Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

Le meurtrier et la jeune fille *** 1/2

 Dans Facebook, on s’étonne parfois de lire des commentaires de personnes calomniant l’argent, exaltant le sens des valeurs, comme celles de l’humanisme.  On pressent que ces mêmes personnes profitent quotidiennement du confort que leur permet ce produit d’échange, gagné à bon escient.  Il faudrait mesurer la contradiction de certains propos, réfléchir et se taire.  On parle du roman de Flemming Jensen, Le blues du braqueur de banque.

Comment se débarrasser du corps de votre meilleur ami que vous venez d’assassiner, se demande Max, d’autant que ce meilleur ami était le premier ministre danois ?  Max sait que le temps n’est pas aux questions, mais aux réponses.  Affolé, il s’enfuit dans sa Mercedes laquée noire puis, après une pause réflexive au bord d’un lac, où se tient à une grande distance un groupe de scouts, il revient dans la remise où a eu lieu le délit, sauf que le corps n’y est plus !
L’histoire se déroule à Frederiksdal, au nord de Copenhague.  Elle nous est racontée par un braqueur de banque qui a rencontré Max dans un « environnement particulier, plus calme que la moyenne […] », endroit qui nous sera révélé à la toute fin.  Max lui narre, troublé et logique, comment et pourquoi il a tué Tom.  Pour que le récit ait quelque cohérence, il explique au narrateur qu’il a été pendant quinze ans le conseiller politique de son ami, incapable de résoudre seul des enjeux internationaux.  Homme de génie, agissant dans l’ombre, Max n’en peut plus de cette situation ambiguë.  Cette semaine-là, Max et Tom ont été coincés entre une insurrection groenlandaise et d’âpres débats parlementaires.  Pour mettre les choses au clair sur leur rôle respectif, ils se sont donné rendez-vous dans une ancienne baraque abandonnée où des kayaks et canoës étaient jadis remisés.  Les deux hommes venaient s’y réfugier durant leur adolescence, leur amitié datant du lycée.  Convenance de sentiments passionnés et partagés.  Max, froid et calculateur, éradique des théories de complot, ébranle de solides convictions ; Tom cultive un ascendant charismatique sur des partenaires récalcitrants, souvent implacables.  Les deux hommes se complètent.  Cependant, leurs ambitions se disproportionnent, rompant le pacte qu’ils avaient établi une trentaine d’années plus tôt.  Cette nuit-là, mentionne le braqueur, la discussion entre Max et Tom a été terrifiante, s’accusant l’un et l’autre d’un tissu d’insanités.  Frustrations longuement refoulées qui mettent Max hors de lui, exaspéré de l’assurance inconcevable qu’affiche Tom.  L’arme du crime, une bouteille de whisky Glenfiddich, que tend Tom à Max, mettra un terme définitif à leurs dissensions.
Semblable au braqueur de banque, un type « plutôt bon », merveilleusement sympathique, hilarant et naïf, retournons à Max qui, entrant dans la remise, se rend compte que le corps a été déplacé.  Encore perturbé, il y prête peu attention, manigançant une idée fabuleuse pour larguer Tom au-dessus du lac.  On n’a pas mentionné que, proche de la cabane, se dresse une station météo abandonnée elle aussi, avec son matériel, de grandes bouteilles d’hélium pour faire voler les ballons.  L’idée de Max faisant son habile chemin dans sa tête, il est assuré que son forfait, qu’il juge révoltant, ne sera jamais découvert.  Il n’a plus qu’à désactiver les deux téléphones, celui de Tom et le sien, trouver un bouc émissaire, un nommé Hartvigsen, conseiller du ministre de l’Intérieur, que Max déteste.  À l’instant où tout s’éclaircit pour lui, la porte s’ouvre, une jeune fille surgit, mentionnant que passée plus tôt, elle a oublié son téléphone.  Choc de part et d’autre, la rencontre entre Max et Signe soulèvera d’incroyables renversements et remaniements successifs.

Parvenu à la fin du récit, le lecteur se délectera d’une conclusion tramée par Signe.  Le braqueur de banque, assistant au dernier acte, sera abasourdi par la ruse de la jeune fille.  Elle a des comptes à régler avec la société, d’où son intervention en parallèle avec celle de Max, qui ne cherche qu’à justifier son acte, alors qu’elle, Signe, ne souhaite qu’à venger une mort inutile.
Roman jubilatoire, burlesque, mené de main de maître par Flemming Jensen, mais aussi par le braqueur de banque qui, entrecoupant les confidences de Max, se remémore sa jeunesse estudiantine — comme Max, n’est-il pas bardé de diplômes ? —, évoque les raisons pour lesquelles il s’est détourné d’une voie conventionnelle, préférant une vie aventureuse, à l’abri de tentations qui ont mené son compagnon aux pires excès.

Lisons ce roman jouissif en nous souvenant que nous sommes à la merci de rencontres hasardeuses, d’actes irrépressibles.  Cela dépend, tout comme le narrateur, du regard que nous jetons sur une société bouillonnante, agissant trop souvent à coups d’impulsions ; les grands de ce monde, s’agitant dans leur univers opaque, exercent des influences néfastes ou salvatrices, les nourrissent d’un blues défiant la réalité, ou se trompant de personnage.  Ne nous racontons-nous pas trop souvent des histoires à dormir debout ?

On mentionne la qualité littéraire de la traduction, signée Andréas Saint Bonnet.

Le blues du braqueur de banque, Flemming Jensen
Traduit du danois par Andréas Saint Bonnet
Coédition Gaïa/Leméac, Montfort-en-Chalosse/Montréal, 2012, 192 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmeset Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire : (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :