Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

Les flammes

Du site : Voir le monde en noir et blanc

Du site : Voir le monde en noir et blanc

 Pris dans un délire qui donnait au moindre de ses gestes une signification sacrée, il décida, lui l’impie, le mécréant, d’allumer un cierge, comme ça, pour rien, pour rire ou pour pleurer.  Une flamme pour le vide qu’il sentait grandir en lui, pour ce puits que S* l’aidait à creuser de ses mains amoureuses.  Un cierge pour rien.  Un cierge sans prière, juste pour voir une flamme.  Juste pour se dire qu’une fois dans sa vie au moins il aura éclairé quelque chose.  Comme s’il était la cire, comme s’il était la mèche, comme si, lentement, il prenait feu jusqu’à n’être plus rien.

Il saisit la longue bougie blanche, l’approche d’une flamme sœur – une flamme qui doit correspondre à un vœu, à une peur de quelqu’un d’autre qui est passé là il y a peu, quelqu’un de pieux sûrement, plus que lui, quelqu’un qui attend de cette flamme quelque apaisement – et dans un frisson allume la mèche.  Comme une bombe.  Et si les cierges n’étaient que des petites bombes, pacifiques, sans douleur, qui fondent et n’explosent pas, qui ne servent à rien si ce n’est apaiser les âmes ?  Il contemple la lueur vacillante qu’il vient de poser dans un socle prévu à cet effet.  Il a toujours aimé regarder les bougies.  Chez elle surtout.  Toutes ces flammes qui enrobaient leurs étreintes d’une lumière veloutée, qui diluaient les courbes, invitaient l’impudeur à être de la fête, toutes ces flammes désormais n’existent plus.  C’est l’été, les bougies sont finies, elle n’en a pas racheté, en été pas la peine.  De toute manière elle se laisse aller pour tout.  Rien dans son appartement ne semble vivre.  Les plantes sur sa terrasse meurent un peu plus chaque jour.  Elle ne sort plus, se nourrit à peine, se lave souvent.

Le cierge hypnotisant est consumé au tiers lorsqu’il décide de se mettre en mouvement, bien triste d’abandonner la flamme, la tranquillité du lieu, ce gisant déguisé.  Il se meut néanmoins.  On ne peut rester toujours au même endroit.  La cathédrale va fermer.  Que font les flammes dans les églises la nuit ?  Dansent-elles encore ou une bouche protectrice les éteint une à une avant de les rallumer le lendemain ?

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

One Response to Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

  1. roses57 dit :

    Bravo Clémence pour ce trés beau texte que j’apprécie beaucoup. Les flammes nous accompagnent dans nos concentrations,, dans nos sérénités, dans nos délires d’amour et dans nos évasions de tristesse. J’ai aimé: ‘peut rester toujours au même endroit. La cathédrale va fermer. Que font les flammes dans les églises la nuit ? Dansent-elles encore ou une bouche protectrice les éteint une à une avant de les rallumer le lendemain ?’ C’est merveilleux ce dernier passage.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :