?  Une semaine ?  Un mois peut-être ?  Et si un seul été ne suffisait pas à mes ailes pour atteindre leur pleine envergure ? »

Tant de questions que je gardais pour moi.

DSCN3793Et les jours passaient.  Et les nuits passaient.  Et vint un temps où les nuits empiétèrent sur les jours.  Un peu, beaucoup, énormément.  Tant et si bien qu’on finit par douter de voir à nouveau le jour venir au monde.

Et moi, seule parmi les oiseaux…  Mais bientôt dans la nuit il n’y eut plus d’oiseaux.

J’avais des ailes.  Je ne les ai plus.  Un beau matin j’eus beau palper mes omoplates où la veille encore elles s’agitaient fébriles.  Ce matin-là, il ne restait plus rien.  Ni plaie béante ni cicatrice.  Sur mes omoplates, plus rien.

Notice biographique

Claude-Andrée L’Espérance a étudié les arts plastiques à l’Université du Québec à Chicoutimi. Fascinée à la fois par les mots et par la matière, elle a exploré divers modes d’expression, sculpture, installation et performance, jusqu’à ce que l’écriture s’affirme comme l’essence même de sa démarche. En 2008 elle a publié à compte d’auteur Carnet d’hiver, un récit repris par Les Éditions Le Chat qui louche et tout récemment Les tiens, un roman, chez Mémoire d’encrier. À travers ses écrits, elle avoue une préférence pour les milieux marins, les lieux sauvages et isolés, et les gens qui, à force d’y vivre, ont fini par en prendre la couleur. Installée aux abords du fjord du Saguenay, en marge d’un petit village forestier et touristique, elle partage son temps entre sa passion pour l’écriture et le métier de cueilleuse qui l’entraîne chaque été à travers champs et forêts.  Elle est l’auteure des photographies qui illustrent ses textes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

4 réponses à Billet de L’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

  1. Stéphane dit :

    Une bien jolie prose ! Se sont-elles cachées à l’intérieur, là, dans le cœur, où le monde semble bien plus vaste ; là, où le jour et la nuit s’ouvrent comme une même fleur. Merci pour ce texte.

    Je permets de vous répondre avec ce poème :

    Oisillons bleus

    Avec mes ailes d’homme,
    Mes ailes de farine,
    Je vois passer l’aurore
    De mes oisillons bleus,
    Et, loin sur la colline,
    Un joli feu de paons,
    De couleurs et de plumes.

    Avec mon fol épi,
    Mon petit grain d’avoine,
    Je vrille à l’infini
    Sous le mât du sommeil !

    Tout, ici, n’est que songe
    Où mon âme se plonge
    Dans son linceul safran.

    Les pollens de l’esprit
    Jaillissent, jets de fleurs
    Dans les arbres-fontaines.

    Tout, ici, naît du songe,
    De l’herbe papillon
    Aux lunes de santal,
    Du nid d’héliotropes
    Aux pommes arc-en-ciel.

    Tous ces oisillons bleus
    Se posent sur ma hanche,
    Sur mon corps de musique
    Mâtiné de lumière.

    © Stéphane, le 30 mars 2012

    J’aime

  2. Sophie Torris dit :

    Merci Claude-Andrée…Il tombe à pic ce texte. J’ai voulu jouer les outardes cette fin de semaine et me suis cassée le nez. Ha ha! Mais je rêve encore de m’envoler, vous savez. J’aime trop le vent!

    J’aime

  3. Danielle Dion dit :

    C’est tellement toi dans mes souvenirs, quand nous étions adolescentes au collège. Nous avons beaucoup rêvé notre vie ensemble et je crois que tu fais ce que tu as toujours souhaité. Bravo !
    Danielle Dion

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :