Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

Tout s’ordonne ****

Témoin d’un incident désagréable, on a pris conscience de notre détestation envers les hystériques,12650 les manipulateurs harcelants.  Ceux et celles qui refusent de se remettre en question.  De s’interroger humblement dans un miroir.  Est-il plus simple de pardonner aux autres que de se pardonner à soi-même ?  On a lu les essais de Roland Bourneuf, Points de vue

Ouvrir un ouvrage de cet écrivain invite le lecteur à entrer dans les « heures précieuses » d’un jardin au Moyen Âge.  Nous marchons à pas feutrés dans des allées verdoyantes, comme nous tournons délicatement les pages chaleureuses de ces essais.  Vingt-quatre textes où, en compagnie de l’auteur, nous pérégrinons — quel vocable symbolique ! — sans nous lasser.  Nous allons de l’avant vers l’arrière, et inversement, fécond périple.  En cours de route, tant dans les allées verdoyantes que dans le livre, nous redoutons une distraction.  Nous semons des cailloux blancs, l’âge tendre de Poucet nous innocente.  Le tronc rugueux d’un arbre, le paragraphe nuancé d’une chronique, auraient-ils échappé à notre regard sollicité par trop de merveilles écrites ?  Des lieux que fréquente Roland Bourneuf, situés entre passé et présent, oscillant entre rêve et réalité, découlent des résonances : retentissement de souvenirs d’enfance, de la craie sur un tableau noir ; effluves émanant d’êtres par l’âge altérés, du fleuve navigable, de l’encre violette stagnant dans l’encrier en porcelaine.  L’enfance, au même titre que différents lieux, somnole dans une tendresse indulgente.  Les voyages aux frontières ouvertes s’ajustent à la nécessité de déambuler dans l’imaginaire et dans l’existence.

Une multitude de réflexions s’associent aux cheminements que poursuit l’écrivain.  Il nous convainc de la véracité d’univers ancrés plus tard dans la mémoire, les objets qu’il a rapportés dans ses bagages privilégiant leur état d’appartenance.  Errances en hauts lieux, randonnées au Tibet, recours à l’abri, flottaisons durant une brève insomnie, les seuils habités, le regard contemplatif s’attardant sur quelques peintres ; flânerie dans les pas de poètes aujourd’hui devenus « …parole de l’homme, parole de ce qui les transcende […] ».  Le mouvement, signe incontestable que le corps agit, que l’esprit veille, envahit, bienveillant, la teneur méditative des récits.  Titillation des sens, ferveur de silences qu’impose une lente maturation, divulguant des situations parfois ironiques, plus souvent gravées de faits douloureux, d’histoires de guerres traversées, contredisant le retour improbable de jeunes gens qui n’y croyaient pas vraiment…  Puis, l’infamant passage du temps où la douceur d’un cloître accueille le voyageur égaré, épuisé de tant de découvertes au sein de randonnées innommées.  Wanderer, une approche mystérieuse vers son semblable et vers soi au centre d’un jardin, à l’intérieur d’un livre raffiné, tel un lever de soleil sur une palmeraie, celle de Marrakech convient à la beauté que nous voulons évoquer.
Roland Bourneuf, soucieux de ne jamais déborder des limites de ses points de vue, ou en franchissant les seuils, se révèle un grand humaniste quand, se détournant de sa ville natale, abordant des cités dressées dans la nuit des temps, il nous enveloppe de son regard ébloui, étonné du génie de l’homme.  Les pierres ruinées témoignent de civilisations déplacées, d’une transhumance humaine qui n’a su résister à de routinières catastrophes naturelles ou hargnes guerrières.  Une immense émotion se propage au long de marches infatigables, livre ou jardin.  Heure récréative qui nous permet de mieux cerner la beauté du monde et ses envers.

Abrégement d’un discours personnel, autre mouvement introverti, nous évitant de porter un jugement sur un livre où les liens se tissent entre l’infime et l’universel.  Sur un jardin embelli d’allées parfaitement rectilignes.  Métaphore recelant la vaste érudition jamais démentie de l’écrivain, sa curiosité insatiable.  Pérégrinations autour d’un monde à la portée de tout un chacun, à l’intérieur d’un univers fait et refait de la densité de nos vagabondages psychiques, de nos fugues spirituelles.  Le tour de notre prison ou de soi-même ressemblerait-il à la fleur de l’amandier qui, un matin, éclatait « […] comme si l’arbre avait libéré soudain la splendeur qui était en lui. » ? Splendeur d’une écriture de longue date maîtrisée, élégance d’un style délibérément poétique, plénitude d’une pensée essentielle, clairvoyante.  Livre et jardin se fondent l’un en l’autre, les thèmes chatoyants, diversifiés, se ramifient en une générosité infinie.  Allégorie confondue dans la démarche intellectuelle d’un écrivain où l’humain se pose, se définit au centre d’une exploration interrogative, libérant un faisceau harmonique et mythique, où tout s’imbrique, où tout s’ordonne.

Points de vue, Roland Bourneuf
Éditions L’instant même, Québec, 2012, 120 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmeset Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire :(http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :