Les couleurs de Virginie, par Virginie Tanguay…

Le lecteur anglais

le lecteur anglais

L’histoire débute sur l’Île de Wight que recouvrent des landes sauvages et vertes, parmi les plus belles d’Angleterre.  Y eut lieu une rencontre bouleversante qui allait changer le destin de Mr Carter…

Mr Carter caressait le rêve de visiter la ville de Québec.  Enfant, il regardait l’océan et s’amusait à y lancer des cailloux, tout en s’imaginant poser les pieds de l’autre côté.  Son goût pour la lecture l’avait fait voyager par l’imaginaire au Canada français.  Il affectionnait les romans du terroir.  D’une fière allure, sa prestance attirait les regards.  Sa petite voix intérieure lui rappelait depuis tant d’années ce désir de voyager qu’un jour, il partit à l’aventure.  Le 9 juin 1917, il quitta sa jolie demeure et embarqua à bord d’un cargo de la White Star Line.

Il fut ébloui par l’architecture de Québec et par son Château Frontenac qui dominait le fleuve Saint-Laurent.  Sa hâte de découvrir les villages éloignés le poussa à prendre le train.  Il se rendit jusqu’à Val-Jalbert, dans le nord-est du pays.

À destination, il rangea sa valise dans une chambre du grand hôtel et tira le rideau pour apercevoir les  maisons campagnardes.  La tiédeur de l’air et le parfum des roses sauvages lui donnèrent le goût d’une promenade.  La chute de Val-Jalbert dans toute sa splendeur évoquait en lui le sentiment de la liberté.

Mr Carter entendit ce qu’il croyait être la mélodie d’un oiseau et traversa le voile de brume qui drapait le pied de la chute.  Assise sur un banc de bois, une femme y pleurait.  Sensible à sa détresse, il mit la main sur son épaule.  Le long regard que ces inconnus échangèrent allait donner naissance à une histoire d’amour.

La belle se nommait Blanche.  La tendresse qui l’habitait lui donnait un air coquin.  Une lumière tamisée accentuait la délicatesse de son visage, d’une beauté irrésistible.  Elle parlait français, la langue de chez nous, au Lac-Saint-Jean, avec ses expressions typiques.  Mr Carter en saisissait des bribes.  Les gestes facilitaient la compréhension.  À ses côtés, Blanche se sentait rassérénée et lui se sentait vivre.  Des âmes sœurs s’étaient trouvées.  Toutefois, l’escale de Mr Carter fut de courte durée ; il repartira, gardant en mémoire le sourire de Blanche.

L’étranger retourna donc en Angleterre, ivre de peine et de joie entremêlées.  Blanche voulait oublier cet oiseau de passage, mais elle en était incapable.  Le temps passait, et elle retournait souvent s’asseoir sur le banc de bois, nostalgique.

Les bruyères fleurissaient à nouveau, et l’Anglais, seul dans sa grande maison, avait un regret.  Cette impression d’avoir laissé filer l’amour le tourmentait.  Après plusieurs mois, le souvenir de Blanche le hantait encore.  Il souhaitait rattraper le temps perdu…

Un matin de brume, le messager de l’île apporta une enveloppe.  D’un ocre défraîchi, cette dernière avait traversé l’océan.  Elle contenait un mouchoir de tissu parfumé et quelques mots d’amour écrits maladroitement.  L’anglais huma tendrement la pièce de tissu, et le brouillard se dissipa, en même temps que sa mélancolie.  Il touchait au bonheur et savait maintenant que Blanche partageait ses sentiments.  La Rose des vents lui indiqua à nouveau le chemin du pays lointain.

Après un long voyage en bateau et en train, il arriva enfin à la gare au moment prévu.  Il chercha sur le quai la silhouette convoitée, mais en vain.  L’attente était interminable.  Ses yeux ne quittaient pas les aiguilles de sa montre de poche qui tournoyaient.  Les heures passaient.

Blanche ne se présenta jamais au rendez-vous.  Impatient, il s’empara d’un journal qui trainait sur un banc, et un grand titre le bouleversa : « La grippe espagnole frappe encore à Val-Jalbert ».

L’Anglais comprit qu’il ne la reverrait plus.  C’est à ce moment qu’il saisit le sens du dicton : « Il faut cueillir sur-le-champ les roses de la vie. »

Notice biographique de Virginie Tanguay

virginie-vraieVirginie Tanguay vit à Roberval, à proximité du lac Saint-Jean.  Elle peint depuis une vingtaine d’années.  Elle est près de la nature, de tout ce qui est vivant et elle est très à l’écoute de ses émotions qu’elle sait nous transmettre par les couleurs et les formes.  Elle a une prédilection pour l’aquarelle qui lui permet d’exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique.  Rendre l’ambiance d’un lieu dans toute sa pureté est son objectif.  Ses œuvres laissent une grande place à la réflexion.  Les détails sont suggérés.  Son but est de faire rêver l’observateur, de le transporter dans un monde de vivacité et de fraîcheur, et elle l’atteint bien.  Elle est aussi chroniqueuse régulière au Chat Qui Louche.

Pour ceux qui veulent en voir ou en savoir davantage, son adresse courrielle :  tanguayaquarelle@hotmail.com et son blogue : virginietanguayaquarelle.space-blogs.com.  Vous pouvez vous procurer des œuvres originales, des reproductions, des œuvres sur commande, des cartes postales.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :