Chronique d’humeur, par Jean-Pierre Vidal…

Théâtre et démocratie

Venue du fond des âges et probablement liée à la condition humaine, c’est sans doute la gêne, et Masque_grecmême la peur, qui encore de nos jours confère quelque chose de sacré au fait de prendre la parole en public, seul devant quelques-uns, mais qui valent d’emblée pour tous.

Le droit de parole accordé à tous les citoyens dans l’assemblée athénienne investit celui qui s’avance d’une autorité qu’il n’a pas nécessairement dans sa vie quotidienne.  L’autorité, c’est la scène ou la tribune qui la créent.  Et pour remonter encore plus loin dans l’histoire de la Grèce, lorsque dans l’Iliade les rois grecs tiennent une assemblée, celui qui veut prendre la parole au milieu de ses pairs doit se saisir d’un bâton ou d’un sceptre qui représente sa souveraineté provisoire, ou plutôt celle de sa parole.

La parole dévoyée

 

L’invention grecque du théâtre consiste d’abord à faire parler un homme masqué qui chante et danse seul en scène un poème qui est une célébration : la célébration de faits anciens ou mythiques, la célébration des héros ou des dieux fondateurs de la ville et la pérennité de celle-ci.  La célébration aussi des forces de la vie dans le culte de ce Dionysos qui représente le sexe, la transe, la vie jusque dans sa violence destructrice.  En lui sacrifiant un bouc (tragos), on profère un chant (odé), et c’est l’origine du mot tragédia, tragédie, qui se dit d’abord « tragou odé », le chant du bouc ou le chant à propos et à partir du bouc.

J’ai parfois l’impression que de nos jours, c’est plutôt, en fait de bouc, pour défendre son bifteck, comme disent les Français, que chacun pousse la chansonnette, entonne son ode, nécessairement à sa propre gloire, et ainsi se hausse du col.

Pire encore, quand bien même l’on voudrait rester muet, c’est le bâton de la parole qui, dans notre curieuse assemblée, où tous sont monarques, nous est poussé sous le nez, sous forme de micro ou, plus récemment, de ces mots clips où il s’agit, pendant une émission quelconque, d’accrocher vite son opinion pour, prétend-on, interagir, les plus hypocrites de ces producteurs d’effervescence langagière évoquant même une modification, séance tenante, de l’émission en cours infléchie dans un sens ou dans l’autre par ce fameux grand public qui se sent ainsi non seulement important, mais désiré, aimé.  Certes, on conçoit que son nombre représente le steak des émissions de radio ou de télé puisque c’est lui qu’on vend aux publicitaires qui entretiennent la chose.

Mais investi sur la place publique médiatique d’une importance que ni la teneur de sa parole ni sa forme ne justifient, le gogo magnifié transporte en tout temps, hors de l’agora et hors de l’enceinte sacrée du théâtre, un verbe boursoufflé qu’il applique à n’importe quoi.  Il n’est plus qu’une parole ambulante et permanente qui ne prend même plus le temps de s’amarrer à une réflexion quelconque.  Naguère, c’est la pertinence, le talent ou l’autorité qui justifiaient la prise de parole, maintenant c’est un droit et il ne s’embarrasse pas de savoir s’il y a quelque chose à dire.

Ainsi le citoyen consommateur, le client-roi qu’on bichonne et qu’on flatte, du moins tant que son crédit tient, se transforme-t-il en écume de blabla qui flotte au ras des choses.  Et le discours de libération de la pub et des médias masque leur pratique commune d’asservissement : désormais nous formons tous une clientèle justement dite « captive ».

Et la démocratie devient une volière tandis que dans l’ombre, des intérêts s’agitent qui n’ont pas besoin de mots : money talks, comme disent les Américains, et, comme on sait, leur parole est d’or.  Elle inspire aussi la politique, pour le meilleur et pour le pire.

Pendant ce temps-là, en fait de tragédie, nos parlements sont des farces.

Se refaire verbe

Il est heureusement impossible d’imaginer un théâtre maison qui porterait au théâtre les coups mortels que le cinéma-maison et Hollywood ont portés au cinéma, devenu une industrie de divertissement maison et adolescente : on évoquera Godard, rappelant dans Le Mépris, que d’après l’un de ses inventeurs, Louis Lumière, « le cinéma est une invention sans avenir ».  C’est en tout cas devenu, à moins de revirement imprévisible, un art sans avenir, puisque l’invention, elle, perdure et devient manie commune.  Et que cet art ne montre plus guère d’invention.

Cinéma, télé et web ont presque complètement tué le théâtre, leçon de présence et de verbe assumés, incarnés, justifiés.  Le théâtre, lieu de l’Autre par excellence, avec ces enceintes sacrées qu’étaient autrefois les lieux de culte.  Ces lieux-là aussi ont disparu ou servent des fins politiques comme certaines mosquées ou certaines églises évangélistes américaines, entre autres.  Pire, les dieux sont devenus portables, comme les téléphones : chacun en transporte un qui n’est qu’à lui, dans sa petite poche.  Comme Queequeg dans Moby Dick, ce petit dieu individuel, il le taille et le modifie sans cesse au gré de ses humeurs et de ses envies.

Quand le dieu n’est que personnel, coïncide avec l’identité et ne se célèbre que par des signes extérieurs et des ruminations codées, c’est le sacré tout entier qui devient colifichet.  Le verbe n’est plus chair, il s’est fait berceuse ou suce, pacifier dit l’anglais.

Le gag, si l’on peut dire, c’est que ces « apaisements » allument plutôt les feux de la guerre.

Quand retrouverons-nous la vraie parole, celle qui a du poids ?

Peut-être quand le babil universel se sera raréfié et qu’un relatif silence envahira enfin nos ondes et nos esprits.

Comme un vague souvenir du caractère sacré du verbe.

Notice biographique

Écrivain, sémioticien et chercheur, Jean-Pierre Vidal est professeur émérite de l’Université du Québec à Chicoutimi où il a enseigné depuis sa fondation en 1969.  Outre des centaines d’articles dans des revues universitaires québécoises et françaises, il a publié deux livres sur Alain Robbe-Grillet, trois recueils de nouvelles (Histoires cruelles et lamentables – 1991, Petites morts et autres contrariétés – 2011, et Le chat qui avait mordu Sigmund Freud – 2013), un essai en 2004 : Le labyrinthe aboli – de quelques Minotaures contemporains ainsi qu’un recueil d’aphorismes,Apophtegmes et rancœurs, aux Éditions numériques du Chat qui louche en 2012.  Jean-Pierre Vidal collabore à diverses revues culturelles et artistiques (SpiraleTangenceXYZEsseEtc,Ciel VariableZone occupée).  En plus de cette Chronique d’humeur bimensuelle, il participe occasionnellement, sous le pseudonyme de Diogène l’ancien, au blogue de Mauvaise herbe.  Depuis 2005, il est conseiller scientifique au Fonds de Recherche du Québec–Société et Culture (F.R.Q.S.C.).

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

One Response to Chronique d’humeur, par Jean-Pierre Vidal…

  1. Stéphane dit :

    Une chronique fort intéressante. Masque de théâtre et verbe créateur, masque vaudou et expression du pouvoir magique, le masque transcende l’initié, alors qu’au loin de grosses têtes paradent sur le char de Disney et à bord de radeaux télévisuels — aux plateaux vierges de toute liberté — guidant le peuple des moutons vers les plaines du « grand décervelage ».

    Là-bas, sur l’autel du dieu « divertissement », ils seront sacrifiés ; déjà, l’on voit mousser leur matière grise dans la gueule braillarde d’une icône en stuc.
    Un travestissement de l’âme qui pousse l’homme dans l’abîme.

    Tragédie. Du chant du bouc au satyre Pan provoquant l’hystérie générale — la pan-ique au cœur des esprits inféconds —, une satire se joue sous les yeux médusés et le cerveau gélifié — et même pétrifié — d’une foule en proie au sortilège de Gorgones chaussées de méduses en peau de crocodile. Les médias forment une horde de bêtes sauvages suivant ses bas instincts mercantiles. Système de prédation qui tue l’art sacré.

    En eaux troubles nage le vieux serpent de mer médiatique. Ainsi, le peuple anesthésié n’entend plus sa petite voix intérieure couverte par des applaudissements névralgiques. Merci Jean-Pierre. Vos mots sonnent juste.

    Je me permets de faire écho à votre texte avec mon masque de clown.

    (27.03.12)
    Ton corps est ton logis !

    À l’image de ces prosélytes siamois qui viennent taper à votre porte avec une bible sous le bras, j’ai, moi-même, tenté de ramener les bouffeurs de fast-food sur le droit chemin. Hier, plein d’une énergie christique, j’ai passé le seuil d’un temple de la malbouffe, un « Mac Rapid », pour ne pas le citer. Puis, j’ai grimpé — avec l’agilité d’un présentateur de la chaîne CATHO — sur une table couverte de déchets alimentaires, pour lancer un appel mystique au peuple effaré qui me regardait en mastiquant ses frites et en aspirant, avec une paille dans le nez, son soda préféré. Tel un prédicateur américain, j’ai harangué la foule en lui répétant : « Ton corps est ton logis ! Laisse ces graisses et ces sucres, si tu ne veux pas avoir de soucis de santé ! » En humble serviteur du bien, je crois que mon sermon a été entendu par certains futurs fidèles qui sont sortis en se frottant le ventre, avant de pousser une éructation comme un témoignage d’acceptation des sens en dehors de toute rhétorique rhétoricienne. Ainsi, j’ai quitté ce « Mac Rapid » sous les hourras et les jets d’emballages en plastique avec le sentiment d’avoir chassé le mal de tous ces pauvres corps adipeux.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :